C’est dimanche (52)

C’est dimanche. C’est même le dernier dimanche de 2012, alors pour vous quelques histoires de »fin du monde » et d’autres blagues pour finir l’année avec le sourire.
Hollande fin du mondeEt meeerde fin du monde
*****
Un Américain demande à un Japonais :
– » Si la fin du monde était annoncée pour le mois prochain, que souhaiterais-tu avant ? »
Le Japonais lui répond :
– » Sans aucune hésitation devenir Français  »
-« Et pourquoi donc ? » lui dit l’Américain . Et le Japonais répond :
– » Parce qu’ils retardent de 20 ans. »
*****
Mourant, allongé sur le lit dans sa chambre, un vieillard distingue une merveilleuse odeur de tarte aux pommes provenant de la cuisine…
Il demande à son petit fils : « Petit, va donc me chercher une part de tarte aux pommes, elle sent tellement bon, ce serait certainement un de mes derniers plaisirs avant de mourir… »
Le gamin part demander à sa mère s’il peut prendre une part.
Il revient alors dans la chambre les mains vides en disant :
« Maman a dit que la tarte c’était pour après l’enterrement ! »
*****
Trois hommes se retrouvent en Enfer: un Américain, un Japonais et un Québécois.
Le Diable leur dit:
«Si vous êtes capables d’encaisser trois de mes coups de fouet sans crier, alors vous pourrez aller au Paradis. Pour vous aider, je vous laisse même utiliser tout ce que vous trouverez ici.»
L’Américain commence et demande à avoir le plus gros rocher de l’Enfer pour se protéger.
Premier coup, le rocher craque.
Deuxième coup, le rocher éclate.
Troisième coup, l’Américain crie et finit en Enfer.
Ensuite, le Japonais prétend pouvoir se défendre avec un art martial ancestral.
Premier coup, rien.
Deuxième coup, encore rien.
Troisième coup, toujours rien.
Le Japonais a son ticket pour le Paradis, cependant, il demande à rester le temps de voir comment le Québécois s’en sortira.
Ce dernier, après un moment d’hésitation, déclare :
«Bon ben… j’utilise le Japonais !»
*****
Des journalistes partent faire un reportage à Jérusalem. Ils filment un peu partout et arrivent au Mur des Lamentations. Après avoir interrogé les gens alentour, ils se dirigent vers un vieil homme qui a prié longuement.
– « Bonsoir Monsieur, vous venez souvent prier au Mur des Lamentations ? »
– « Oui Messieurs, je viens ici tous les soirs depuis plus de quarante ans. »
– « Et pour quoi priez-vous ? »
– « Je prie pour tout : pour la fin de la guerre dans le monde, pour que la famine cesse, pour endiguer les maladies, la misère, la malnutrition… »
– « Vous priez vraiment pour tout cela ? »
– « Et bien plus encore… je prie pour la préservation de la planète, je prie pour ma famille, je prie pour mes amis, je prie pour l’humanité, je prie pour qu’on trouve une solution aux problèmes humains, à la pollution, aux maladies… »
– « Et qu’est-ce que cette prière vous apporte ? »
– « Peu de choses… j’ai l’impression de parler à un mur ! »
*****
Un autobus emmène des politiciens à congrès. L’autobus quitte la route et s’écrase contre un arbre dans le pré d’un vieil agriculteur.
Après avoir vu ce qui s’est passé, le paysan se rend sur les lieux de l’accident. Il creuse alors un trou et enterre tous les politiciens.
Quelques jours après, un gendarme passe sur la route, voit l’autobus écrasé, et demande à l’agriculteur où sont passés tous les politiciens.
Le vieil agriculteur lui dit qu’il les a tous enterrés. Le gendarme demande alors au vieil agriculteur :
– « Étaient ils TOUS morts? »
Le vieil agriculteur répond :
-« Ben, certains parmi eux disaient qu’ils n’étaient pas morts, mais vous savez comment mentent les politiciens. »
*****
Quelle est la différence entre un policier Français, un policier Australien et un policier Américain ?
Voilà la question posée aux policiers de chaque pays :
« Vous marchez dans une rue déserte avec votre femme et vos deux enfants. Soudainement, un « jeune » arrive devant vous avec un énorme couteau et vous regarde droit dans les yeux en éructant injures et obscénités. Il lève le couteau et charge sur vous. Vous avez votre arme de service 9 mm sur vous. Vous n’avez que quelques dixièmes de secondes pour réagir avant qu’il ne vous atteigne. Que faites-vous ? »
Réponse du policier français :
Il faut que j’analyse de la situation : si je tire :
– Est-ce que je suis en état de légitime défense ?
– Est-ce que son couteau est malgré tout autorisé ?
– Est-ce que cela va avoir un impact sur mes chances de promotion ?
– Est-ce que les médias vont faire le portrait du « jeune » pour dire qu’il était aimé de tout le monde ?
– Est-il un « jeune » de quartier incompris par la société ?
– Est-il un nouvel individu en probation qui a mal été réinséré dans la société ?
– Est-ce que cela va être vu comme du racisme s’il fait partie de la « diversité » ?
– Est-ce que la ville va être ensuite mise à feu et à sang par les « jeunes » des quartiers ?
– Est-ce que je vais être poursuivi par la Halde, le MRAP, SOS Racisme, etc…. ?
– Est-ce qu’on va parler de « bavure » dans les médias et me condamner lourdement ?
– Est-ce que je vais perdre mon emploi ?
– Est-il une victime du syndrome alcoolo-foetal  ?
Donc je vais le prévenir gentiment de déposer son arme alors qu’il m’approche
Réponse du policier australien :
– BANG !
Réponse du policier américain :
– BANG BANG BANG BANG BANG BANG BANG BANG BANG BANG BANG, click… reload…
BANG BANG BANG BANG BANG BANG BANG BANG BANG BANG click click click click
*****
Un ouvrier appelle son patron.
– « Patron, patron, je ne peux pas venir aujourd’hui, j’ai mal aux jambes, aux bras, à la tête, j’ai mal partout, quoi ! »
Le patron réplique :
– « Ce que je fais quand j’ai la même chose que toi ; je demande à ma femme qu’elle me fasse une gâterie… alors mon cher, essaye cela et rappelle moi dans deux heures pour me confirmer que tu vas venir travailler. »
L’ouvrier rappelle deux heures plus tard.
– » Patron, patron… Ça marche… je n’ai plus mal aux jambes, plus mal aux bras, plus mal à la tête… j’arrive travailler. »
Le patron tout fier de son conseil lui répond :
– « Alors, tu as suivi mon conseil à la lettre ? »
– « Oui patron », répond l’ouvrier, « ceci dit, en passant, t’as vraiment une sacrée belle maison ! »
*****
Bon dimanche ! Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année.
Et à l’année prochaine.

4 réflexions au sujet de « C’est dimanche (52) »

  1. Bonsoir Françoise
    Je suis passée profiter de tous ces sourires
    Tous mes bons voeux pour toi et tous tes amours
    Gros bisous
    Frieda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *