Safran péï

Il y a quelques jours en me promenant sur les blogs des uns et des autres, j’ai été très conquise par le billet de Dacaio sur le safran, que vous pouvez lire en cliquant ici. Cela m’a donné envie de vous faire connaître le safran de l’île de La Réunion : le « safran péi ».

Le véritable safran n’est pratiquement pas utilisé à La Réunion. Par un abus de langage, le curcuma le remplace, d’où le nom de « safran péi », il le remplace pour la couleur mais ce rhizome possède de nombreuses qualités supplémentaires.

Si le véritable safran est le pistil d’une fleur, le curcuma est le rhizome (racine ou tige souterraine) d’une autre, les voilà en images :

pistil de crocus : safran

curcuma

Rhizome entier, coupé en deux et réduit en poudre

 Le curcuma réunionnais, « safran péi », est essentiellement produit à la Plaine des GrèguesChaque mois de novembre depuis 1981, ce village met à l’honneur le curcuma, autrement appelé «or jaune de La Réunion ».

Ce village créole d’environ 1 800 habitants est le terroir du curcuma, il permet de voir, qu’aujourd’hui encore, la culture du safran pays est restée telle que la pratiquaient « nos » ancêtres et la transformation reste artisanale.

Le curcuma est une plante rhizomateuse, une herbacée vivace qui ressemble étrangement au gingembre avec de longues feuilles vertes et des fleurs, généralement minuscules, jaunes. Il est originaire d’Inde où il est cultivé depuis plus de 2 000 ans. Le rhizome beaucoup ressemble au gingembre, il n’y a que la couleur intérieure qui les distingue ; celle du curcuma est orange au lieu de jaune pâle pour le gingembre.

Le cœur du rhizome appelé « mère » est la partie la plus riche en curcumine. Les « doigts » qui sont accrochés à la mère, servent à faire du curcuma standart, la mère donnant le curcuma dit « de luxe », plus fort en goût. Une petite pointe de bon curcuma (1/4 de cuillère à café) sert à épicer et à colorer un plat. La poudre du rhizome du curcuma est très utilisée dans la cuisine réunionnaise. Elle permet de donner une couleur dorée et une saveur incomparable aux plats en sauce, aux caris mais aussi au massalé, aux bonbons piments, aux achards de légumes… J’ai le souvenir de ma mère qui me reprochait le mauvais goût du curcuma que je lui avais rapporté en métropole et qui, après ma question « Mais quelle quantité tu en as mis ? », avouait avoir versé deux cuillerées à soupe dans le cari, d’où le mauvais goût. Sans commentaire supplémentaire.

Malheureusement sur le marché se trouvent aussi des produits frelatés comme pour le safran, des produits juste bons à servir de colorant.

Dès qu’il y a de l’argent à gagner certains n’hésitent pas à tromper les consommateurs.

Share

2 réflexions au sujet de « Safran péï »

  1. il n’ y a pas longtemps que j’ ai demandé à mon épouse d’ utiliser le gingembre en cuisine, et depuis que j’ entends parler du curcuma, je vais lui en parler aussi !
    Il me semble qu’ il entre aussi dans la composition du wasabi.
    j’ ai tenté de mettre du raifort dans mon potager, mais c’ est un fiasco !
    Bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *