Être marron

Être marron… Je me souviens qu’il y a quelques années je m’étais amusée à écrire des billets sur la couleur, avec quelques expressions liées à celles-ci. J’avais traité le bleu, le rouge, le vert mais pas le marron, nom de couleur qui vient de celle des marrons, châtaignes et marrons d’Inde, une couleur faiblement lumineuse dont la dominante est  rouge. Alors quel lien entre  cette couleur et l’expression « être marron »  ?

Vous la connaissez cette expression : « être marron » et l’on peut  « être chocolat » d’ailleurs, ou grillé aussi ; côté couleurs, tout ça est proche : des tons de brun.

En France, dans le langage courant, le mot « marron » est utilisé pour indiquer les couleurs brunes : « des chaussures marron »« des yeux marron ». Le mot « brun » est réservé aux  poils, fourrures : « ours brun » et chevelures brunes (« une personne brune » à La Réunion, c’est un noir, sachant que le noir connait de nombreux dégradés dans notre île, comme les marrons sont divers : châtaigne, noisette, café, chocolat, taupe… euh… caca.)

  • En électricité, le fil marron représente une liaison navette, le fil bleu étant le neutre et le fil rouge la phase.
  • La norme française NF-X 08-100 sur l’identification des tuyaux rigides indique que les conduites transportant des huiles et combustibles liquides sont peintes en marron clair. Les conduites transportant des gaz, sauf l’air, sont peintes en jaune-orangé avec anneaux marron clair s’il s’agit d’acétylène, marron moyen s’il s’agit d’hélium.
  • La ceinture marron est le dernier grade d’apprentissage du judo et du karaté, correspondant au 1er Kyu (9e niveau). Elle suit la bleue et précède la ceinture noire.

Bon, comme à mon habitude, je m’éloigne de l’expression : être marron qui peut signifier être dupé, s’être fait avoir mais qui exprime aussi le fait de se faire prendre ; dans ce cas « être marron », c’est être grillé.

Marron dans ce sens viendrait de cimarron : un esclave fugitif, donc clandestin, illégal, une situation anormale en soi. Selon quelques historiens, « être fait marron », « être paumé marron » sont des expressions argotiques reprises par les bagnards de Cayenne où le « popote marron » est un bagnard évadé.

Être marron c’est donc se retrouver dans une situation anormale, être trompé, filouté, dupé… Tiens, certains d’entre nous ne se sentent-ils pas marrons en ce moment ?

3 réflexions au sujet de « Être marron »

  1. Oh si !!!
    On se fait bien avoir … suivez mon regard vers le MONARC !
    Et je crois que c’est pas fini …
    Bon week end, repos … ou pas !
    Bisoux, ma françoise chérie.

  2. chez moi on dit marrons pour des châtaignes, alors que le véritable fruit du marronnier n’ est pas comestible pour nous, mais l’ est pour les sangliers.
    j’ ai souvent, lu dans des livres ou entendu dans des films l’ expression marron, pour un esclave noir en fuite !
    Mais pour l’ instant, c’ est vrai qu’ un jeune présomptueux nous a bel et bien fait marron !
    Passe un bon dimanche Françoise
    bisous

  3. Juste un tit coucou pour te souhaiter un bon dimanche … après de belles journées estivales, il pleuviote.
    Bisoux, ma très chère françoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *