Lire et écrire

 Et dessiner…

Même si tout le monde sait qu’une image (photographie ou dessin) vaut mieux qu’un long discours, il est des savoirs de base qu’il ne faut pas négliger. Or l’école a tendance à les oublier : il faut apprendre à lire, écrire et compter avec ses doigts, des bâtonnets, un boulier, qu’importe mais stop aux calculettes ou aux calculatrices de plus en plus sophistiquées. N’est-il pas trop tard déjà pour changer le cap ?  Il ne faut pas perdre de vue qu’un peuple instruit, pense… est capable de se révolter. Même mon si cher Voltaire a osé écrire :  » Il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants. » Il a fort heureusement ajouté ce qui limite le nombre d’exclus : « Ce n’est pas le manœuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes » – Voltaire à Damillaville, 1766. Il avait conscience, comme d’autres, que le peuple instruit n’accepte plus n’importe quoi : les basses besognes sous-payées et les taxes à outrance.

Je reviens à mon sujet : lire et écrire. Dur de ne pas s’emporter quand on a été  enseignante et qu’on a vu le niveau des connaissances de base rétrécir comme peau de chagrin.

Je prends plaisir depuis des années à lire et à écrire. Non, je ne parlerai pas des lettres écrites aux amoureux du temps jadis, ni de celles aux amis remplacées par les mails, ni des annotations de copies d’élèves, bulletins de notes, ni des devoirs de français et de philo de mes enfants et de leurs copains, ni des lettres de réclamations aux administrations (lettres toujours restées sans réponse, à croire que les courriers ne parviennent jamais à leurs destinataires)…Je n’insisterai pas davantage sur l’apprentissage de la lecture  qui pour moi se fit (très efficacement et très rapidement) par la méthode globale, non, je voulais simplement vous dire mon mal-être à la lecture des journaux locaux. Je ne parle pas de « Témoignages, organe de presse du PCR (Parti Communiste Réunionnais) dans lequel je lisais il y a quelques années le billet de Justin en créole (obligation de lire à haute voix pour comprendre) mais simplement des articles du Journal de l’Ile, ou de Clicanoo (sa version internet) ou du Quotidien de la Réunion.

Je suis atterrée quelquefois par le contenu, l’orthographe et le style. Je ne pense pas être totalement stupide mais certains « papiers » manquent de clarté. Si les journalistes sont payés à la ligne, je comprends qu’ils veulent faire du remplissage. Pour apporter des précisions, pourquoi pas, mais pour « broder » et « emberlificoter » les lecteurs avec des histoires, est-ce bien nécessaire ?

Comme je l’ai dit au début mieux vaut une image qu’un long discours fumeux. Un comble pour moi, n’est-ce pas ? Mais que pensez-vous de ces photos ?

Par ailleurs et pour en revenir au dessin humoristique et en venir au dessin de presse, il faut bien se rendre compte qu’afin de satisfaire le plus grand nombre de lecteurs, les organes de presse se voient « contraints » d’observer toujours plus de neutralité et de prudence. Souvenez-vous des caricatures d’Allah qui ont mis en émoi le monde politique et le monde en général.

Dans une telle perspective, on comprend que le « dessin d’opinion » n’intéresse plus les décideurs qui lui préfèrent dès lors, comme dans la presse locale, l’illustration d’humour, désengagée, sympathique, inoffensive.


Est-ce à dire qu’il faut se taire ? Définitivement ?

Je me souviens de cette phrase d’Oscar Wilde : «Chaque fois qu’on produit un effet, on se donne un  ennemi. Il faut rester médiocre pour être populaire.»

Il semble que ce soit dans l’air du temps d’avoir peur et d’être médiocre.

Moi je n’aime pas ça. Et vous ?

 

7 réflexions au sujet de « Lire et écrire »

  1. Alors, d’après Oscar Wilde, notre « Normal » aurait une chance ?(ça c’est pas gentil de ma part !!! je le reconnais !)
    Lire, écrire, compter…vieilles méthodes mais qui ont fait leurs preuves ! Mon frère et moi avons appris à lire en un « temps record », nos enfants aussi…ça aidait bien pour les études…Quelle tristesse d’entendre des enfants de 10 ans « ânonner » pour lire un texte de quelques lignes (dont ils ne peuvent comprendre le sens…). Et chercher leur calculette pour savoir si 2+2 = 4….
    Inutile de vous dire chère Françoise que cet article m’a « emballée » !
    Passez une bonne journée. Je vous embrasse.

  2. Oui, je n’aime pas ça du tout…. alors il parait que nous sommes ringards…

  3. sous des apparences de faciliter les choses, je me demande si en fait, on ne veut pas éviter les initiatives personnelles, le raisonnement !
    Avec un bic, on écrit certes, mais presque sans réfléchir !
    avec une plume, il fallait s’ appliquer, ce qui laissait le temps de penser à ce que nous faisions.
    La modernité encourage la fainéantise, au grand bénéfice des commerces !
    Mais sans une solide base, rien n’ est valable.
    J’ ai bien peur que nos dirigeants n’ aient pas saisi la nuance, à moins qu’ ils ne pensent qu’ il est plus facile de dominer des assistés.
    bonne journée
    bisous

  4. Génial, cet article!
    Je n’avais jamais réfléchi à cette idée que pour rester populaire, il fallait être médiocre… !
    Ben oui, c’est vrai : dès qu’on produit le moindre effet, dès qu’on réussit un peut… Vlan! On se crée des ennemis…
    Faut-il pour autant rester sagement tranquille dans son coin?
    Bonne soirée
    Ramon

  5. La rigueur est toujours une valeur exigée de la part des industriels et leurs prérogatives est de haut niveau. Si le niveau scolaire a baissé, je crois en connaître l’une des raisons. Dans les années 1970, l’éducation nationale a voulu dans un exercice égalitaire, donner une chance à tous. On a supprimé l’examen de passage en sixième, les redoublements, et banalisé les filiaires techniques. C’est ainsi qu’hier et aujourd’hui, on retrouve des élèves inaptes dans une filière générale, peu motivés, peu disciplinés et freinant la qualité de l’enseignement, et de son programme. C’est un échec, car le tri s’effectue trop tard, et dans des souffrances psychologiques importantes à cause d’une orientation mal adaptée. Bon dimanche. Amicalement, Pimprenelle.

  6. Comme je suis d’accord avec toi!! J’ai assez râlé quand ma fille , qui savait à peine compter, a dû utiliser la calculette! J’en ai été éberluée!Pourquoi, pourquoi dans les petites classes introduit on ce genre d’instrument?
    Pourquoi, dans un autre domaine, a t on supprimé les dictées? Pourquoi ne doit on pas donner de devoirs à l’école primaire?
    Du coup la notion d’efforts n’est pas acquise!
    Je me souviens de la prof de français en 3ème de ma fille qui m’a dit que pour l’épreuve de français au brevet , il ne fallait pas forcement savoir écrire, que les fautes d’orthographe n’était pas forcement un moyen de sanctionner.Seul comptait le fond!!! J’ai halluciné!!!
    Nous faisons des générations d’illettrés, d’ignares, ayant à peine les bases ! Et ensuite , on veut qu’ils fassent de grandes études! Quels déchets lors de la 1ère année de Fac!! A ne pas vouloir faire redoubler, ne pas faire passer d’examens, on met sur des bancs d’école des gamins qui seraient mieux ailleurs, mieux orientés, moins en situation d’échec.On ne prépare pas les enfants à faire des études, on se contente de l’à peu près.Le choc , quand arrivés en age des Facs ou autres écoles, ils se rendent compte de tout ce qui manque, ne serait ce que la capacité de travail, l’élargissement des connaissances, sans se contenter du cours…Sans parler d’un français correct,des notions de maths solides.
    Nous, parents, avons beau le dire, nous ne sommes pas écoutés.
    Le médiocre pour mieux règner..La TV en est un vivant exemple…Mais de tout temps ça a existé « Panem et circences » Il parait que ça suffit pour que le peuple soit heureux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *