Des saints méconnus

Toussaint : fête de tous les saints.

Aujourd’hui c’est la fête des morts mais on peut parler des saints un lendemain de Toussaint et d’ailleurs, tous les jours de l’année, que l’on y croit ou pas.                                                                                                                                                                                                    Saint-Esprit : on dit souvent : Par l’opération du Saint-Esprit pour ce qui arrive de façon incompréhensible, mystérieusement.
« Marie, mère de Jésus, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte par la vertu du Saint-Esprit avant qu’ils eussent habité ensemble » Matthieu, I : 18.

Saint-Frusquin

En voilà un autre de drôle de saint. Trimballer tout le Saint-Frusquin, c’est avoir toutes ses affaires sur soi. Transporter ses biens.
Frusquin vient de frusques, des vieux habits.

Saint-Georges
La cavalerie de Saint-Georges : monnaie anglaise ? Oui, une façon d’acheter des services (un arbitre pour un match par exemple. C’est possible ?)
Le patron de l’Angleterre, Saint Georges, figurait sur le revers des pièces de monnaie anglaise. Au XIXe siècle, en période de conflits, l’Angleterre fut souvent accusée d’utiliser plus souvent son argent que son armée, en soudoyant les politiques des autres pays.

Saint Macaire
Le scrupule de Saint Macaire c’est avoir un remord excessif, une trop bonne conscience qui pousse à se croire en tort pour un rien. Ce n’est pas le cas des employés d’Air France qui ont pénalisé Geneviève et ses petits-enfants, en résumé toute sa famille cette fin de semaine. En cours d’année, Sncf et Ratp emmerdent aussi les usagers qui veulent aller travailler. Que de gens sans scrupules aujourd’hui. Entre ceux qui en sont dépourvus et Saint Macaire, un illuminé, il y a un juste milieu, non ?
La Légende dorée : « Macaire un ascète et ermite, qui pour se punir d’avoir tué une puce, resta pendant six mois tout nu dans le désert jusqu’à ce que son corps ne fût plus qu’une plaie ».

Saint-Vallier
Une fièvre de Saint-Vallier est une émotion trop forte, qui mène vers une maladie ou vers la mort. Nous sommes solides ici : pas de fièvre de Saint Vallier, nous résistons aux incendies, cyclones, et autres moustiques : chikungunya…
Saint-Vallier, fut condamné à mort injustement pour n’avoir voulu révéler un secret qu’on lui avait confié. Au moment de sa mise à mort sur l’échafaud, on lui annonça que sa peine de mort était changée en emprisonnement à perpétuité. Sous le coup de l’émotion, il tomba malade et eut une forte fièvre qui le terrassa peu de jours après.

Si ce n’est pas dommage de finir comme ça…

Je vous rappelle pour mémoire mon billet sur d’autres saints : Glinglin et Nitouche. Cliquez sur les noms pour accéder à l’article

5 réflexions au sujet de « Des saints méconnus »

  1. Bien sûr qu’on peut parler des saints, c’est parfois intéréssant de connaître leur vie ! Bon mercredi, bisous

  2. Bonjour Françoise,
    On ne sort pas indemne de la culture judéo-chrétienne plus que millénaire !
    Chaque jour a son saint dont on n’a jamais entendu parler, parfois.
    Bien amicalement.

  3. D’accord avec vous concernant Saint-Macaire notamment ! Celui-là, si je le tenais, je l’obligerais à aller visiter tous ceux qui ont gâché notre fête de famille !!!

  4. Coucou,
    Je suis de retour et je passe te dire bonjour
    J’espère que tu vas bien
    J’adore ce saint Frusquin lol !
    Bonne journée
    Bisous

  5. c’ est bien sur une question de foi, et il semble qu’ on accepte plus volontiers les mystères terrestres que divin !
    Souvent, on crie haro, sur les représentants de l’ église qui défraient la chronique, pourquoi ne pas aussi considérer les saints comme représentants des religions.
    à écouter les nouvelles du monde, je ne suis pas sur que la morale suffise, pour qu’ il tourne bien !
    bonne journée
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *