C’est dimanche (75)

Des histoires de fous pour changer, mais sont-ils vraiment fous ? C’est à voir. Qu’est-ce que la normalité ? Qui fixe la norme ? Allons, pas de casse-tête ce matin, du sourire seulement.

*****

Dans un asile, un médecin demande à fou :
– Alors, qui es-tu aujourd’hui ?
– Et bien, Dieu m’a dit que j’étais Noé.
Et là un autre fou passe en criant :
C’est même pas vrai ! Je ne lui ai même pas parlé à lui d’abord !
******
Un automobiliste crève un pneu devant un asile de fous. Quand il va pour changer sa roue les quatre écrous roulent à l’égout. Un fou de la fenêtre observe la scène. Embarrassé l’automobiliste ne sait plus quoi faire.
Le fou s’écrie alors :
– « Vous n’avez qu’à dévisser un écrou de chaque roue et les visser sur cette roue pour vous rendre au garage le plus proche ! »
Stupéfait par le raisonnement du fou l’automobiliste lui lance :
– « Mais que faites vous dans un asile ? »
Et le fou lui rétorque :
– « Je suis fou mais pas con ! »
************

Un fou tourne autour d’une bouche d’égouts en répétant :
– 33…33…33…
Un passant lui demande :
– Pourquoi faites-vous cela ?
Le fou pousse alors l’homme dans la bouche d’égouts et dit :
– 34…34…34…

******
Deux fous sont dans une auto.
Le fou qui conduit dit à l’autre:
– Les freins ne marchent plus !
L’autre lui répond:
– Ce n’est pas grave !
Le premier fou dit :
– Mais nous sommes dans une pente !
L’autre reprend :
– La voiture va s’arrêter. Regarde, il y a un stop en bas de la rue !
*****

Dans un hôpital psychiatrique, un fou arrive dans sa salle de bains et voit son copain de chambre en train de se mettre de la bombe insecticide sur les pieds. Surpris, il lui dit :
– « Mais t’es pas bien, toi ! Pourquoi tu te mets ce produit sur les jambes ? »
– « Ben, dit l’autre, c’est que depuis quelques jours, j’ai des fourmis dans les pieds ! »
******

Deux fous se baladent dans la rue. L’un des deux ramasse un morceau de miroir sur le sol. Il le regarde, voit son visage et s’exclame :
– « Eh ! la tête de ce type me dit quelque chose ! »
L’autre fou prend le miroir, le regarde à son tour et répond :
– « Bah bien sur que tu le connais, c’est moi !!! »
*****
Folie (s) ?

Parti faire une course en solitaire autour du monde, un cadre dynamique fait naufrage et échoue sur une petite île perdue au milieu du Pacifique. Il survit pendant quatre mois dans des conditions précaires, se nourrissant exclusivement de bananes. Un jour, il aperçoit sur la plage une embarcation à l’intérieur de laquelle se trouve la plus jolie fille qu’il n’ait jamais vue. Il lui fait des signes et elle s’approche.
Notre homme lui demande aussitôt : «Mais d’où venez-vous ?» 
Et la superbe créature lui explique : «J’habite de l’autre côté de cette île, j’ai fait naufrage moi aussi il y a maintenant trois ans.»
L’homme : «Heureusement que vous aviez cette barque pour vous en tirer !»
La fille : «Non, ce canoë, je l’ai fabriqué moi-même avec les matériaux que j’ai trouvés sur l’île.»
Le cadre demande : «Mais… avec quels outils ? «
La jeune femme explique : «J’ai découvert sur l’île un type de pierre poreuse facile à sculpter. J’ai aussi trouvé un type d’arbre dont le bois est suffisamment souple pour être malléable… En associant ces deux matériaux, j’ai pu concevoir un outillage assez performant. Vous voulez voir ?»

Les deux naufragés font alors le tour de l’île pour débarquer devant un superbe bungalow. L’homme en perd presque l’équilibre. 
Il lui demande alors : «Vous avez construit ça vous même ?» 
La belle femme explique : «Oui, ce n’est pas grand chose mais c’est mon petit chez moi…»

En entrant dans le bungalow, l’homme est sidéré par le décor harmonieux et tous les équipements façonnés à la main. La jeune femme lui propose alors de boire quelque chose mais voyant le verre qu’elle lui tend, l’homme refuse poliment : «Non, vous savez le lait de noix de coco, je ne peux plus le sentir.»
Et la femme de répondre : «Mais goûtez donc, c’est du gin. J’en ai quelques bouteilles en réserve.» Encore une fois, l’homme n’en revient pas.

La jeune femme dit alors : « Vous voulez prendre une douche et vous raser ? Il y a un cabinet de toilettes et un rasoir à l’étage. » Pendant ce temps, je vais enfiler une tenue plus légère pour être à l’aise. Complètement fasciné, le jeune homme ne pose plus de questions et part se doucher.

Un peu plus tard, la jeune femme réapparaît dans un déshabillé élégant et très suggestif… Elle s’assoit sur un divan moelleux qu’elle a confectionné elle-même et invite son nouvel ami à venir s’asseoir près d’elle. En le regardant d’un air doux, elle lui dit alors : « 
Dites-moi, vous êtes seul depuis si longtemps sur cette île perdue. Je suis sûre que quelque chose pourrait vous faire un immense plaisir. Quelque chose que vous n’avez pas pu faire depuis de si longs mois et qui vous démange… »


L’homme n’en croit pas ses oreilles et répond :  »

– « 
Vous voulez dire… Ne me dites pas… Vous avez aussi de quoi lire mes mails ? »
*****

Un homme se trouvait dans le coma depuis un certain temps. Son épouse était à son chevet jour et nuit. Un jour, l’homme se réveille. Il fit signe à son épouse de s’approcher et lui chuchote à l’oreille :
– « Durant tous ces malheurs tu étais à mes côtés. Lorsque j’ai été licencié, tu étais là pour moi. Lorsque mon entreprise a fait faillite, tu m’as soutenu. Lorsque nous avons perdu la maison, tu es restée près de moi. Et lorsque j’ai eu des problèmes de santé, tu étais toujours encore à mes côtés. Tu sais quoi ? »
Les yeux de la femme s’emplirent de larmes d’émotion.
– « Quoi donc, mon chéri ? « chuchota-t-elle.
– « Je crois que tu me portes la poisse ! »

*****

Quand je vous dis que la reconnaissance est un concept qui s’est perdu.

Bonne dimanche quand même.

8 réflexions au sujet de « C’est dimanche (75) »

  1. Bonjour Françoise, un petit coup de rire avant de partir, merci…

    Je passe entre deux gouttes de pluie te souhaiter un bon début
    de semaine.
    J’espère que tu as trouvé du soleil ce week end car c’est une
    chance pour toi, si c’est le cas.

    Je souhaite de tout coeur que tu ailles bien et que mon café ou
    autres boissons à l’eau de pluie te réconfortera, ben oui
    le temps de le transporter il s’est un peu rempli de gouttes.

    Une petite devinette musicale pour le moral et ceux que ça
    intéresse :
    ****
    Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
    Ailleurs que dans le rêve ailleurs que dans les nues
    Terre terre voici ses rades inconnues
    ***

    Je file vite pour trouver un autre abri ami, et ensuite m’envoler
    pour la journée.

    Porte-toi bien.

    Lolli

  2. Bonjour Françoise, il n’est pas impossible que la folie soit une forme de sagesse après tout ! Les vrais fous sont ceux qui nous gouvernent je crois…. Passe une belle journée, bises

  3. un dimanche à l’ extérieur, froid et pluvieux, alors ce lundi, je prends un peu de réconfort à lire ces histoires de fous pas si fous que ça !
    bonne journée
    bisous

  4. Fou, mais pas con !…
    Oui les fous ne sont pas toujours aussi qu’on veut bien le dire !!!
    Enfin un peu plus ou un peu moins on en a tous un brin !!!
    Amicalement
    Jean

  5. Bonjour j’ai vu dans un de vos article précédent que vous souhaitiez publier les mémoires de votre grand mère pour l’année 1936, es-ce toujours un projet?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *