Drôles de questions

Ce samedi matin, j’ai participé à un brunch littéraire. Il fallait bien donner un nom à cette réunion bimestrielle qui se tient à la médiathèque de la commune dans laquelle je réside, alors brunch, pourquoi pas, nous avons des Britanniques qui vivent ici et un club de langue anglaise. C’est loin d’être un brunch tel qu’on le définit, mot-valise combinant les mots breakfast (petit déjeuner) et lunch (déjeuner), on ne mange pas beaucoup mais ce sont deux heures très agréables que nous passons ensemble (des dames la plupart du temps). Hier j’ai fait des découvertes, comme chaque fois, et c’est sur le premier livre présenté que je reviens. .Et si….

Et si… c’est le titre de cet écrit dont Randall Munroe est l’auteur, Cet ouvrage regroupe beaucoup de questions  et apporte “Toutes les réponses les plus scientifiques aux questions que vous ne vous êtes jamais posées “

Et si…

Voilà quel genre de questions trouvent des réponses.

  • “Jusqu’à quelle vitesse peut-on passer sur un ralentisseur sans être tué ?
  • Si deux personnes immortelles vivaient seules sur la terre, combien de temps mettraient-elles pour se rencontrer ?
  • De quelle altitude faudrait-il laisser tomber un steak pour qu’il soit cuit en arrivant au sol ? “

La plupart du temps, la réponse finale est : la terre explose, les hommes meurent et des trous noirs se forment. Et pourtant on rit avant d’arriver à la fin.

Aujourd’hui, dans mes lectures, j’ai trouvé une autre question plus terre-à-terre que je ne m’étais jamais posée : combien une femme dépense-t-elle en protections périodiques durant sa vie ?

Une étude britannique a été réalisée en 2015 et la réponse est : environ 23 500 €.

Tous les mois, les femmes voient revenir avec plus ou moins de bonheur et de douleurs… leurs règles. Non contentes de leur rendre la vie (un peu) plus compliquée que d’habitude (pendant environ quarante ans, soit 480 fois dans la vie d’une femme), les menstruations ont un coût, astronomique si l’on fait les comptes.

Chaque fois, les femmes se procurent des protections (serviettes, tampons,…) une dépense supplémentaire mensuelle obligatoire avec un coût que de nombreuses femmes dans le monde sont incapables de supporter et qui les oblige à trouver des solutions qui mettent quelquefois leur santé en danger : protections confectionnées avec des morceaux de tissu, ou même des papiers, des journaux quelquefois. Elles peuvent aussi conserver plus que de raison une protection interne pour faire des économies et risquent alors le syndrome du choc toxique.

En France, pour répondre à ce problème, une députée socialiste en partenariat avec des organisations féministes, s’était mobilisée en 2016 pour faire passer la taxe sur les protections hygiéniques de 20% à 5,5% afin de rendre ces produits “produits de première nécessité” comme l’eau ou les produits alimentaires.

En Ecosse, on est encore allé plus loin. Le pays est devenu le premier à distribuer des protections gratuites aux femmes précaires à faibles revenus et à toutes les élèves dans les écoles, les collèges, lycées, universités. Une démarche que la LMDE (Sécurité étudiante) en France a décidé de suivre, timidement, en proposant désormais aux étudiantes de rembourser leurs protections à hauteur de 25€ par an (c’est mieux que rien).

N’êtes-vous pas choqués par le taux de T.V.A. appliqué ? 20%.

La TVA est modulée, avec quatre taux : le taux normal de 20%; l’intermédiaire à 10% pour le transport, la restauration, les travaux de rénovation des logements ; 2,1% pour les médicaments remboursés et la presse ; 5,5% pour des produits de première nécessité : le pain, le sucre, les fruits et légumes, mais aussi les abonnements au gaz et à l’électricité.

N’est-ce pas une première nécessité que ces protections périodiques ? Encore une injustice “naturelle” amplifiée par un système phallocrate.

Share

5 réflexions sur « Drôles de questions »

  1. je n’ aurais pas imaginé que mon épouse m’ avait tant coûté avant sa ménopause !
    Je ne suis évidemment pas spécialiste, mais je me suis dit comment faisait on jadis ?
    Comme pour les mouchoirs et les couches pour bébés je suppose !
    Passe un bon dimanche Françoise
    Bisous

  2. Il y a déjà assez longtemps que j’avais entendu parler de cette TVA sur les protections, considérées comme des produits de luxe et non pas de première nécessité !
    On n’y pense pas, mais effectivement, ça revient cher.
    Et, après la ménopause, il faut aussi penser aux protections tout court qui servent à éviter les fuites liées à l’âge …
    Hé oui et là, même les messieurs sont concernée, quoiqu’un peu moins.
    Mais ça existe aussi et on peut en parler, n’est-ce pas ?
    De très nombreuses femmes sont concernées et les pubs à la télé ne manquent pas !
    Ils feraient mieux de baisser leurs prix que de payer ses pubs !!!
    Si tu utilises les marques qui “pubent”, elles valent … la peau du cul, c’est le cas de le dire.
    Mais c’est bien de réclamer une TVA plus basse pour ces produits car on ne peut pas faire “sans” (sang ???).
    Merci de l’avoir remis dans l’actualité.

    Bon dimanche, gris et morose …
    Avec un vent à décorner les boeufs !
    Bisoux, ma françoise ♥

  3. Pardon pour la faute, “ces” pubs au lieu de “ses” pubs. Je ne me relis jamais … Pfff

  4. …le brunch, oui agreable repas, que j’ai pu pratiquer à l’ile Maurice avec des amis… moins courant chez nous ! les protections feminines, produit de première necessité, on se demande pourquoi on ne pourrait pas les taxer plus bas en TVA ! ce ne serait que justice, bon dimanche chere Françoise, bisous

  5. Bon début de semaine avec un peu moins de vent, ça fait du bien de retrouver le calme …
    Bisoux, ma françoise ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *