Avoir la langue bien pendue

En bavardant au téléphone, la « Vieille Marmotte » qui n’est pas muette (moi non plus) m’a demandé si je savais d’où venait l’expression « avoir la langue bien pendue ». Si je sais ce que signifie cette expression, je ne sais pas quelle est son origine. J’ai cherché et je n’ai malheureusement pas trouvé grand chose.

Il semble que l’expression est apparue au XIVe siècle sous la forme « avoir la langue bien affilée » ; une personne qui  parlait facilement était affublée de ce sobriquet de langue bien affilée. Ce dernier adjectif a été remplacé par «pendue» pris dans le même sens.

L’expression s’applique donc à une personne qui a la parole facile. Je crois surtout qu’elle a pris une connotation péjorative ; elle est devenue parler beaucoup (et même trop), avec facilité. On peut aussi élargir l’idée en sous-entendant qu’il vaut mieux éviter de confier un secret à une personne qui a la langue bien pendue parce qu’elle risque de le divulguer, sans  le vouloir, mais en parlant trop.

Avoir la langue bien pendue peut signifier aussi : être impertinent, dire la vérité d’une manière qui dérange mais pas vulgaire. Dans ce sens, c’est  de l’art : la rhétorique.

A partir de l’art du langage, on en arrive au beau parleur, quelqu’un qui s’exprime avec facilité, qui fait de beaux discours éloquents, souvent creux (vides de sens)… des promesses aussi. Je ne peux m’empêcher d’ajouter que les politiciens sont, en général, des beaux parleurs. Ils ne sont pas bavards comme des pies, il n’empêche qu’en bout de course, ils nous plument la plupart du temps.

Mais savez-vous pourquoi on dit bavard comme une pie ? À l’école, j’ai souvent été punie pour bavardage : « une vraie pie jacasse » me répétait une de mes institutrices. Jacasser et jaser sont les verbes attribués à la pie à propos des cris qu’elle émet. Je sais maintenant, pour avoir deux pies dans mon jardin, que ces volatiles sont très bruyants quand ils commencent à jacasser. Le rapprochement avec les gens qui bavardent trop et font du bruit souvent pour dire des choses sans intérêt était facile.

Au XVIIe siècle, le mot « pie » désignait une femme bavarde puis le mot s’est appliqué à une personne bavarde, sans distinction de sexe.

Vous savez, comme moi, que les expressions contre les bavards ne manquent pas. A croire qu’on veut les faire taire définitivement ; ils perturbent l’ordre établi. Ils dérangent. Vous vous en doutez, je ne suis pas d’accord : il faut parler. Trop c’est trop, soit, mais quoi de plus pénible que ces individus qui n’ouvrent la bouche que pour manger ?  Je préfère encore être traitée de « moulin à paroles ».

Le moulin est un mécanisme qui tourne sans arrêt, entraîné par le vent ou l’eau ou l’électricité. Le moulin à paroles produit inlassablement son bavardage sans même être branché sur une prise de courant. Difficile de trouver  l’interrupteur qui permettrait de lui « couper le sifflet ».

Moi, je m’arrête toute seule pour aujourd’hui.

12 réflexions au sujet de « Avoir la langue bien pendue »

  1. Bonjour ma douce Françoise, avons-nous la langue bien pendue ?

    Il faut quitter son lit douillet et bien chaud, pour mettre le nez dehors.
    Les matins sont très frais actuellement, alors préparons-nous un bon
    café et quelques tartines de pain grillé.
    Si ça te dit, viens te réchauffer ici et buvons notre breuvage quotidien.

    Je suis contente et de bonne humeur, j’espère bien te le communiquer.
    Il faut avoir le sourire en se levant, car ça donne bonne mine et on a presque
    l’impression que le monde nous appartient.

    Mes bla bla te font rire, tant mieux, c’est le but.
    Allez il faut quand même se bouger un peu car la pendule affiche déjà
    l’heure de passer chez tous mes amis.

    Je te souhaite une belle journée et une bonne visite dans ces deux nouveaux univers :

    Elle a la foi, et elle en parle avec amour et passion.
    Chacun sa religion, mais son monde vaut le détour.
    http://rosia.eklablog.com/

    Un homme discret, qui aime la création, visitez aussi ces autres blogs, c’est
    un plaisir.
    http://henry80.eklablog.com/

    Prends soin de toi.

    Lolli

  2. ton article me fait penser à cette histoire qu’ on attribue à Esope, affirmant que la langue était la meilleure et la pire des choses !
    je dirais aussi dangereuse parfois, puisqu’ elle peut être utilisée comme une arme !
    On dit aussi la parole est d’ argent, le silence est d’ or !
    Comme toujours, je pense que la vérité se situe juste au milieu
    bonne journée Françoise
    bisous

  3. Bonjour Françoise
    Chez moi on dit que la personne fait le kongossa
    Et du coup il y a le verbe kongosser qui se conjugue
    à tous les temps et sur toutes les langues
    Bisous et douce journée
    Frieda

  4. Bavarde je suis, depuis toujours ! Il semble que ma langue soit bien pendue ! Est-il difficile de me couper le sifflet ?
    Que d’expressions pour la parole ! Vous êtes toujours bien documentée Françoise, et c’est un plaisir de vous lire et…de vous écouter ! A nous deux, nous pouvons tenir une conversation prolongée.
    Les beaux parleurs en politique ? il n’en manque pas … Que de promesses non tenues…
    Allez, je ne veux pas être méchante, il me suffit d’être lucide !
    A bientôt. Bises.

  5. Bonsoir Françoise, ah le moulin à paroles… le moulin à prières doit être plus silencieux… perso à l’école on me disait tourne-moulin, j’aimais voir ce qui se passait derrière moi, oubliant que l’important se passait devant, au tableau, chuuuuut, entre nous… Merci pour chez moi, bonne soirée, jill

  6. Merci Frieda pour m’avoir appris un, pardon deux nouveaux mots. Si je l’entends je saurais ce qu’il signifie. Kongosser, parler de tout et de rien, bavarder, c’est bien ça ?

  7. À trublion,

    L’histoire d’Ésope, j’ai prévu de la raconter dans mon billet de demain. J’avais écrit le billet et il correspond bien à ton commentaire du jour. A demain, donc.

  8. J’aime bien toutes ces expressions idiomatiques. J’ai un gros livre à la maison dont le titre est le suivant « les 1001 expressions préférées des français » écrit par Georges Planelles ( Éditions de l’Opportun). Mais je n’ai pas trouvé d’explication pour « avoir la langue bien pendue »!

  9. Je parle peu mais je peux néanmoins avoir la langue bien pendue car plusieurs personnes m’ont qualifiée d’impertinente. C’est vrai que j’ai la fâcheuse propension à dire tout haut ce qu’il vaudrait mieux taire mais jamais sans méchanceté.
    Par contre je dois avoir la mine du stylo bien pendue car par écrit je ne suis pas du tout synthétique. Bonne fin de semaine Françoise

  10. Je suis un peu dépassé par les événements … Et j’en oublie mes amis des blogs
    Depuis mes vacances j’ai mon poignet immobilisé à cause d’une fracture et ce n’est pas facile de taper d’une seule main..Du coup beaucoup de copier-coller
    J’espère que tu vas bien…
    Moi aussi quand je parle , je ne sais plus m’arrêter …
    Douce journée Françoise
    Bisous
    timilo

  11. je suis curieuse de nature donc je parle mais de manière à m’intéresser aux autres . bon vendredi.

  12. Merci Françoise pour tes recherches …Il est vrai que parfois je me tais, cf une de mes rubriques de blogs . j’avoue tout, il y a peu d’articles dans cette rubrique-là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *