A qui profite le crime ?

C’est une question que nous devrions régulièrement nous poser et ce, dans de nombreux domaines, pour ne pas dire dans tous les domaines.

Je pensais ce matin au réveil (et oui, je commence fort) à la TNT à la Réunion. Puis mon esprit est vite parti vagabonder. Vers des cieux plus cléments ? Non. Même pas.

Comme à mon habitude, je rêvais d’un monde qui pourrait aller mieux s’il ne tournait pas aussi peu rond. A en juger par ce qui se passe en Tunisie, en Egypte et ailleurs, les dictateurs ont le feu aux fesses. N’ayons pas peur de secouer le joug, nous aussi. Les Français ont toujours su défendre de grandes idées. Pourquoi sont-ils silencieux maintenant ? Sommes-nous devenus des moutons et des veaux ? Nous ne l’avons pas toujours été. J’y reviendrai sans doute un autre jour. J’essaie de rester dans mon sujet : « A qui profite le crime ? »

En ce qui concerne la TNT à la Réunion, cette arrivée tant attendue par les hommes politiques et par la population, ressemble fort à un marché de dupes. Télévision en direct de métropole, c’est sans compter le décalage horaire et les horaires de travail de ceux qui ont la chance d’avoir un emploi. Programmes sans intérêt… Du pain et des jeux ! Panem et circenses à Rome. On sait où ça a mené. Je n’irai pas plus avant (maintenant) dans ce débat sur l’abrutissement des masses.

Je me demande qui a trouvé intérêt avec la TNT à la Réunion. Pas la population moyenne qui n’a ni investi dans un nouveau téléviseur compatible avec la TNT, ni dans un décodeur TNT, ni dans un abonnement à Canal Sat ou Parabole mais qui a une épée de Damoclès au dessus de la tête : un écran noir le 31 octobre prochain avec l’extinction du signal hertzien. Vous parlez de progrès ? Plus de télévision gratuite. Gratuite, c’est vite dit, il y a bien une taxe télé avec la taxe d’habitation, non ?

Vous les politiques, vous vous foutez de moi, comme les prévisionnistes de Météo France, le Préfet qui m’interdit l’accès au volcan, le Recteur qui supprime des postes d’enseignant, des heures de cours, le Ministre de la Santé qui dérembourse les médicaments, allège le personnel soignant, et tous les autres responsables jamais coupables… J’ai envie de revenir plus tard sur ces sujets.

Quant au principe de précaution à la Réunion : les fortes pluies, le volcan, Oté, les Réunionnais lé pas couillons, ils allaient au volcan avant, librement, et revenaient généralement en vie et même en parfait état la plupart du temps. En me privant de sorties, je laisse de l’espace à certains privilégiés. Souvenez-vous d’une certaine nuit du 4 août. En 1789, on a décidé de la fin du système féodal , c’est-à-dire l’abolition des privilèges.

Moi, ce que je vois, tout simplement, c’est qu’on me prive de plus en plus de liberté, qu’on me plume aussi de plus en plus. Ce n’est pas possible que tous ces actes soient gratuits. A qui donc est-ce que ça profite ?

Pour les Réunionnais qui n’ont pas choisi le « tout pour ma télé », le vieux téléviseur qui fonctionne encore doit être changé. Pour les couillons comme moi, dont le vieil appareil a rendu l’âme et qui ne se sont pas renseignés sur les standards compatibles avec la TNT (à la Réunion est le Mpeg-4 au lieu du Mpeg-2 en métropole.), nous avons un écran plat mais pas de TNT sauf à acquérir un décodeur ou un adaptateur. Achetez. Payez encore.

A ce propos, pourquoi en sautant la mer les décodeurs passent-ils de 22,40€ à 139€ (et ce n’est pas le plus cher) ? Est-il vrai que le Conseil Régional finance l’acquisition de ces décodeurs ? J’espère que les vendeurs et revendeurs de tout ce matériel sont reconnaissants aux hommes politiques, qui sont par ailleurs  bien silencieux quand on leur parle de ce qui les dérange.

N’oubliez pas, Messieurs, Mirabeau à l’Assemblée Nationale, lors de la séance du 23 juin 1789 : « Nous sommes ici par la volonté du Peuple et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes ! », nous vous avons mis là où vous êtes mais ce n’est pas ad vitam aeternam.

Et il y en a encore beaucoup à dire ? Et si on parlait de nos ordinateurs, de la CNIL et de l’identification obligatoire ou de la LOPPSI 2.

Allons, j’en parlerai un autre jour.

Une réflexion au sujet de « A qui profite le crime ? »

  1. Ping : Parler, est-ce un art ? | FrancoiseGomarin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *