Eloge funèbre ?

A l’attention de quelqu’un que j’aime bien et qui saura tirer profit de cet écrit.

Je ne ferai pas d’éloge pour ma mère.

« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur », Beaumarchais. C’est aussi la devise du journal « le Figaro ».

Vous me connaissez un peu, non ? Et tant pis si je me répète en citant un de mes auteurs favoris, Voltaire : « On doit des égards aux vivants et aux morts que la vérité . »

Attention, ça va décoiffer…Mais comme disait Albert Einstein « Si vous êtes déterminé de décrire la vérité, laissez l’élégance au tailleur. »

Je viens de tomber sur le portrait du pervers narcissique et j’ai reconnu  ma mère.

Voilà un site1 qui présente  les portraits du bourreau (elle) et de la victime (moi). Et un autre blog qui peut vous informer bien davantage sur les violences morales site2

Cliquez sur le lien « site », vous verrez à quoi vous avez échappé ou peut-être pas, tant il y en a des variétés de parents toxiques. Désolé si ça vous est arrivé, mais nous ne sommes pas seuls.

Je relève quelques éléments essentiels dans ces portraits.

Le bourreau organise, par un travail de sape psychologique, la démolition mentale de l’autre par la dévalorisation, l’humiliation, le dénigrement, la brimade,
Il sait isoler, disqualifier, refuser la communication, brimer et n’éprouve pas de culpabilité.
Son talent, c’est de taper là où ça fait mal et de se faire passer lui-même pour victime de la prétendue  malveillance de sa proie.

Lorsque la cible décide de se soustraire à ses assauts, il peut faire preuve de gentillesse  pour la ramener dans ses filets.

La victime vive et extravertie exprime ses réussites et ses bonheurs au début puis devient triste, déprimée, et commence alors à éprouver des troubles de santé.  Il n’est pas rare qu’elle cherche des excuses à son bourreau. Il y a  de la culpabilité chez la victime : «Tout est de ma faute !» et, pour le pervers narcissique de la satisfaction «C’est de sa faute !»

***

Le pervers narcissique a besoin de son bouc émissaire pour se sentir exister et duper le reste du monde en jouant par ailleurs la personne irréprochable et bien souvent admirable. Tout ce qu’il construit n’est que faux semblants, mensonges et manipulations.

La seule possibilité (bien douloureuse!) est de comprendre que jamais, quoiqu’on fasse on ne pourra donner satisfaction à cette personne, et que jamais elle ne nous aimera comme on l’aurait tant souhaité. Ouf ! Ca y est, je viens enfin de comprendre : en trois épisodes, et là c’est le dernier ! A 25 ans, 40 ans et 57 ans.  Merci maman de m’avoir reniée sur ton testament. Tu l’as écrit et je suis enfin libérée de toi, mon boulet !

La seule possibilité pour se construire et vivre harmonieusement quand on a un parent de cet acabit, c’est de prendre ses distances et surtout de les garder, alors seulement on pourra avoir des rapports « normaux » avec les autres. Ceci explique ma fuite à 10 000 kms il y a plus de trente ans.

LIBERTAD !!! Quel beau cri , enfin !

« Ceux qui sont pour la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage. »Mark Twain

4 réflexions au sujet de « Eloge funèbre ? »

  1. C’est courageux de ta part, mon rayon de lumière très éclairée !!!! bravo …. comme on dit « y a plus qu’à »….. maintenant faut……le pardon !? sinon tu seras en peine ?! j espère que ce direct ne te blessera pas !!!!! merci …. on se voit vite sur st gilles……JE T EMBRASSE !!!! tiens moi au courant quand tu es par là , j ai du temps, en vacances, je te présenterai ma « blonde de la metropole » !

  2. Je ne sais que dire…
    Ma maman aussi me fait souffrir. J’en avais honte, vu mon âge, mais je m’aperçois que ça peut durer et même que ça durera encore longtemps !
    Suis pas encore libérée…

  3. C’est incroyable le nombre de parents toxiques, bien plus qu’on ne l’imagine. Dire que les enfants « victimes » ont honte de ce qu’ils endurent.
    Le jour où on se libère, c’est tellement mieux. Pourquoi un jour plutôt qu’un autre ? Un déclic et pff, presque plus rien. Ça a existé mais ça ne fait plus mal.
    J’espère que tu seras bientôt plus légère, chère Alba.

  4. Ping : Dictionnaire du Diable | FrancoiseGomarin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *