C’est dimanche (103)

Une nouvelle livraison d’histoires du dimanche. Des histoires de vacances. C’est la période, non ? Vacances d’hiver et réunions de famille. Période de fêtes pour les uns, moins gaie pour d’autres. Je souhaite à tous une belle semaine, la plus belle possible.

*****

A l’aéroport de Bruxelles, une hôtesse procède aux appels des passagers au départ :
– « Vol 612 United Airlines pour New-York, embarquement immédiat porte 12, départ à 11h30.
– Vol 613 Air France pour Paris, embarquement immédiat porte 7, départ à 11h45.
– Vol 12 Sabena pour Namur, embarquement tout de suite porte septante-deux, départ quand la petite aiguille sera sur le 11 et la grande sur le 10. »

*****

Un homme d’affaire en vacances en Afrique voit un pêcheur qui revient avec un poisson. Il admire sa prise et lui dit tout à coup :
– « C’est le bonheur. Tu retournes en chercher ? Je vais avec toi. Il faut que tu m’expliques comment tu pêches. »
– « Retourner en chercher ? Mais pour quoi faire ? »
– « Mais parce que tu en auras plus. »
– « Mais pour quoi faire ? »
– « Mais, parce que, quand tu en auras plus, tu en revendras. »
– « Mais pour quoi faire ? »
– « Parce que, quand tu l’auras vendu , tu auras de l’argent. »
– « Mais pour quoi faire ? »
– « Comme ça tu pourras t’acheter un petit bateau. »
– « Mais pour quoi faire ? »
– « Ben, avec ton petit bateau tu auras plus de poissons. »
– « Mais pour quoi faire ? »
– « Eh bien, tu pourras prendre des ouvriers. »
– « Mais pour quoi faire ? »
– « Ben, ils travailleront avec toi. »
– « Mais pour quoi faire ? »
– « Comme ça tu deviendras riche ! »
– « Mais pour quoi faire ? »
– « Comme ça tu pourras te reposer. »
– « Mais…..c’est ce que je vais faire tout de suite… »

*****

En Grèce dans la région des Météores, là où l’on trouve ces monastères perchés tout en haut de rochers, complètement inaccessibles par les moyens classiques, la seule manière d’accéder au bâtiment est de monter dans un panier suspendu qui sera tiré en haut par plusieurs moines.
Un touriste qui voulait aller voir à quoi ressemblait le monastère, monte dans la nacelle et se fait treuiller. A mi-parcours, ayant certainement le vertige, il panique un peu et son regard se porte sur la corde qui retient la nacelle. Il remarque que c’est une vieille corde, bien usée, qui commence à s’effilocher.
D’une voix tremblante, il s’adresse au moine qui l’accompagne et lui demande s’ils changent souvent la corde.
Le moine répond alors :
« À chaque fois qu’elle casse… »

*****

Un Français en vacances en Louisiane entre dans un magasin de chaussures. Il veut acheter une paire de souliers en crocodile pendant son séjour et s’offrir ainsi un autre beau souvenir de vacances. Comme le prix des souliers est élevé, notre Français essaie de marchander mais le vendeur est intransigeant. Dépité et un peu énervé, le Français cit :
– « OUBLIEZ-ÇA ! J’vais m’en chasser une paire, je ferai ainsi des économies. Non mais, je les aurai mes chaussures. »
Et voilà le Français qui part d’un pas décidé vers les marécages à la recherche de sa proie. Le vendeur ayant terminé sa journée de travail rentre chez-lui. En passant sur la route qui longe le marais, il voit con « client » dans l’eau jusqu’à la taille, armé d’un fusil. Sur la rive, il y a six crocodiles morts, bien alignés sur la terre ferme. À ce moment, il voit dans l’eau s’approcher du Français un énorme crocodile de plus de deux mètres. Bang!
Le Français abat la bête, peine, la traîne sur la terre ferme, la retourne sur le dos et s’écrie :
– » Merde ! un autre qui n’a pas de souliers ! »

*****

Un Parisien en vacances à la campagne passe devant un champ et demande au paysan :
– « Mais comment faites-vous pour obtenir des radis aussi gros ? »
– « Ce n’est pas compliqué, Monsieur, j’ai semé des graines de betterave rouge ! »

*****

Pour finir, de drôles de vacances plus lointaines : trois Russes au Goulag cherchent à comprendre pourquoi ils sont là :
– « Moi, je suis arrivé au boulot avec cinq minutes de retard, alors on m’a accusé de sabotage. »
– « Moi, j’avais cinq minute d’avance, alors on m’a accusé d’espionnage. »
– « Moi, j’étais à l’heure alors on m’a accusé d’avoir acheté ma monstre à l’Ouest ! »

Dans un registre proche, celle-ci devrait nous faire rire jaune : Un Américain demande à un Japonais :
– « Si la fin du monde était annoncée pour le mois prochain, que souhaiterais-tu avant ? »

Le Japonais lui répond illico :
– « Sans aucune hésitation : devenir Français . »

– « Et pourquoi donc ? » lui demande l’Américain .

Et le Japonais de répondre :
– « Parce qu’ils retardent de vingt ans. »

*****

Cocorico ? Bon, les amis belges vont rire.

Bonnes fêtes de Noël, passez de belles journées !

Share

4 réflexions au sujet de « C’est dimanche (103) »

  1. Pauvres de nous ! Mais, merci pour ces histoires qui ne peuvent que « remonter le moral » ! Bonnes fêtes de Noël Françoise, pour vous et les vôtres. Je vous embrasse.

  2. C’est sans doute vrai le retard des Français, la preuve : la Sabena n’existe plus depuis plus de 20 ans. Le problème, c’est que je n’ai pas saisi la « finesse » de la blague. C’est grave, docteur ? BONNES FÊTES.

  3. à Henri, mon dinosaure préféré,

    Effectivement la Sabena a été déclarée en faillite le 7 novembre 2001. Seulement 12 ans… Mon retard est moins grand que celui des autres Français… Alors, cher ami belge, je me moque plus des Français que des Belges aujourd’hui, ces pauvres Belges qui ne sauraient pas lire l’heure avec des aiguilles.
    Bisous et bonnes fêtes de Noël et de fin d’année

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *