On ne fait ça que pour le fric…

Aller voir les blogs des autres internautes, ça rafraîchit la mémoire et ça peut donner des idées, des sujets d’articles. En conséquence de quoi, je me dis que ce n’est pas demain que j’arrête de bloguer : j’aurai toujours quelque chose à dire. Dans la semaine, j’ai revu une vidéo des Beatles et hop, souvenirs, souvenirs, me voila repartie quarante ans en arrière.

Quarante… un peu plus de quarante ans et ça peut faire peur. Couleurs, fleurs, Flower Power (clic), psychédélique quand Aldous Huxley écrivait ces vers :

To make this trivial world sublime,
Take a half a gramme of phanerothyme.

Combien ont laissé leur vie à tester les paradis artificiels ? Effrayant ?  Oui.

Je me souviens aussi d’un livre que nous avons lu à cette époque « L’herbe bleue ». 

L’avez-vous lu cette histoire d’une gamine de quinze ans, un peu mal dans sa peau comme tous les adolescents ? Elle est invitée à une soirée et au jeu « il court le furet » (dans dix des quatorze  verres de Coca-Cola, il y a du LSD), elle « gagne ». C’est sa première prise de drogue, à son insu. Elle y prend goût et tout s’enchaîne très vite : elle devient dépendante, quitte ses parents, vend sa « came » et se retrouve à la rue, se prostitue : la descente aux enfers. Asile psychiatrique. Trois semaines après avoir décidé d’arrêter d’écrire son journal , elle meurt… Ce livre dissuade de consommer de la drogue, d’une manière un peu dissimulée.

MAIS, je viens d’apprendre qu’une fois de plus, « on » s’est moqué de moi. « L’Herbe bleue » (Go Ask Alice), publié anonymement comme un journal intime en 1971, traduit en français en 1972 est une œuvre de fiction écrite par une psychologue américaine devenue ensuite éditrice. De confession mormone, elle cherchait à mettre en garde la jeunesse.

Le titre original  de ce livre-journal, roman, je ne sais plus comment l’appeler est une citation de la chanson « White Rabbit » (clic pour écouter) des Jefferson Airplane en référence à Alice au pays des merveilles. (clic encore pour relire un ancien article). Avec ce groupe, je suis presque repartie à San Francisco, dans le quartier d’Haight-Ashbury (clic encore), haut lieu du mouvement hippie.

J’adore les couleurs de cette époque : leur discrétion, surtout dans les vêtements, voir les costumes colorés des Beatles, tout ça résumé sur la pochette de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band.

et tout ça me rappelle Frank Zappa et son album « Were Only in It for the Money« , une satire grinçante du flower power mais aussi du mode de vie traditionnel américain ; la pochette de l’album parodie celle des Beatles ; les fleurs ont été remplacées par des légumes.Tendance, non ? Cinq fruits et légumes par jour… on les trouve ici.

Plus encore, « Were Only in It for the Money » (on ne fait ça que pour le fric) est devenu le mot d’ordre actuel de bon nombre de « stars » de la politique, du sport et du spectacle (aucun n’ose le reconnaître, mais nous, nous le voyons bien). La crise actuelle n’est qu’une affaire de gros sous, une « bavure » des financiers qui continuent à s’enrichir tandis que nous en bavons pour eux. Le pire, nous rêvons tous d’être riches : Euromillions, Loto ou jeux de grattage : la FDJ (Française des jeux) a de beaux jours devant elle.

Le fric, notre nouveau Dieu,  on ne parle plus que de ça…

11 réflexions au sujet de « On ne fait ça que pour le fric… »

  1. Bonsoir Françoise
    quelle revue! c’est vrai que cela ne nous rajeunit pas mais nous voyons aussi que certains maux de nos jours ne sont pas là par hasard!
    Quant au fric il n’y a plus que cela: je n’ai rien contre l’argent honnêtement gagné et que certains deviennent riches. Le problème réel est que de nos jours ce n’est pas par un vrai travail que la plupart des gens veulent s’enrichir.
    Et je me méfie terriblement de toutes ces stars qui sont prises par des élans de gnérosités: une grande majorite y trouve surtout son compte propre.
    Bon mercredi
    Antonio

  2. C’est ma fille qui m’avait donné l’herbe bleue à lire et j’étais malade après l’avoir lu. Heureusement que mes enfants n’ont jamais touché à ça mais en tant que mère ça fait peur ! Bisous

  3. Cette drogue qui bouffe notre jeunesse , je vois les ravages sur les jeunes qui fréquentent mon association , malheureusement , on n’a pas grand-chose à leur apporter , à part une peu de chaleur venant du coeur.
    C’est si peu et des fois j’ai envie de baisser les bras , mais il y a toujours quelque chose qui me force à rester
    J’ai aimé ,lire ton article , cela me rappelle aussi de bons souvenirs
    Douce journée ,Françoise
    Bisous
    timil

  4. Bonjour Françoise, je vais t’apprendre un truc, à l’époque c’est moi qui imprimait ses pochettes de 33 tours comme on disait à l’époque, pour la sociéte EMI, et aussi la voix de son maitre, (Pathé Marconi) dans une boite située à Chatou en banlieue parisienne…souvenirs, comme tu dis…bise et bonne journée…

  5. Coucou Françoise !
    Il me semble que tu as très envie de participer aux publications (que tu suis) de la Communauté MUSIQUE À COEUR…OUVERT qui sévit le mercredi sur over-blog ?
    C’est possible . Je te propose de mettre un lien vers ton Blog, chaque mercredi, à l’occasion de ma publication . Si tu acceptes, tu peux par exemple publier le mardi (ou un autre jour à ta convenance) et je t’envoie de la visite . Peu à peu, tu vas avoir des fidèles qui n’auront même plus à passer par mon blog …
    Qu’en dis-tu ?

    Pour ton article ci-dessus : « on ne fait ça que pour le fric », tu soulignes que l’auteur de « l’herbe bleue » avait une autre motivation ? … J’en conviens : l’argent est roi ! … mais l’histoire du veau d’or n’est pas d’aujourd’hui !
    Ne pas se fier aux apparences !
    Bonne journée . Bisous .

  6. la drogue est aussi un effet pervers de la mondialisation, et j’ hallucine lorsque la gauche et quelques députés de droite montrent leur intention de légaliser le cannabis !
    Je ne connais pas la publication dont tu parles, et j’ ai une pauvre connaissance du monde de la chanson, ma jeunesse ayant plus été orientée vers le classique, piano oblige !
    L’ argent est certes devenu obligatoire, pour simplement vivre, mais comme toujours, il y a le côté négatif, lorsqu’ on cherche l’ argent pour l’ argent !
    c’ est surement pour ça que je n’ ai de respect que pour le bénévolat !
    bonne journée
    bisous

  7. Coucou Françoise !!! Sourire
    AAAaaaah « l’Herbe Bleue » n’est pas tout à fait vrai ??? Pffff, « on » m’a menti une fois de plus…… Soupir
    Mais bon, j’ai traversé, il y a très très longtemps (presque dans une autre Vie…), un sombre sentier bordé d’Herbe Bleue… les ornières furent rudes… mais j’ai réussi à retrouver « mon Chemin de Vie »… et l’herbe y est tendrement verte !!! immense sourire
    Quant « au sacro st Fric », ce n’est pas « ma valeur » et je n’ai aucune foi en lui… mais comme tout un chacun, j’en ai besoinnnnnnn pour « survivre »!!!! Big Soupir
    J’aime beaucoup « l’ambiance de ton chez toi »… Sourire
    Je te souhaite un doux mercredi ainsi qu’une excellente semaine !!! Sourire Radieux
    A très bientôt Françoise !!!
    ***Tincky***

  8. L’argent, toujours l’argent … Les plus riches en parlent pour trouver des solutions pour s’enrichir encore plus, les plus pauvres, en parlent de plus en plus, parce qu’il leur fait bien défaut…
    Nos politiques en parlent pour nous aviser de ce qui ne va pas et nous donner des solutions pour que NOUS intervenions….Et eux ? ils ont déjà les idées, s’il fallait encore qu’ils mettent la main au portefeuille…..où iraient-ils? Ben…peut-être à Pôle Emploi…comme tout le monde !
    Dieu merci, mes enfants avaient échappé à la drogue….Mais je crains un peu pour les générations suivantes…On ne peut jurer de rien…La tentation aidant…

  9. Un petit coucou , moins matinal aujourd’hui , je l’avoue car je traîne un rhume coriace

    Douce et agréable journée, Françoise

    Bisous

    Timilo

  10. bonjour, je découvre ton blog en passant par la Vieille Marmotte et Musique à coeur ouvert donc. Ah l’Herbe bleue !! il a fait partie aussi de mes lectures de jeunesse ! j’ai su aussi il n’y a pas si longtemps que c’était une fiction inventée ! j’espère en tout cas qu’il aura dissuadé des jeunes de l’époque d’entrer dans le cercle infernal de la drogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *