Plus bête que méchant

Les Dalton… Vous souvenez-vous des paroles de la chanson de Joe Dassin ? « Ils étaient vaniteux et avides d’argent, Ils se livrèrent eux-mêmes pour toucher la prime Car ils étaient encore plus bêtes que méchants… »

 De quelqu’un nuisible on dit quelquefois «Il est plus bête que méchant». Il est vrai que certains font beaucoup de mal par leur bêtise mais ceux qui nous nuisent sont-ils bêtes ou plus filous encore que nous ne l’imaginons ? Pas facile de démasquer les individus.

À un abruti seul, on peut, avec beaucoup de mal, faire entendre raison mais c’est dur, très dur. Souvent même, on en arrive à baisser les bras et à fuir mais quand les imbéciles sont nombreux, quand ils sont en troupeaux, la bêtise est multipliée et il n’y a vraiment plus rien à faire sinon fuir. Fuir, comment et où ?

N’avez-vous jamais ressenti que les bêtises individuelles amalgamées sont la cause première du désespoir ? La bêtise est le pire des maux de l’humanité.

« La bêtise humaine est la seule chose qui peut donner une idée de l’infini » disait Renan et Einstein proclamait : « Il y a deux choses d’infini au monde: l’univers et la bêtise humaine… mais pour l’univers j’en suis pas très sûr. »

Mais je reviens à ce que je voulais dire : on accouple les mots «bon et bête » mais aussi « bête et méchant ». Quel est le couple dominant ? J’ai l’impression que c’est « bête et méchant » qui gagne, il suffit de se souvenir du « Dîner de cons ».

Petit rappel : un célèbre éditeur parisien organise, chaque mercredi, avec des amis un «dîner de cons». Chaque organisateur amène avec lui un «con» qu’il a déniché au hasard, intarissable sur un sujet précis. Pendant la soirée, les organisateurs se moquent des «cons» sans que ces derniers s’en rendent compte et à la fin, le champion est désigné. Un jour, un des amis de l’éditeur lui en trouve un extraordinaire : François Pignon, qui se passionne pour les maquettes en allumettes, cependant rien ne va se dérouler comme prévu, l’incontestable sottise de François Pignon a des conséquences de plus en plus désastreuses au fil de la soirée pour celui qui espérait en rire. Et quel est le « héros » que vous et moi avons préféré ? François Pignon. Pourquoi ? Parce que nous nous sentons bien souvent le pauvre con de quelqu’un.

Dans cette histoire, le bête et méchant a réussi (ainsi que ses copains), François Pignon, le bon et bête est un Français moyen, comme tous les autres « pauvres cons ».

Bon et bête, c’est «trop bon, trop con». L’homme bon est souvent désintéressé. Il donne et «se donne» sans compter et sans arrière pensée.  Il met du temps à comprendre (ou ne comprend jamais) que ses amis l’exploitent et que ses amis comme ses ennemis se moquent de lui. Bien sûr, cette bêtise ne court pas les rues et pour notre malheur, nous croisons plus souvent la bêtise méchante dont l’idéal est de nuire.

Ah, il est bien bête, d’une certaine manière, l’homme victime de sa générosité, de son bon cœur. On ne lui sait aucun gré de son dévouement et comme il n’exploite personne, on le regarde avec pitié : «Quel imbécile !» Vous avez compris que je parle en connaissance de cause.

Sera-t-il bon jusqu’à sa mort ? Pourra-t-il pardonner à ceux qui, sciemment, passent leur temps à le salir ? Je vous réponds « non ». Ce n’est pas très bon chrétien mais soyons bons sans êtres bêtes. Ne rendons pas sans arrêt service au premier venu. Cessons d’être de bonnes poires pour ceux qui abusent de nous. Défendons-nous.

Je vous concède qu’il est préférable d’être bête à force d’être bon que bête à force d’être méchant.

4 réflexions au sujet de « Plus bête que méchant »

  1. Les gens bêtes, sans être méchants, peuvent faire beaucoup de mal, mais au moins, ils ne le font pas exprès…On peut donc arriver à pardonner. Mais aux « bêtes et méchants », que répondre ? Nous avons à nous plaindre actuellement, de gens inintelligents et (pourquoi pas) un peu méchants….qui doivent bien se rendre compte quand même du mal qu’ils font ? Au nom de quoi ? Pour leur plaisir qui est de parader, d’en faire accroire…La méchanceté doublée d’intelligence devient alors diabolique…Rancune…
    Nous « farfouillons » dans la boue…Cela ne mène à rien si ce n’est à notre déclin..Est-ce le but final ?
    Bonne nuit Françoise. Votre article « me donne à réfléchir » !

  2. Je vois pas ou tu veux en venir, j’suis certainement bête 🙁
    Les personnes matures me prennent en pitié, les autres en rigole …
    M’en fou, j’aimerai bien un jour devenir con et même en avoir l’étiquette
    Pour profiter ENFIN de la vie à pleine dent sans me soucier du regard des autres.
    Bon dimanche

  3. Je pense que beaucoup d’ imbéciles refusent de changer d’ avis, parce qu’ ils se disent, que ce serait reconnaître qu’ ils avaient tort.
    Avec mon épouse, il y a déjà un moment que nous avons décidé de cesser d’ être bons, lorsque c’ est être cons !

  4. La mechancete chez l’être intelligente , est a mon avis la plus dangereuse car elle est infligée sciemment pour détruire , je la connais et m’en éloigne a toutes occasions le plus possible ..
    Bonne semaine Françoise .
    Amitie des US
    Nicole ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *