Croire au Père Noël

Croire au Père Noël est une expression qui signifie être crédule comme un petit enfant naïf, se faire des idées, comme beaucoup en 2012 croyant que François Hollande allait rendre la France meilleure, plus belle, plus confortable, plus heureuse. On voit le résultat. Alors pourquoi croire encore au Père Noël ? Tout simplement pour garder un peu d’espoir pour demain. Il ne faut ne jamais oublier que la lucidité s’arrête là où commence la déprime : gardons toujours notre capacité de rêver.

Mais pourquoi faire croire au Père Noël alors que nous éduquons (en principe) nos enfants et que nous leur apprenons qu’il ne faut pas mentir ?

Par bonté ? Pour perpétuer une tradition relativement récente ? Pour transmettre des valeurs à nos enfants ? Je me demande. Personnellement, j’ai fait croire au Père Noël à mes enfants et à mes petits-enfants, un peu inquiète que, passé six ans, mon petit-fils reste aussi crédule mais n’est-ce pas, pour lui, une façon de se protéger ? J’avoue que j’en rajoute pour maintenir le rêve, c’est moi qui ai décidé de l’emmener à Rovaniemi (le village du Père Noël) et c’est moi qui lui raconte souvent des sornettes.

Alors pourquoi faire croire au Père Noël ? Je trouve des motifs raisonnables (à mes yeux) :

  • Perpétuer une tradition, qui bien que récente, en est devenue une dans les familles des pays occidentaux
  • Développer le sentiment d’appartenance à une société dans laquelle tout le monde se prépare à la même fête ou à un groupe « ceux qui croient », à une même famille en préparant des plats ou des gourmandises (truffes, fruits déguisés…), en réalisant des cartes de vœux, en décorant le sapin… Un réel partage d’activités.
  • Apprendre la patience et l’anticipation : longtemps à l’avance cette fête est évoquée ; presque tout au long de l’année, on la rappelle : « Attention, si tu n’es pas sage, le Père Noël ne viendra pas ». Quand on est en ville, dès novembre, les vitrines se parent d’atours brillants ; à la campagne « grâce » à la télévision, le Père Noël s’impose dans les maisons à grands coups de publicité : jouets, cadeaux, « grande boufffe ». Si en plus, on a installé un calendrier de l’Avent, on procède à l’ultime compte à rebours, le décompte des derniers vingt-quatre jours de préparation de la fête. Vivre cette attente peut aider l’enfant à accepter d’autres attentes plus difficiles que la vie pourrait lui imposer. De nos jours, on peut obtenir beaucoup de choses si rapidement que l’on a tendance à oublier l’effort et la patience indispensable pour atteindre certains objectifs.
  • Apprendre à désirer : c’est dans le même esprit que la raison précédente ; outre la patience, il faut apprendre à faire des vœux, à exprimer des demandes, même les plus farfelues, à les expliquer et à modérer (ou pas) le nombre de rêves, découvrir ainsi que tous ne se réaliseront pas.
  • Participer au développement de la conscience sociale : montrer que Noël ne se fête pas partout de la même façon ou même ne se fête pas du tout, que certaines personnes vivent dans des milieux moins favorisés et ont besoin que d’autres les aident d’où l’existence des organismes de charité auxquels on peut participer en donnant un jouet en bon état dont on ne veut plus car on l’a « oublié ».
  • Intégrer ainsi le partage et la générosité : on donne non seulement à ceux qu’on aime mais même à d’autres ; on reçoit du Père Noël et de ceux qui pensent à nous ; on reçoit des cadeaux, de l’argent, du temps (pour faire des activités ensemble, des gâteaux, un repas…) et des paroles (de bons souhaits sur les cartes, des mots qui se disent moins souvent). Attention : on n’oublie pas d’offrir au Père Noël des biscuits, du lait chaud (ou du rhum) et des carottes pour ses rennes.
  • Retrouver le plaisir d’être ensemble et penser aussi à ceux qui ne sont pas là.

Puis, finalement, ce serait quand même bien qu’on y croie un petit peu au Père Noël, je vous rappelle qu’on a des élections en 2017 et mis à part son intervention* je ne vois pas trop ce qui va pouvoir changer dans nos vies en France. Avec cynisme, je vais redire, les hommes politiques ne mènent pas le monde, c’est le fric qui dirige tout.

Peut-on parier sur la capacité humaine pour trouver une issue même si elle ne figure pas dans les programmes politiques ? Je l’espère. Je ne sais plus où j’ai lu « L’espérance commence là où il n’y a plus d’espoir ». L’espérance, c’est un autre monde. 

———————————————————————————————————Petite note instructive : Mis à part son intervention*. Une question d’orthographe que je me suis posée et sa solution : les expressions « étant donné, mis à part, fini, passé » lorsqu’elles précèdent un nom ou un pronom sont, au choix, variables ou invariables. Pas d’erreur possible donc.

Share

5 réflexions sur « Croire au Père Noël »

  1. Croire au Père Noël, ou pour les adultes prendre des vessies pour des lanternes, c’est l’exercice favori de notre équipe soi-disant dirigeante. Le problème c’est que cela ramène à un âge mental de 5 ou 6 ans au maximum, et que ce phénomène est confirmé par toute une série de décisions saugrenues : impôts à 75% pour certains, guerre au Mali et dans plusieurs pays d’Afrique sur au moins 3000 kilomètres avec trois pelés et deux tondus et pour quel bilan autre que des dépenses inconsidérées, beaucoup de précipitation pour aller « casser la gueule » du président syrien, mais intervention bienvenue du président américain, haine déclarée des « riches » mais connivence avec ceux qui détiennent le « fric », etc.;;;
    A bientôt

  2. Bonsoir Françoise,
    Croire au Père Noël, au sens figurer, c’est sûrement être naïf, mais si être encore (ne serait-ce qu’un peu) optimiste (malgré l’atmosphère qui règne), si accepter de ne pas jeter les rêves et les quelques idéaux qui restent au feu, si donner encore un chouia de sa confiance, si tout ça c’est être naïf, alors, je veux bien conserver encore une part de ma naïveté. Si tout le monde était absolument conscient et soucieux de tout, ce serait bien, parce que l’herbe verte des prés demeurerait belle, plus un mouton ne viendrait la brouter. Mais ce serait AUSSI terriblement triste. Plus personne ne croirait en rien, ni en soi, ni en l’autre, et la suspicion à propos de tout et de tous s’immiscerait comme un serpent insidieux partout.
    Le Père Noël de Ravaniemi, il y a longtemps que je l’ai remisé dans le monde des chimères, certes. Toutefois, quiconque a renié complètement l’enfant qu’il avait en lui ne peut plus jamais aspirer à un seul bonheur, un seul émerveillement. Vivre blasé, quelle horreur.
    Alors oui, en 2017, il y a des élections. Sauf que si on part d’avance en se disant que c’est foutu, que de toute façon les dés sont pipés, si on cultive la défiance plus que de raison, autant qu’on ôte le droit de vote au peuple, le droit de penser aussi, et qu’on laisse des bien pires (c’est peu de le dire) que ceux qui nous dirigent depuis des années maîtriser nos devenirs. Rien que pour ça, je veux continuer à croire encore un peu, et aussi parce que j’ai foi en l’être humain, malgré tout. Les politiques sont aussi des êtres humains. L’espérance peut être déçue, mais le pessimisme permanent n’a jamais rien construit -:)
    Bonne soirée, bonne semaine.
    FP

  3. Les enfants ont besoin du rêve, et la réalité arrivera toujours assez vite, sans forcément casser la magie de Noël.
    Adulte, il ne faut plus être crédule, mais il est vital de garder espoir !
    IL faut bien reconnaître que ces derniers temps, il est difficile de maintenir l’ équilibre
    Bonne journée Françoise
    Bisous

  4. Bonsoir, moi je ne crois pas à la politique en tout cas…
    Le père Noël ce serait bien…Mon prochain Noël sera dur sans mon papa…Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *