Mauvaise ou bonne conscience

Finalement, je me reprends à philosopher, un peu comme si je retournais au lycée mais il n’y a pas de note, juste le plaisir d’écrire et l’espoir d’être lue. Peut-être y a-t-il aussi l’envie de réfléchir et de faire réfléchir, un peu.

Hier je pensais aux personnes de mauvaise foi. De là, à évoquer la bonne conscience, il n’y a qu’un pas. Une personne de mauvaise foi peut-elle avoir bonne conscience ?

Avoir bonne conscience, avoir mauvaise conscience, encore faut-il avoir une conscience !

Qu’est-ce donc que la conscience ?

La conscience est la faculté mentale de sa propre existence et de l’existence du monde extérieur (avoir conscience du froid, du danger) ce qui n’exclut nullement la conscience du bien et du mal.

Avoir mauvaise conscience, c’est ne pas avoir l’esprit tranquille, avoir quelque chose à se reprocher. Combien de nous, aujourd’hui, sont-ils capables d’avoir mauvaise conscience ? Fort peu à en juger par la manière dont les politiques se défilent. Ne devraient-ils pas se montrer irréprochables dans leur vie publique ? C’est un autre sujet.

Moi, j’ai une règle de conduite qui doit être, heureusement, commune à un grand nombre de personnes : Pour avoir bonne conscience, il est un principe à respecter, il faut toujours se poser la même question «Et si tout le monde en faisait autant ?»

Il arrive malheureusement que des individus n’aient plus conscience de ce qu’ils font, je ne parle pas des fous mais de gens normaux, c’est ce qui arrive aux militaires qui sont entraînés à tuer sans vergogne, à appuyer sur la gâchette sans réfléchir, à obéir aux ordres (on peut le leur reprocher après, cf le procès de Nuremberg : nécessité, devoir de désobéissance) ou encore aux golden boys et à tous ceux qui veulent « faire du fric à tout prix » (indécence des primes versées, immoralité de certaines expropriations). D’autres aussi se croient tellement supérieurs par leur science qu’ils jouent aux apprentis sorciers (le bébé «médicament », actualité du moment par exemple) n’ont pas suffisamment envisagé les conséquences morales pour ce bébé qui grandira. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », disait Rabelais.

Des questions me taraudent. En France, dans une république laïque, pourquoi demande-t-on aux jurés de rendre leur verdict en « leur âme et conscience » ? « Sur mon honneur et ma conscience, devant Dieu et devant les hommes », je crois que telle est la phrase prononcée par le Président du jury d’Assises au moment de rendre le verdict. S’il faut jurer sur quelque chose, mieux vaut encore la conscience que le Coran qui risque de remplacer bientôt la Bible.

J’aime bien l’idée de jurer sur son honneur, mais là aussi… qui en a encore ? C’est la faute de Marcel Pagnol qui a écrit « L’honneur, c’est comme les allumettes, ça ne sert qu’une fois ». Bon d’accord, je sais qu’il parlait d’une autre forme d’honneur, mais quand même, j’ai le droit de penser comme je veux et même d’être de mauvaise foi si j’ai envie, na ! On pardonnerait presque les crimes d’honneur par les temps qui courent. Alors…

Pour moi, le plus beau, c’est de savoir que certains fonctionnaires prêtent encore serment avec leur conscience (pas les fonctionnaires de police, eux, ils promettent juste d’obéir aux ordres. Et bien, ça, ça craint ! enfin ça craint pour nous les citoyens lambda. Voir plus haut le procès de Nuremberg.) Donc, les facteurs disent : « Je fais le serment de remplir avec conscience les fonctions qui me seront confiées. Je m’engage à respecter scrupuleusement l’intégrité des objets déposés par les usagers et le secret dû aux correspondances » et les agents de France Telecom annoncent « Je fais le serment de remplir avec conscience et probité les fonctions qui me seront confiées ». Soit certains ont oublié de prêter serment, le travail urgeait, soit ils ont des problèmes de mémoire à en juger par le nombre de courriers qui disparaissent. Mais ça aussi, c’est encore une autre histoire.

J’ai relevé un certain nombre d’expressions comportant le mot conscience :

avoir sur la conscience : c’est avoir quelque chose à se reprocher

avoir sa conscience pour soi (avoir la conscience claire ?)

prendre conscience (prise de conscience)

perdre conscience (perte de conscience). Ce n’est pas l’inverse de l’expression précédente ; c’est quelquefois impressionnant mais pas forcément grave… La prise de conscience, elle, peut poser des problèmes.

se donner bonne conscience : faire comme si l’on n’avait rien à se reprocher. Vous en connaissez-vous des qui font ça ?

donner mauvaise conscience à quelqu’un (est-ce le faire réfléchir, prendre conscience de ?)

la clause de conscience qui doit conduire un journaliste à démissionner quand il n’est plus en accord avec les orientations de son journal (aujourd’hui, les journalistes ne sont-ils pas plus en accord avec leur porte-monnaie, les avantages et la notoriété qu’ils peuvent retirer de leur emploi ?)

Avoir de la conscience professionnelle ; indispensable dans tous les métiers et de plus en plus rare malheureusement.

Par acquit de conscience (pour s’éviter des remords), on pouvait autrefois en conscience (sincèrement), devenir objecteur de conscience (celui qui refusait de faire son service militaire en temps de paix ; pendant la guerre, tu fermais ta gueule et tu partais la fleur au fusil pour devenir de la chair à canon). Que d’images dans notre belle langue !

Pour en revenir à la conscience, en faire mention aussi souvent, est-ce la preuve qu’elle existe bel et bien ?

De là à parler de l’âme et des 21 grammes…

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=47795.html

Share

2 réflexions au sujet de « Mauvaise ou bonne conscience »

  1. la conscience consiste a conceptualiser la vie et la mort, le bien et le mal, moi et les autres, le vivant et le minéral …. je suis donc consciente , et un peu con(ne) !!
    je realise que cela ne veut rien dire, mais ca m a fait plaisir d en rajouter en toute ………..conscience !
    Bises ma belle lumineuse etoile flamboyante !
    ps : je n ai pas bu ni pris aucune substance dangereuse, seulement profite de mon dernier jour de relax !!

  2. Un remarquable article sur la conscience. La conscience, avec ses nombreuses expressions que tu nous rappelles ici, fait partie de notre langage donc de nos comportements. Tu t´interroges sur le fait de savoir si celui qui est de mauvaise foi peut avoir bonne conscience; je suppose que oui, puisqu´il n´est pas géné d`être de mauvaise foi!
    Prendre en considération la conscience est une question de caractère et de perspectives: ainsi, l´avocat qui défend un criminel, il sait qu´il ne fait que son travail néanmoins, tout le monde n´est pas à même d´être avocat en son âme et conscience 🙂
    Le vol de grandes surfaces qui te dit que finalement les investisseurs du hypermarché sont davantage des voleurs que lui…se donne bonne conscience pour ses méfaits: n´est-il pas de mauvaise foi ?
    J´aime tout comme toi me poser des questions sur le sens de la Vie, l´interaction sociale, l´attitude adéquate pour restée conectée au bien être et au bonheur! 🙂
    Bon après midi, bisous
    Ismeralda.
    PS: merci pour ton intervention très intéressante sur mon article Conviction/manipulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *