Victimes ?

Sans éducation civique et sans information équilibrée, sans contre-pouvoir citoyen et sans véritable paix sociale, voter n’est qu’un alibi démocratique qui profite aux oligarchies en place (vous savez ce petit nombre d’individus ou de familles privilégiés qui fait sa petite cuisine, qui s’arrange pendant que vous trimez). C’est peut-être la raison de la désaffection des urnes. Attention si vous ne votez pas, vous ne pouvez pas vous plaindre.

Si vous laissez des voyous vous gouverner, c’est tant pis pour vous. Vous les avez choisis ou vous avez laisser choisir ces imposteurs. Le dessin et la phrase qui suivent résument bien l’idée. Vous n’êtes pas de vraies victimes. Cessez donc de vous plaindre !

Wana wa JUWA, ne participons pas à ces élections, piège à cons

L’idée qui précède cette conclusion n’est pas nouvelle, je me souviens de ces affiches soixante-huitardes :

ou de celle-ci qui me semble plus récente :

Retenez quand même que le référendum ne vaut pas mieux ; le référendum d’initiative citoyenne (RIC), qui est en vigueur dans plusieurs pays européens, était déjà une revendication récurrente lors de la Révolution française. Alors est-il faisable en France entre la Constitution à revoir et la diversité des Français à la mentalité râleuse ? On n’a pas fini d’en voir des vertes et des pas mûres.

Monde Libertaire (Le) N° 180 Du 01/04/1972 - Elections Piege A Cons - Referendum C'et Tout Comme.

 

Humanite (L') N° 17042 Du 01/06/1999 - Otan - La Strategie De La Bavure Attention Abstention Piege A Cons - L'europe Sociale - La Guerre Du Kosovo Et Les Futures Institutions Europeennes - Marie-George Buffet - Contre Le Dopage Nous A...

 

 

L’abstention n’est pas la solution.

Reste le vote blanc qu’il faut compter comme un suffrage exprimé régulièrement.

Alors que va-t-il se passer maintenant ?

La France commence à se diviser entre les Gilets Jaunes et les Foulards rouges, ces derniers qui se disent contre la violence, braillent des slogans haineux et surtout injustes (« Allez bosser, fainéants« ), ils lancent des mots dont ils ne comprennent pas le sens comme « Fachos », par exemple, terme familier pour fasciste, adepte du fascisme, une doctrine qui vise à instaurer dans un pays un État d’exception de type mussolinien, un système politique caractérisé par la toute puissance de l’État, le développement de l’appareil répressif dominé par la police politique et la prépondérance de l’exécutif sur le législatif. Qui sont les fachos là ? Il faut que cesse l’utilisation de mots qui ont perdu leur sens.

Quand je vois ce qui se passe, je m’inquiète, bêtise humaine, exaspération, mépris, des ingrédients pour qu’une révolution arrive. Une guerre civile est à craindre, plus encore quand Castaner dit angéliquement qu’il faut accueillir les djihadistes qui reviennent au pays. « Ils seront mis en prison ». Mais les prisons sont-elles prêtes à les accueillir ? Rien de moins évident surtout si on leur donne, à tous ces terroristes en puissance, les mêmes conditions que Salah Abdeslam, au sein d’un quartier d’isolement, dans une cellule d’une dizaine de mètres carrés surveillée en permanence – huit personnes se relaient pour assurer sa surveillance constante -, deux promenades d’une heure chacune, matin et soir, et, comme la loi l’y autorise un Coran et un tapis de prière pour pratiquer sa religion.

Dans quelles conditions sont détenus les prisonniers de droit commun ? Les Gilets Jaunes ? Moins bien sans aucun doute.

Devenez terroriste si vous voulez vivre confortablement en prison (aux frais de la princesse).

Sans compter qu’on va rapatrier des mères et des enfants conditionnés anti-Français, islamistes obscurantistes, qu’on va les nourrir et les loger, mieux que des enfants de travailleurs pauvres, Français et immigrés tranquilles, besogneux comme le furent bon nombre de nos ancêtres qui ont voulu devenir des citoyens à part entière.

Qui sont les victimes aujourd’hui de nos dirigeants ?

Share

4 réflexions sur « Victimes ? »

  1. Hé oui, on va encore surcharger les prisons avec des gens qui haïssent la france et les nourrir dans un confort que voudraient bien nos SDF …
    Je me répète, mais on marche sur la tête et ça va mal se terminer …
    Très très mal !
    Bon mercredi, après la tempête moins virulente que prévu …
    Bisoux, ma françoise ♥

  2. il n’ est plus possible de parler de démocratie quand on nous impose des candidats !
    la dernière présidentielle fut un modèle du genre avec des merdias et un parquet complice d’une certaine intelligentsia, qui avait tout organisé pour que passe un président garant de paix sociale, on voit ce qu’ il en est !
    Il n’ est plus possible d’ accepter qu’ on puisse être élu avec si peu de voix , pas plus qu’ il n’ est acceptable qu’ il n’ y ait pas de proportionnelle !
    Quand au retour des djihadistes, on voit une fois de plus que les droits de l’ homme ne concernent que la racaille !
    Qu’ on demande aux algériens ce qu’ ils pensent de ceux qui étaient revenus d’ Afghanistan !
    Bonne journée Françoise
    Bisous

  3. « élections piege à cons », c’est bien le mot qui convient, le «  »grand foutoir » est maintenant tres à la mode, je veux parler du « Grand Débat », qu’en sortira – t il ? rien ! c’est bien certain ! quant aux djihadistes, ils ont quitté la France, qu’on les juge sur place pour leurs exactions, ça ne me dérange pas du tout, et qu’on ne les revoit plus ! l’avenir n’est pas brillant, avec la clique qui nous gouverne, et les « foulard rouges » qui se rejouissent de chaque blessé « Gilets Jaunes », pendant que d’autres quittent le mouvement pour se présenter aux européennes, séduits par on ne sait quelles sirènes ? lucratives et proches du pouvoir, on peut penser ? bonne journee chere Françoise, bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.