C’est dimanche (86)

Les impôts, ce n’est pas drôle mais rire des impôts, c’est possible même si on n’en a pas toujours vraiment envie. Il faut rire de tout pour ne pas en pleurer, voilà ce que je pense. « Il vaut mieux rire de tout, mais pas avec tout le monde », disait Pierre Desproges ou encore  « On peut rire de tout mais pas pour rien »  pour Pierre Dac…  Je préfère rire de tout, la vie paraît moins dure mais j’avoue que je ne suis pas dupe. La méthode a ses limites.

Je commence le rire du jour avec deux entités qui m’agacent : la Poste et les impôts. Comme je vous l’ai déjà dit, la rentrée, c’est l’automne qui approche, les feuilles qui tombent, celles arbres, les belles et les autres, moins agréables à regarder, celles des impôts. Plumés nous sommes à chaque automne. Et cette année… ?

*****

Un homme, qui n’a pas posté à temps sa déclaration de revenus, cherche comment justifier ce retard pour échapper à la pénalité de 10%.
– « Tu pourrais », suggère sa femme, « raconter à l’inspecteur des contributions, que tu avais laissé ta déclaration sur la table et que le chien des voisins qui poursuivait notre chat, l’a mise en pièces et que, juste à ce moment, une tempête s’est levée et…  »
– « Arrête », fait le mari. Ils ne croiront jamais ça. Non, je vais plutôt leur dire que j’ai mis ma déclaration, dûment timbrée, à la Poste et qu’elle s’est perdue au service du tri. Ça, ils le croiront. »

(Moi oui, je le crois le monsieur, mais les impôts, ce n’est pas sûr. Ils se soutiennent entre administrations : « les loups ne se mangent pas entre eux », c’est bien connu, non ? )

*****

Un homme est convoqué au centre des impôts pour répondre à des questions concernant sa situation fiscale. Sa femme lui conseille donc de s’habiller humblement :
– « Laisse-leur penser que tu es pauvre ! »
Fort de ce conseil, il demande ensuite à son avocat pour savoir comment il doit se vêtir.
– « Ne vous laissez pas intimider ! Portez votre meilleur costume et votre plus élégante cravate. »
Notre homme est bien embarrassé. Avec ces conseils, il ne sait toujours pas comment s’habiller. En désespoir de cause, il va voir son rabbin. Il lui expose son cas, les deux avis contradictoires et lui demande ce qu’il doit faire.
Le rabbin lui répond :
– « Une femme, sur le point de se marier, demande à sa mère ce qu’elle doit porter pour sa nuit de noce. « Porte une longue chemise de nuit de flanelle qui ferme jusqu’au cou », répond toujours la mère. Lorsque la future mariée pose la même question à sa meilleure amie, celle-ci lui répond : « Porte ta nuisette la plus sexy, celle avec un décolleté jusqu’au nombril »…
L’homme interrompt le rabbin :
– « Qu’est-ce que tout cela a à voir avec les impôts ?  »
Le rabbin hoche la tête :
– « Quels que soient les vêtements qu’elle porte, la jeune mariée se fait baiser… »

*****

Comment couler une entreprise ?
Le plus simple : le jeu.
Le plus agréable : les femmes.
Mais le plus sûr : l’inspecteur des impôts.

*****

– « Moi », confie un monsieur à un consommateur qui prend un verre à côté de lui, dans un bar, « je ne crois que la moitié de ce qu’on me dit. »
– « Et quelle est votre profession ? » – « Psychanalyste. »
– « Ah ! Eh bien, moi, c’est tout le contraire : je crois toujours le double de ce qu’on me raconte. »
– « Quelle est donc votre profession ? »
– « Inspecteur des impôts. »

*****

– « Ce contribuable », dit un inspecteur des contributions à son adjoint, « a triché sur sa déclaration. Convoquez-le immédiatement à mon bureau pour un contrôle. Quelle est, au juste, sa profession ? »
– « Professeur de karaté. »
– « Bon… Convoquez-moi plutôt ce petit épicier… »

(Voilà, vous savez comment vous reconvertir pour être tranquille : professeur de karaté, judo, self-defense… Il paraît que voyou, mafieux, ça marche bien aussi.)

*****

Un type à la richesse ostentatoire (colliers en or, santiags en croco, bagues avec diamant à tous les doigts) se trouve convoqué dans le bureau de son inspecteur des impôts.
L’inspecteur : – « Bon, en 1992 vous avez déclaré 10 millions de francs de revenus, c’est exact ? »
Le gars : – « Exact ! »
– « Et tout ça sans travailler ? »
– « Travailler ? Manquerait plus que ça… »
– « Comprenez alors, Monsieur, que l’administration fiscale est extrêmement curieuse de la provenance de ces revenus. Certains peuvent être illégaux. »
– « C’est simple, moi je suis honnête et je gagne ma vie en pariant. Je parie gros et je perds rarement. »
– « C’est un peu gros ça… Et sur quoi pariez-vous ? »
– « Je parie sur tout et sur n’importe quoi, des grosses sommes d’argent. Par exemple, je suis prêt à parier avec vous 5 briques, que vous avez les couilles carrées. »
– « Quoi ? Cinq briques sur mes c… euh… précieuses carrées ? Vous n’êtes pas sérieux ? »
– « Oui… Vous avez bien entendu, cinq briques ! »
– Eh bien, c’est pas le genre de la maison d’habitude, mais là… Pari tenu ! »
– « D’accord, alors donnons-nous rendez-vous demain chez le notaire pour un constat en bonne et due forme. »
Le lendemain, ils se retrouvent tous les deux chez le notaire.
Le notaire demande à l’inspecteur des impôts s’il peut descendre son pantalon et son caleçon. L’inspecteur, sûr de lui, ne se fait pas prier, même lorsque le notaire prend ses « bijoux de famille » en main pour s’assurer de leur rotondité. C’est alors que le notaire blêmit, attrape une bonne suée et s’écrie : « Nom d’une pipe ! »
– « Ben quoi, elles sont rondes, non ? »
– « Euh oui, oui, elles sont rondes. »
– « Alors, il semble que « Monsieur qui ne perd jamais » a eu un petit problème », déclare l’inspecteur des impôts, « et qu’il me doive maintenant cinq briques. »
– « Ah oui, je vous dois cinq briques, comme prévu, mais je n’ai rien perdu du tout… Hier soir, j’ai parié trente briques avec le notaire qu’un inspecteur des impôts se laisserait tâter les précieuses. »

*****
Un monsieur rentre chez lui, se dirige immédiatement dans le salon avec un chiffon et une bouteille de spray nettoyant. Il décroche un Renoir, un Degas et un Van Gogh. Avec un chiffon imbibé de spray, il efface les trois signatures et, à l’aide d’un feutre noir, il inscrit à l’emplacement des signatures : « Martine ».
Sa femme arrive à ce moment-là et s’exclame :
– « Mais tu es complètement fou ! »
– « Ne t’inquiète pas, la rassure son mari. J’ai un contrôle fiscal demain et je mets tout à ton nom. »

*****
Quelle est la différence entre l’optimisation fiscale et la fraude fiscale ?
– La prison.

(Certains politiques et certaines célébrités le savent bien… elles optimisent leur notoriété et ne connaissent jamais la prison).

*****

Bon, nous… nous payons impôts et taxes, en silence, sans rechigner. Courage ! Faut bien que certains se fassent plumer pour que d’autres vivent bien.

Bon dimanche quand même.

6 réflexions au sujet de « C’est dimanche (86) »

  1. Même si le sujet des impôts n’est pas très drôle…j’ai bien ri ! (en attendant de savoir ce qui m’attend….) . Mais « rire de tout de peur d’être obligée d’en pleurer », c’est ce que j’essaie de faire…Résultat ?…bof !
    Merci Françoise de prendre le temps de nous distraire !
    Bises.

  2. Tu nous conseilles donc de faire contre mauvaise fortune bon cœur !
    De toutes façons, il n’y a que ceux qui gagnent le plus qui arrivent à y échapper et ce sera toujours aux modestes de participer le plus aux agapes politiques,même si un certain « moi je » prétendait le contraire !
    Bon dimanche, avec les sourires
    Bisous

  3. Chère Geneviève,
    Comme vous, la méthode «rire de tout de peur d’être obligée d’en pleurer» a sur moi un effet limité mais, à part elle, je n’ai pas trouvé beaucoup de chose pour ne pas sombrer dans les jérémiades perpétuelles dont certains sont devenus coutumiers. Vous faire rire ou au moins sourire chaque dimanche est aussi un excellent moyen de garder un bon moral.
    Bisous amicaux.
    Bonne journée et à bientôt.

  4. Bonjour douce Françoise, je viens rire un peu !!

    Après une bonne nuit de sommeil, nous voici à lundi, le dernier de ce mois
    d’août.
    Il faudra s’y faire, nous avançons à grands pas vers le temps des champignons,
    de la pluie, des matins frais, et des journées encore tièdes, des <> J’en passe et des meilleures… Je ne citerai pas les
    feuilles qui vont tomber, car j’espère que se sera le plus tard possible lol !

    Je te donne le bourdon ce matin, ben que veux-tu, c’est ma dernière semaine
    alors je te fais profiter des mes petites angoisses lol ! De plus je déteste
    l’automne, pouaaa, du 22 septembre au 20 décembre, c’est long hein ?

    A part cela j’espère que tu vas bien, ou que tu vas aller mieux.
    Merci à tous pour vos gentilles visites chez nos amis, dont je dépose
    les liens chaque jour dans mes copié collé.

    Allez, on boit notre breuvage de chaque jour, café pour moi, ça va nous remonter
    le moral et puis je te laisse mon plus beau sourire et je m’envole.

    Les deux nouveaux liens amis :

    Le plaisir du palais chez cette cuisinière qui a de l’humour.
    http://clodette62.eklablog.net/

    Cette femme à deux ‘zamours’ à poils ! 😉
    http://athoscheyenne.eklablog.com/

    Prends soin de toi.

    Lolli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *