Moralité (2)

Une enquête menée depuis quelques mois en Île-de-France par la section de recherche de la gendarmerie de Paris, révélée par Le Parisien jeudi, a mis au jour un vaste réseau d’escroquerie sur les véhicules d’occasion, ou plus précisément les véhicules gravement endommagés (VGE).

Ainsi, en trois ans, plus de 5 000 (cinq mille) certificats de remise en circulation auraient été donnés à des véhicules qui ne devraient pas rouler, car beaucoup trop dangereux et cela sans que les trois garagistes suspectés n’aient vérifié que les voitures avaient bien été réparées avant.

« A minima, on peut parler de certificat de complaisance (…) mais il faut ajouter le rôle de quelques garagistes qui, par une implication à différentes étapes de la chaîne, ont contribué à l’importance de cette escroquerie qui fait craindre le pire du point de vue de la sécurité routière », explique un magistrat interrogé par le quotidien.

Les suspects comparaîtront devant la justice mais il reste encore à savoir ce que vont devenir ces véhicules qualifiés de dangereux. « Il va falloir rentrer en relation avec les propriétaires et sans doute diligenter de nouvelles expertises afin de s’assurer que tous les équipements de sécurité sont présents, ce qui est loin d’être acquis », précise une source proche du dossier auprès du Parisien.

Une étude de la Fédération internationale de l’automobile publiée en décembre dernier montrait que 600 000 voitures seraient trafiquées avant d’être revendues.

La  mafia est organisée et résiste bien aux lois qui devraient nous protéger et nous, nous sommes empoissonnés par cette même législation. Ne trouvez-vous pas qu’un contrôle technique tous les deux ans pour les véhicules de plus de quatre ans, c’est trop quand vous roulez peu ? 65 euros à payer (c’est autour de 450 francs), ça fait cher du kilomètre quand vous avez acheté un véhicule neuf, qu’il n’a été conduit que par vous et votre conjoint que vous roulez moins de 10 000 et même moins de 5 000 kilomètres par an.

C’est ni plus ni moins, soyons clair, utilisons les mots qui conviennent, c’est du racket.

C’est d’ailleurs la même chose pour les textes votés en vitesse et en catimini la plupart du temps pour :

les éthylotests (clic, souvenez-vous de ce billet et  noter que cette obligation est venue s’ajouter à celles de posséder un gilet de sécurité et un triangle de signalisation en vigueur depuis le 1er juillet 2008. En cas de contrôle par les forces de l’ordre, l’absence d’éthylotest devait initialement être sanctionnée par une amende de 11 euros. Par un décret du 28 février 2013, le gouvernement a supprimé cette sanction, qui devait auparavant entrer en vigueur le 1er mars 2013 ; un automobiliste en infraction n’encourt donc aucune amende, il s’expose simplement à un « rappel à la loi ». Encore et toujours du pipeau !

les détecteurs de fumée : le caractère obligatoire de l’installation doit être relativisé dans la mesure où la loi ne prévoit, pour le moment, aucune sanction en cas d’absence de détecteur de fumée. Les propriétaires-occupants sont donc libres d’installer ou pas un détecteur de fumée. Le cas des propriétaires-bailleurs est différent, ils sont tenus au respect de la loi et leur responsabilité pénale pourrait être engagée pour les dommages matériels et surtout corporels causés par un incendie dans un logement dépourvu de détecteur de fumée. Si un incendie survient, la compagnie d’assurance ne peut pas s’exonérer de son obligation de prise en charge des dégâts en prétextant l’absence de détecteur de fumée. les assureurs peuvent toutefois proposer une diminution de la prime d’assurance aux occupants d’un logement qui l’équiperaient d’un détecteur de fumée. Fort tout de même pour les spécialistes de l’enfumage !

N’y aurait-il pas des parents et alliés de nos élus (ou des élus eux-mêmes) fabricants ou grossistes de ces appareils ?

Si on ajoute à ces « contraintes financières » (et en quelque sorte fiscales) tous les interdits imposés aux conducteurs, interdits qui rapportent des sous à l’état par le biais des contraventions multiples, nous ne pouvons que constater, une fois de plus, que nous sommes plumés par des rapaces.

Je vous rappelle aussi que la désobéissance civile existe.

Il existe des lois injustes : devons-nous consentir à leur obéir ? Un bon sujet de philosophie. Le bac s’est terminé avec 78,8% de réussite en moyenne au premier tour au bac (dont 81% pour le baccalauréat général). C’est dire si le niveau scolaire est bon en France.

——

La dernière phrase est ironique, bien sûr.

 

Share

2 réflexions sur « Moralité (2) »

  1. Niveau scolaire « bon » en France ? Hum….personnellement, je n’en crois rien ! Il n’y a qu’à écouter les jeunes « diplômés » dont les notes ont été revues à la hausse pour leur permettre d’obtenir le Bac !
    La moralité ? pour parler jeune « c’est quoi ce mot » ? c’est encore un mot de l’ancien temps !!! La preuve, c’est qu’il a pratiquement disparu du vocabulaire actuel ….C’était valable quand la morale était présente…
    « Faire du fric » est devenu le maître-mot et tout est bon pour arriver à ça !
    Je suis désabusée….et triste !

  2. Quand on voit que vis à vis de la justice, mieux vaut être délinquant que victime, on comprend qu’ on n’ en est plus à une aberration prés !
    L’ important n’ est plus la rose, mais l’ escroquerie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.