Pour rire encore

Cette fois, je vous propose des histoires de camionneurs. C’est dimanche et je suis sur la route.

*****

Un camionneur s’arrête à un feu rouge, une blonde le rattrape. Elle sort de son auto en courant vers le camion et frappe sur la porte. Le camionneur descend sa vitre et elle lui dit : —  « Bonjour, mon nom est Lucie et je veux vous dire que vous perdez votre cargaison.’

Le camionneur l’ignore et continue sa route. Quand le camion s’arrête à un autre feu rouge, elle le rattrape encore une fois. Elle descend en courant de son auto et court au camion. Elle frappe sur la porte. Le camionneur redescend encore une fois sa vitre. Elle lui dit comme si elle ne lui a avait jamais parlé : « Bonjour, je suis Lucie et je veux vous dire que vous perdez votre cargaison. »

Secouant la tête, le camionneur l’ignore encore une fois et continue son chemin. Le feu passe au vert, le camionneur embraye et poursuit sa route. Voyant que la blonde compte encore insister au feu suivant, c’est lui qui prend cette fois les devants. Il se dépêche, sort de son camion et court à la voiture de la blonde. Il frappe sur la vitre de la portière qu’elle ouvre aussitôt et il lui dit exaspéré :

« Bonjour, je suis André, c’est l’hiver et je conduis un camion de sel, »

*****

Un camionneur s’est arrêté sur le bord de la route pour satisfaire une urgente envie d’uriner. Il est en train de se soulager consciencieusement en dessinant des arabesques sur le mur d’une propriété qui se trouve là, lorsqu’apparaît une bonne sœur à la porte de cette propriété.

 » Tout se passe comme vous le voulez mon fils ? »

Le camionneur, confus, se rebraguette précipitamment :  » Je suis désolé, ma sœur ! « 

– « Je vous en prie mon fils, il m’arrive de faire la même chose… Mais, puisque le Seigneur vous a placé sur mon chemin, pourriez-vous s’il vous plaît me montrer votre … votre machin. »

Le camionneur complètement abasourdi :  « Pardon ? Vous plaisantez j’espère ma sœur ? « 

 » Pas du tout mon fils. Cela fait cinquante ans que je vis cloîtrée dans ce couvent, et jamais de ma vie je n’ai eu l’occasion de voir ces choses de près. Soyez charitable… »

Le camionneur redescend sa braguette en disant : « Ainsi soit-il… »

La sœur : « Mon Dieu et… euh … je peux toucher ? »

Le camionneur n’en revient pas et déjà un peu émoustillé : « Eh bien… au point où on en est… allez-y ma sœur. »

La sœur empoigne alors un testicule dans chaque main et se met à les cogner l’un sur l’autre en criant : « IL EST INTERDIT DE FAIRE PIPI SUR LE MUR DU COUVENT. »

*****

Un camionneur de taille forte est assis dans un bar pour boire un verre quand un petit monsieur entre et demande:
– À qui appartient le pitbull qui est dehors ?
Le camionneur se lève, déplie son mètre quatre-vingt-dix-huit et dit d’une voix grave :
– Il est à MOI, t’as un problème avec ça ?
– Euh, non, non, pas de problèmes, mais je crois que mon chien vient de tuer le vôtre…
– QUOI ? Mais qu’est-ce que t’as comme chien ?
– Un caniche.
Le camionneur éclate alors de rire et dit :
– Un caniche ! Tu crois que ton petit caniche peut tuer mon pitbull ? Il n’en fait qu’une bouchée de ton chien !
– Ben justement, c’est ce qu’il a fait, je crois qu’il s’est étouffé avec.

*****

Un routier belge se trouve à l’arrêt devant un tunnel limité à 4 mètres en hauteur, malheureusement son camion mesure 4mètres10, il ne peut pas passer. Un deuxième routier, passablement énervé, qui est derrière lui et attend depuis vingt minutes, descend de son véhicule en râlant, je passe les détails (et les mots).

Le camionneur belge lui explique que le tunnel est trop bas de 10 centimètres pour son camion. Celui qui s’impatiente dit : « Eh bien c’est simple, tu dégonfles tes pneus et tu passes. »

Après une longue réflexion, le Belge rétorque :  « C’est pas bête, une fois, mais c’est en haut que ça ne passe pas, pas en bas ! »

*****

Variante de la précédente ; un chauffeur de camion belge s’arrête à l’entrée d’un tunnel avec son gros « bahut ». Devant lui, il y a un autre camion belge arrêté lui aussi. Celui qui vient d’arriver descend de son engin et va voir son compatriote. Il lui demande pourquoi il s’est arrêté comme ça à l’entrée du tunnel.

Le premier camionneur lui montre un panneau : hauteur maximale 4.00 m » et lui explique que son camion fait 4m20, et que ça va coincer.

Le nouvel arrivé dit alors au premier :  » Tu t’en fous, il n’y a pas de flics !  « 

*****

Bonne journée.

Share

2 réflexions au sujet de « Pour rire encore »

  1. Ils sont sympas dit on les routiers, mais pas toujours quand ils mettent longtemps à dépasser, et j’ ai déjà vu des camions bloqués pour avoir tenté de passer sous un pont trop bas, alors on peut bien rire un peu, merci Françoise
    Bon dimanche
    Bisous

  2. oui, pas mal tes histoires de camionneurs, il y a pas longtemps, chez nous, l’un d’eux a emporté le pont trop bas, heureusement c’était une passerelle ! consequences pas trop graves, sauf pour le camion, la passerelle a refaire, et le camionneur qui a perdu son permis ! ! bon dimanche, bonne route chere Françoise , bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *