Confiance…

Ça y est, il n’y a plus de doute l’écriture inclusive est utilisée par l’administration française. Voyez un peu l’en-tête d’un courrier adressé à :

Mesdames et messieurs les directeur-rice-s d’école
S/c de mesdames et messieurs les inspecteur-rice-s
de l’éducation nationale

et ce, malgré la circulaire d’Édouard Philippe, parue au Journal Officiel n°0272 du 22 novembre 2017 (circulaire du 21 novembre 2017 relative aux règles de féminisation et de rédaction des textes publiés au Journal officiel de la République française) qui mentionne « Dans les textes réglementaires, le masculin est une forme neutre qu’il convient d’utiliser…« .

Pourtant, depuis cette date, le site du ministère de l’Éducation nationale est truffé de textes en écriture inclusive à l’adresse des «professeur.e.s», même si Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation Nationale a fait savoir à plusieurs reprises son hostilité à l’usage de cette écriture. Désobéissance dans les rangs supérieurs ? Il me semble. En clair, le ministère et le pays sont devenus des pétaudières (clic pour relire un de mes premiers billets) où chacun fait ce que bon lui semble. C’est donc l’anarchie dans le sens de grosse pagaille ; plus trivialement : c’est le bordel.

Or, bien que désobéissante elle-même à son ministre, cette administration adresse un courrier obligeant les directeur-rice-s d’école à se soumettre, à courber la tête devant elle et à ne pas laisser les parents d’élèves s’exprimer, dire et faire n’importe quoi.

Ce courrier met en garde (pas de menace, il est vrai) les directeur-rice-s. Voilà ce qu’il y a lieu de leur rappeler :

A la veille de l’examen du projet de loi « Pour une école de la confiance » au Sénat, certains d’entre vous sont invités, soit par des organisations syndicales, soit par des associations de parents, soit encore par des collectifs, à distribuer des tracts appelant à « résister » ou encore à « s’opposer » à la dite loi.

Je souhaite vous rappeler quelles sont vos obligations de fonctionnaire d’Etat, notamment votre obligation de neutralité, conformément à l’article 25 de la loi n° 83-634 modifiée du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires : « Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec dignité, impartialité, intégrité et probité. Dans l’exercice de ses fonctions, il est tenu à l’obligation de neutralité ».

Aussi, je vous invite, dans ce cadre, à la plus grande vigilance sur les demandes de distribution de tracts ou écrits orientés contre la politique d’éducation conduite par le gouvernement. L’école doit rester un lieu neutre, à l’écart des utilisations politiques et des instrumentalisations. C’est aussi pour vous protéger et que vous ne vous retrouviez pas mis en cause que je vous recommande à la plus grande retenue.

J’attire votre attention sur le fait que ce type de document ne peut en aucun cas figurer dans le cahier de liaison avec la famille. Les associations de parents d’élèves pourraient par commodité être également tentées de vous solliciter pour faire passer des tracts ou autres écrits par le biais de ces cahiers de liaison. Fonctionnaires d’Etat, vous ne pouvez pas accéder à ce type de demande.

Je sais pouvoir compter sur votre engagement pour défendre avec dignité la vision d’un service public d’éducation, dans le respect du cadre déontologique attaché à l’exercice de nos fonctions. Les inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale restent à votre écoute en cas de questionnement particulier.

« Dignité, impartialité, intégrité et probité. Dans l’exercice de ses fonctions, il est tenu à l’obligation de neutralité » : mots choisis mais ces qualités font défaut à nos dirigeants à différents niveaux, je pense en particulier à la dignité, l’intégrité et la probité et je souris.

« L’école doit rester un lieu neutre, à l’écart des utilisations politiques et des instrumentalisations » et pourtant… Que penser des décisions souvent prises à la va-vite par des ministres qui se succèdent (plus ou moins rapidement) ?

Revenons à l’école de 2018/2019 : Jean-Michel Blanquer et « l’École de la confiance »

Nommé ministre de l’Éducation nationale en mai 2017, Jean-Michel Blanquer souhaite (r)établir « L’École de la confiance », qu’il définit comme « un état d’esprit » : confiance déclarée dans :
  • le personnel,
  • les parents,
  • les élèves
avec pour objectif final d’arriver en la confiance des élèves en eux-mêmes.
 
Le Ministre a de l’ambition (et quels moyens véritables ? Il veut excellence, bienveillance, meilleure maîtrise des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter) et le respect autrui, le retour de l’esprit de la République. Je suis d’accord, c’est beau mais comment va-t-il y arriver ? Il veut porter chaque élève au plus haut de son talent et de son mérite, rassembler les Français autour de leur École… rien que des rêves que je fais aussi. mais comment peut-il croire que ça va fonctionner si dès le début, les parents (qui sont les premiers partenaires de l’École) sont réduits au silence.

Pourquoi tant de précipitation ? Pour être sûr de laisser sa marque ?

Aujourd’hui quand on me dit Confiance » je ne peux m’empêcher de penser à Kaa… celui qui attire avec charmes mais avec des desseins peu amicaux ; il ne pense qu’à son intérêt pas à celui de sa potentielle victime.
 

Ce que je crains aujourd’hui , c’est la fin de l’école républicaine.

Le conflit avec les parents – qui ne sont pas tous sourds, aveugles, démissionnaires – risque bien de se durcir et d’encourager l’exode vers l’enseignement privé ou même la sortie du système scolaire. 

Share

4 réflexions sur « Confiance… »

  1. L’école n’a plus rien de républicain, hélas …
    Je ne vais pas faire une dissert’ sur le sujet car pas facile d’écrire sur le téléphone.

    «  » Bon jeudi, toujours très doux, on se régale …
    Le moral revient doucement avec le soleil ☼
    Les douleurs dorsales et des yeux s’atténuent avec l’utilisation modérée du PC.
    Que demander de plus ?
    Gros bisoux ♥ «  »

  2. …pour l’ecriture je suis bien d’accord ! mais pour le fonctionnaire qui doit se tenir au garde à vous , et obéir, sans faire de vagues, je pense qu’il a des droits, et des reserves à faire valoir, manifester, publier, et diffuser n’est pas interdit par la loi, sauf celle de Blanquer !! et de Macron…je suis un peu éloigné des problèmes d’école et d’ Education, mais je sens bien les mauvais coups que ceux ci préparent ! merci pour tes explications, bonne fin de semaine, chère Françoise, bisous

  3. Bonjour ma françoise ♥
    «  » Bonne fin de semaine, que j’espère estivale.
    Très chargée pour moi car nous allons avoir nos deux zamours, non pas pour fêter pâques (Pas notre truc) mais l’opportunité d’un long week-end.
    Je ne vais donc passer que très rapidement (Si je passe …) et, de toutes façons, … à mardi !
    Bonnes fêtes pascales, si tu les fêtes.
    Gros bisoux ♥ ensoleillés ☼
    Toujours en C/C avec mon smartphone «  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.