Grave question

Grave question, oui. J’ai sans cesse des questions en tête. Après Jérémie, le rire, la Bible, Caïn, la Conscience, aujourd’hui : « Pourquoi Bécassine n’a-t-elle pas de bouche ? »

C’est une question que je me suis posée à plusieurs reprises : « Pourquoi Bécassine n’a-t-elle pas de bouche ? » Vous l’avez vue, Bécassine est habituellement dessinée sans bouche…

J’ai cherché des explications et voilà mes conclusions :

1 – Elle ne savait pas parler français. Comme ma grand-mère maternelle qui parlait patois savoyard. A l’époque,  « on » ne reconnaissait pas la langue natale d’un Français de province, pour Bécassine : le breton. Pour convertir à la pratique de la langue nationale, les moyens (sévices) étaient nombreux. Je crois me souvenir que Pierre-Jakez Hélias en parlait dans son livre « Cheval d’Orgueil » ; ma grand-mère m’a raconté aussi quelques méthodes douloureuses d’enseignement. Tous ces paysans, un peu demeurés aux yeux des citadins et surtout des parisiens étaient incapables de communiquer. Constatez vous-même que même la coiffe de Bécassine lui recouvre les oreilles ce qui montre qu’elle n’entend pas bien non plus. (Ceci dit les serviteurs sourds-muets, c’est bien pratique. Zorro a un Bernardo, sourd-muet aussi.)

2 – Pour ne pas protester estimèrent, à une époque, bon nombre de militants bretons. Protester en breton ou en français ? En breton, on ne comprendra pas de toutes façons. En français ? Boff, vous avez vu les dernières manifestations paysannes en France, entend-on les agriculteurs ? Les autres ? J’ai le sentiment que non, chez nous, c’est fini, on n’entend plus les cris de la rue.

3 – Monsieur Émile-Joseph Porphyre Pinchon, le dessinateur, n’aimait sans doute pas les femmes (bavardes ?).

4 – Une simple petite bonne n’avait pas son mot à dire. Travaille et tais-toi. Ça, ma grand-mère me l’a répété à maintes reprises : il fallait savoir se taire (ce qui n’empêche pas de penser). Il fallait se taire devant son père puis devant ses patrons et enfin devant son mari… Le monde du silence, la planète « Taire ».

Ma grand-mère était savoyarde, de la vallée de la Maurienne, et fut «bonniche chez les rupins», il devait bien y avoir un de ses frères ramoneurs au début du XX° siècle, non ? Je n’ai pas le souvenir de cette histoire mais pourquoi pas ?  Paris drainait des populations de province : ramoneurs savoyards, petites bonnes bretonnes et des nourrices en provenance du Nord et de Bretagne, là où la misère pousse les femmes à chercher un emploi. Le Morvan a été un grand pourvoyeur de nounous : « L’élevage humain est la plus grande industrie du Morvan, plus encore, peut-être, que l’exploitation et le flottage du bois», a écrit Victor-Eugène Ardouin-Dumazet dans un de ses ouvrages « Voyage en France ».

Revenons à cette pauvre Bécassine contrainte au silence… C’est en 1905 qu’elle nait, par hasard (et avec elle la BD française) ; elle deviendra héroïne en 1913. De son vrai nom Annaïk Labornez, elle a vu le jour à Clocher-les-Bécasse ; c’est un personnage reconnaissable à sa tenue vestimentaire et au fait qu’elle n’a pas de bouche.

Tout en rondeurs et lisse malgré son âge (108 ans dont 100 de célébrité), son visage est un cercle parfait, ses yeux sont ronds et son nez minuscule. Rien n’est fin chez elle : elle a des mains larges aux gros doigts, des chevilles massives, des sabots aux pieds d’où, sans doute, son extrême maladresse. Pourtant, Bécassine est loin d’être aussi sotte que certains le croient : elle observe le monde avec attention et s’instruit en permanence. Son statut semble souvent plus proche de celui d’une «jeune fille au pair» d’aujourd’hui que celui d’une domestique. Elle évolue : de l’emploi de bonne à celui de nourrice, puis de gouvernante et s’intègre peu  à peu à la famille. Elle profite d’une sorte d’«ascenseur social». Au fil du temps, Bécassine conduit une voiture, parle espagnol, pratique l’alpinisme et la natation, enseigne la lecture aux enfants. Elle découvre plusieurs régions de France, visite les montagnes suisses, fait de l’escalade et se rend «chez les Turcs» et «aux Amériques», prend les paquebots transatlantiques et l’aéroplane, tout ceci avant la deuxième guerre mondiale, à une époque où les loisirs et les voyages étaient réservés à une classe sociale très aisée et à une petite minorité de femmes.

Cependant Bécassine n’est pas une avant-gardiste, ni une féministe, elle démontre que dans des situations difficiles, une femme sait se débrouiller. Elle est dotée d’un grand nombre de vertus que l’on souhaite inculquer aux jeunes filles : respect, obéissance, douceur, sobriété, politesse, charité, pitié… Elle serait bien ennuyeuse si ses créateurs n’avaient pas développé son côté comique, voilà pourquoi Bécassine est aussi «reine de la gaffe» : par exemple, quand elle est nourrice, elle se trompe de landau et se retrouve avec un bébé africain au lieu de la petite fille blanche qu’on lui a confiée mais, par ailleurs, Bécassine est la première nourrice à s’intéresser à l’enfant en tant que personne en devenir et non en tant que simple «tube digestif».

Bécassine est un personnage généreux au grand cœur, avec un optimisme débordant, candide et sympathique. Aimable et aimée, je crois.

A lire : http://bretons-mag.com/blog/51-que-reste-t-il-de-becassine

14 réflexions au sujet de « Grave question »

  1. Dire que ça ne m(avait pas frappé et pourtant, j’adore cette bretonne si célèbre;
    belle journée, Françoise;
    bises;

  2. je n’ avais quand à moi, pas été choqué de cette bouche manquante.
    En tout cas, elle a permis de suivre l’ évolution du monde rural, qui depuis s’ est modernisé, et pourrait en remontrer à plus d’ un citadin.
    L’ intelligence n’ est pas l’ apanage des riches, mais il est plus facile de s’ en sortir quand on est un idiot aisé !
    bonne journée Françoise
    bisous

  3. Il ne faut pas m’en vouloir, mais ce n’était pas mes lectures;.. moi c’était plutôt « bibi fricotin » ou les « pieds nickelés »… plus tard ce fut Astérix….

  4. Quel problème ? Je n’y avais jamais pensé ! Et pourtant, cette Bécassine, combien je l’ai aimée ! J’avais Bécassine au Pensionnat, et je la revois avec Madame de Grand’Air….Vous vous créez des soucis supplémentaires à vouloir tout savoir ! Ou bien est-ce seulement de la curiosité ? Elle n’avait pas de bouche parce qu’on avait oublié de lui en faire une ! Non, ce n’est pas ça….Mais avec ou sans bouche ses patrons pouvaient compter sur elle….et elle mangeait moins peut-être ?
    Cet article m’a amusée…et si je peux vous aider à avoir la réponse à vos questions, comptez sur moi !
    C’était une bouffée de fraîcheur…ça fait du bien , merci !
    Je vous embrasse Françoise.

  5. Bonjour Françoise
    désolé elle n’étais pas dans mes lectutre
    Je te souhaite un très bon jeudi
    Nos amitiés bises
    Qing&René

  6. Elle n’a pas de bouche, parce qu’avec cet orifice on peut faire des choses sexuelles pas convenable…
    Et il ne saurait en être question pour un héroïne bien sous tout rapport, mais pas bonne pour tout rapport…

  7. Ping : Ostracisme | FrancoiseGomarin.fr

  8. Françouaise , ma copine, un joli complément à nos articles de la fin d’août !
    http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com/je-vous-parle-d-un-temps !

    Comme tu n’es pas abonnée à la NL du Mille Pattes Mélomane, (oui, oui, c’est un reproche) et que tu participes à Musique à Coeur ouvert, sans t’économiser (oui, oui c’est un compliment) je t’apporte la dernière NEWSLETTER sur un plateau :
    « Des nouvelles de Musique à Coeur …. ouvert ?
    1) – Mes communications épistolaires avec Véro sont en standby, au point mort .
    2) – Il m’est difficile de continuer à « faire la chasse » aux publications sur toutes les plateformes de la diaspora ! satisfaire tout le monde et son père ….
    3) – En introduction à la rubrique proprement dite, j’ai cité toutes les participantes (à ce jour), pas de participants, à mon grand regret, avec les liens vers leur blog de publication perso .
    4) – la prochaine publication se fera le Mercredi 18 septembre, la présidente sera donc CLIO. Je suis bien contente que Melo, tu te sois entendue avec elle pour qu’il n’y en ait qu’une ! L’idée d’elsapopin partait d’un bon sentiment, mais nous allions au-devant d’encore plus de complications ….. Merci Françoise/Mélofaroh.
    *** Les nouvelles publications sur le BLOG sont les deux de dimanche par ALGEROMA et P de VM ….
    *** Anne nous attendons ton retour, annoncé pour septembre pour repartir en Voyager dans le temps !!!!!
    Bonne semaine à tou(te)s
    Françoise la Vieille Marmotte »

    Un petit coup de fil ? ou c’est le blues de la Mamie ?
    Bonne journée ma belle !

  9. Pour en revenir à ton article, je pense que tu n’as pas lu les albums de Bécassine et Vlan, la Mémé Marmotte t’envoie ça franco de port et d’emballage (au fait d’où vient cette expression ?)
    Parce que, elle n’est pas MUETTE la Bécassine et même qu’elle a une sacrée instruction et un parler châtié (au fait d’où vient cette expression ? )
    Et moi, j’en ai trois « petits ramoneurs savoyards » dans mes ancêtres pas si lointains ! et j’en connais un rayon , les pôvres biquets, descendre dans ces goulets noirs, si petits … c’est peut-être, de là que vient la toux chronique qui me pourrit la vie, Mais bon, c’est une autre question !!!!! ….

  10. 110 ans maintenant et pas une ride ! Elle aurait pu être ma maman car elle avait 28 ans lorsque je suis né …. Pas de bouche ?….. pour faire des économies de rouge à lèvres sans doute

  11. Bonjour Madame, je suis bénévole à la bibliothèque de mon village. Avec l’institutrice de la classe de CM2, je travaille sur Bécassine et j’ai un projet d’exposition à la bibliothèque où je suis bénévole. M’autorisez-vous à me servir de vos commentaires pour mon expo ?
    Si vous voulez répondre par courrier, vous pouvez m’écrire à cette adresse :
    Madame Jeanne ORDRONNEAU

  12. J’ai beaucoup aimé vos commentaires qui confirment ce que j’avais entendu. Les avis sur le manque de bouche de Bécassine sont vraiment partagés. J’avais entendu aussi que c’était une étourderie de la part du dessinateur ou bien pour montrer que les domestiques, à cette époque, n’avaient pas droit à la parole.
    J’espère recevoir bientôt une réponse de votre part. Jeanne une retraitée bien occupée !

  13. L absence de bouche de Becassine est un mystere non élucidé.. Se peut il que ce soit un oubli?
    Ou le symbole du silence imposé aux domestiques?
    Ou le symbole du silence du a sa meconnaissance du français, le breton etant sa langue maternelle?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *