Peau de chagrin…

« C’est la trêve des confiseurs » ; les fêtes de fin d’année (Noël et Jour de l’An) sont censées faire partie de cette trêve…Est-ce pour cette raison que François Hollande a accueilli « sereinement » l’annulation de la taxation à 75% ? Il est tranquille…

Moi, je ne suis pas sereine quand j’entends ce qui se passe. Un pas en avant, deux pas en arrière ; des promesses, des annonces et leurs effets, puis rien ne change réellement. On plume toujours les mêmes. L’avenir s’assombrira pour certains, pas pour tous. La classe moyenne rétrécit, réduit comme peau de chagrin.

Réduire comme une peau de chagrin…  Réduire comme peau de chagrin : réduire progressivement jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Plus de classe moyenne : que des nouveaux pauvres ! Voilà une expression qui, en cette période de crise, pourrait parfaitement s’appliquer à de l’argent placé sur des supports hasardeux, les comptes SICAV et autres placements douteux des banques, comptes qui, loin de rapporter, ont provoqué un très gros chagrin à ceux qui ont vu leurs économies fondre comme neige au soleil. Certes, on est toujours très triste de voir quelque chose auquel on tient disparaître mais pourtant le chagrin de l’expression n’a strictement rien à voir avec ce chagrin auquel on pense logiquement. Je dois avouer que je suis angoissée à l’idée que la société n’aura plus que deux classes : les riches et les pauvres ; exit la classe moyenne ! J’en fais partie alors, il y a de quoi m’inquiéter.

Le chagrin de l’expression vient de l’âne, dont la peau est à fois dure et élastique et dont on tirait la «peau de sagrin», devenue «peau de chagrin» qui servait à fabriquer des tambours ou des reliures de livres.

Mais pourquoi cette histoire de réduction, me direz-vous ?
A cause de ce fameux roman « La peau de chagrin » d’Honoré de Balzac : cette peau est une pièce de cuir magique qui exauce tous les voeux de son possesseur, mais qui, à chaque désir réalisé, voit sa taille diminuer, tout en rongeant progressivement la vie de son propriétaire qui mourra en même temps que la peau disparaîtra à la suite du dernier désir satisfait.

Des rêves en ce moment, les Français et même les Européens en font avec le Loto et l’Euromillions. Pour devenir riches. L’argent ferait-il le bonheur ? Il y contribue sans aucun doute dans notre société.

Et nous revoilà face aux impôts. Gagner de l’argent et le donner à l’Etat.

Une taxation à 75% est choquante, certes et voilà pourquoi certains s’en vont pour la fuir. On peut les comprendre surtout quand on sait que certains sont exonérés : footballeurs, artistes aux revenus aléatoires. Les chefs d’entreprises ont-ils des revenus fixes et assurés ? Je m’inquiète car un état qui avantage plus les artistes et les sportifs que les créateurs d’entreprises ne peut qu’aller à sa perte. Le capitalisme n’est pas que mauvais.

La taxation à 75% (une annonce tonitruante de campagne de François Hollande) a fait machine arrière et finalement plus rien aujourd’hui si je comprends bien. D’après le Conseil Constitutionnel, un ménage, dont chaque membre percevrait un revenu de 900 000 euros, se trouverait exempté, tandis qu’un autre, dont un seul membre gagnerait 1,2 million d’euros et l’autre rien, devrait l’acquitter ce qui constituerait à l’évidence une « rupture d’égalité au regard de la faculté contributive ».
Expliquez-moi comment personne n’avait pensé à cette inégalité, avant, parmi tous les conseilleurs de notre cher François. Je crois que le président se moque de nous.

Des calculs simplifiés :
Quand vous percevez entre 26 421 et  70 830 € imposables, vous êtes taxés à 30 %, soit environ un tiers : à la louche.

Je compte (toujours à la louche) et dites-moi si vous pensez comme moi :

27 000 € de revenu imposable  annuel  pour un célibataire donnent au taux de 30% : 9 000 € d’impôt

27 000 € de revenu imposable  annuel, c’est environ 2 250€ de revenu mensuel, sur lesquels il faut retirer chaque mois (évaluation à la louche) :
750 € de loyer
750 € d’impôt sur le revenu
200 € électricité, chauffage
30 € internet, téléphone
50 € télévision (abonnements et taxe)
30 € assurance logement
50 € assurance auto
150 € frais d’entretien véhicule (essence, parking, réparation…)
soit 2 010 € de frais, sans manger, sans s’habiller, sans sortir, etc… Disponible ? moins de 500€… avec mon calcul 240 €.

Et si au lieu de parler de revenus imposables, les «racketteurs officiels de l’Etat» pensaient en termes de revenus disponibles ? Ils nous verraient certainement moins riches qu’ils ne le croient. A moins que leur seul but soit de nous saigner.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *