C’est dimanche (105)

Un dimanche au calme, le soleil revient sur les cocotiers de La Réunion et je commence avec une histoire de circonstance, une histoire de cyclone… Lisez.

*****

Un représentant en aspirateur débarque chez une vieille dame qui habite une maison isolée au bout du village. Sans lui laisser placer un mot il lui dit :  » Madame, je vais vous faire une démonstration de la merveille des merveilles, le nouvel aspirateur «Cyclone», celui qui aspire tout en quelques secondes ! Où est votre poubelle ? Dans la cuisine ? Je m’en doutais ! Permettez-moi de la prendre… »

Il prend la poubelle, l’emporte dans le salon et vide tout le contenu par terre.

– « Ne vous inquiétez pas ! Car à présent, avec l’aspirateur «Cyclone», je vais faire disparaître totalement, jusqu’à la dernière parcelle, toutes ces ordures ! Je m’engage, chère madame, à manger devant vous tout ce qui resterait au sol ! »

– « Attendez, monsieur, dit la vieille dame. Je vais vous chercher du sel et du poivre, parce que je n’ai pas l’électricité. »

*****

– « Ah ! ça !!! », s’écrie un mari jaloux en regardant sa femme, « mais tu n’as plus ton alliance au doigt ! »
– « Tiens, c’est vrai », répond sa femme. « Je vais t’expliquer. C’est à cause de la canicule. Voilà, j’ai rencontré par hasard ton ami Nicolas. Il m’a invitée à prendre un verre. On bavardait gentiment quand je lui ai dit : « Qu’est-ce qu’il fait chaud ! » Il m’a répondu : « Mettez-vous à l’aise. » Or, à ce moment-là, la seule chose que je portais encore sur moi, c’était mon alliance. C’est comme ça que je l’ai enlevée. »

*****

Au cours d’une croisière, une tempête fait rage. Sur le pont du bateau, un marin s’approche d’une dame et la prévient :
– « Vous ne devriez pas rester là, madame, une vague pourrait vous emporter… »
Un homme qui se trouve à coté se retourne et dit au marin :
– « Dites donc, occupez-vous de vos affaires, c’est ma belle-mère pas la vôtre. »

*****

Sous un véritable déluge, un homme, trempé jusqu’aux os, entre au Service des objets trouvés et demande :
– « Quelqu’un n’aurait pas trouvé un parapluie, par hasard ?
– « De quelle couleur ? » questionne l’employé.

– « Peu importe la couleur », répond le monsieur. « Par un temps pareil, il ne s’agit pas de faire le difficile. »

*****

Réfugiés sur le toit de leur maison, envahie par les eaux, deux petits vieux se congratulent. – « C’est quand même une chance », dit la femme, « que la crue du siècle soit survenue exactement le jour où, avec cette fuite qu’on avait dans un tuyau, on aurait risqué d’être complètement inondé ! »

*****

Une équipe d’Hollywood tourne dans les Montagnes Rocheuses les extérieurs d’une superproduction. Le metteur en scène a fait la connaissance d’un vieil Indien qui prédit le temps à coup sûr. À la veille de chaque tournage, il va le consulter. Si l’Indien dit qu’il fera beau, on tourne et le ciel est tout bleu. S’il annonce la pluie, on annule, et effectivement il pleut.

La veille de la dernière scène du film, la plus spectaculaire, avec des centaines de figurants, le réalisateur court voir son Indien.

– « Alors demain, quel temps ? Soleil ou pluie ? »

– « Moi pas savoir… »

– « Comment ça ? Tous les jours tu me prédis le temps sans jamais te tromper et là tu ne peux pas ? Pourquoi ? »

– « Ma radio est cassée… »

*****

C’était au temps de la monarchie mais les choses ne changent pas facilement.

Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche. Il appela son météorologue et lui demanda l’évolution du temps pour les heures suivantes. Le météorologue le rassura en lui affirmant qu’il pouvait y aller tranquillement, le temps serait beau, il ne pleuvrait pas.

Comme la reine vivait près de là où il allait, le roi revêtit ses plus beaux atours. Sur le chemin, il rencontra un paysan monté sur son âne qui en voyant le roi lui dit : «Seigneur vaut mieux que vous rebroussiez chemin car il va beaucoup pleuvoir dans peu de temps. »

Bien sûr, le roi continua en pensant : «Comment ce type peut il mieux savoir que mon spécialiste, très bien payé, qui m’a indiqué le contraire … Poursuivons.  » C’est ce qu’il fit … et bien sûr, il plut à torrents. Le roi trempé, sa reine se moqua de le voir dans un si piteux état. Furieux, le roi retourna au palais et congédia son haut fonctionnaire particulier.

Il convoqua le paysan et lui offrit le poste mais le paysan refusa : «Seigneur, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose dans ces affaires de météo ou de climat, mais je sais que si les oreilles de mon âne sont baissées ça signifie qu’il va pleuvoir  »

Et le roi embaucha l’âne…

C’est ainsi que commença la coutume de recruter des ânes pour les postes de conseillers et fonctionnaires les mieux payés.

*****

Bon dimanche et à la semaine prochaine.

Share

3 réflexions au sujet de « C’est dimanche (105) »

  1. bonjour chere Françoise, heureux de voir que tout se passe bien pour toi, ici pas de problèmes avec le cyclone, tout va bien nous rentrons Jeudi …
    bravo pour tes histoires du dimanche, bon retour, bisous

  2. Bonjour Françoise,
    La dernière histoire me plaît…Rien ne change, sous aucun régime !
    Bonne journée « au calme » après la tempête . Ma petite-fille est bien arrivée à la Réunion hier dans la soirée…simple retard …
    Bises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *