Promesse, respect

Dans ma jeunesse, je fus louvette puis éclaireuse. J’ai fait partie des « Folles crinières » : ma meute, mon foulard était jaune bordé de noir… C’est une montagne de bons souvenirs que je garde de cette époque. La promesse, les camps, les marches, les grands jeux… En ce temps-là, on pouvait grimper dans les arbres, se baigner dans les torrents sans interdictions sécuritaires. On revenait en vie et en forme de ces camps-là.

Le mouvement des Éclaireuses et Éclaireurs de France (EEDF) est une conception laïque du mouvement de scoutisme créé vers 1907. Le scoutisme (de l’anglais scout, mot lui même issu du vieux français «escoute») est un mouvement de jeunesse mondial créé par Lord Robert Baden-Powell. Il repose sur l’apprentissage de valeurs fortes, telles que la solidarité, l’entraide et le respect. Son but est d’aider le jeune individu à se construire sur le plan du développement physique, mental et spirituel afin qu’il puisse être un citoyen actif dans la société.

Ne faudrait-il pas rendre le scoutisme laïque obligatoire à défaut du retour du (coûteux) service militaire ? Dire que je pensais que le service militaire était une année perdue, je reconnais aujourd’hui que cette obligation présentait bien des avantages. (Seuls les gens bornés ne changent pas d’avis.)

Les Éclaireurs de France s’inspirent des principes et des méthodes du scoutisme. Leur pédagogie privilégie la vie en pleine nature, l’éducation par l’action et le jeu, la vie en petites équipes (les sizaines, je m’en souviens comme si c’était hier) où chacun prend des responsabilités et respecte la loi ( la loi est une série de «conseils de vie» proposés au jeune qui choisit de «faire de son mieux» pour les suivre, après réflexion et avec l’aide de ses chefs, de sa famille et de ses amis. En cas de non-respect de la loi, aucune sanction n’est prise. Une discussion avec le « Conseil » (un groupe d’interlocuteurs) lui permettra de prendre conscience de ce qui ne va pas pour faire mieux la fois suivante et ainsi progresser.

Chaque jeune a donc la possibilité de s’approprier cette loi et de la mettre en application à son rythme en fonction de ses  qualités et de ses défauts et en fonction de son âge (l’essentiel étant la progression).

Le mouvement « ÉCLAIREURS » est organisé en plusieurs tranches d’âges dont je connais essentiellement deux :

  1. Les louveteaux et louvettes : 8-11 ans
  2. Les éclaireuses et éclaireurs : 11-15 ans

 Cinq valeurs fondamentales sont réunies dans la Règle d’Or des Éclaireurs :

* Laïcité : affirmer le respect fondamental de l’homme dans sa diversité, lutter contre toutes formes de discrimination et d’intolérance.

* Coéducation : s’éduquer réciproquement, éduquer en commun les filles et les garçons.

* Démocratie : faire le choix de relations égalitaires, permettre à chacun avec ses droits et ses devoirs de participer à l’élaboration de projets communs et de prendre des responsabilités (le grand projet, l' »Oeuvre »… souvenirs, souvenirs).

* Ouverture et solidarité : être ouvert au monde et à l’autre, développer un état d’esprit, d’échange, de partage, d’écoute, de construction commune.

* Engagement pour l’environnement : apprendre à connaître et comprendre le monde, agir pour protéger et faire respecter équilibre et harmonie : l’écocitoyenneté.

Quand je vous dis que ce mouvement d’éducation devrait être obligatoire. Sans doute que l’ordre établi, quel que soit le niveau de déliquescence, préfère éviter ne pas ouvrir les yeux sur la réalité du monde qui pourrait être meilleur si nous nous en donnions effectivement les moyens.

Changer le monde, c’est sans doute changer de système politique, changer l’organisation.  Si la tête est pourrie…  « La République repose sur la vertu des citoyens et sur la petite vertu de bien des politiciens. » et c’est pas moi qui l’ai dit, je répète, pardon je transmets, c’est tout. (Par contre, je suis incapable de citer l’auteur.)

15 réflexions au sujet de « Promesse, respect »

  1. Moi je fus Jeannette, puis guide puis…nous avions une notion de religion en plus,
    pas le plus important pour vivre en société. Toutes les bases de vie de Baden Powel, m’ont et me serve dans ma vie. Je pense que la jeunesse actuelle est handicapée de ces notions. Merci pour cet article Françoise

  2. J’ai été scout aussi … et j’aimais bien
    De bons souvenirs
    Douce journée Françoise
    Bisous

    timilo

  3. Bonjour Françoise

    Merci à celles et ceux qui passent me voir, dont toi si tu en fais partie.
    Je suis un peu perdue dans ma façon de gérer mes commentaires car beaucoup sont en pause pour de courtes ou longues durées, difficile à savoir pour certains. De plus je ne veux embêter personne, car je comprends très bien que si c’est une pause d’été on a autre chose à faire que de répondre à un petit papillon…

    Je ne sais plus si je dois passer chez toi, donc j’ai décidé de déposer ce com chez tous mes amis, et juste poser cette question :

    Souhaites-tu recevoir mes messages pendant ton absence ?

    Je vais me fier à ta réponse, et donc m’y conformer.
    Ne t’inquiète pas je comprendrai très bien si tu ne souhaites pas de message avant septembre ! Je passerai silencieuse dans ton univers.

    Je te souhaite une belle journée avec un café ou autre boisson à ton goût, pour l’amitié et le réconfort. Prends soin de toi et de ceux qui en ont besoin.

    Lolli

  4. J’étais dans des colonies russes mais la formule ressemblait beaucoup aux scouts, j’en ai parlé avec mes copines scoutistes et j’aimais ça aussi !
    Je n’écrirai plus sur over-blog alors je te donne ma nouvelle adresse :
    http://ecrits-elena.blogspot.fr
    Bisous

  5. ce qu’ il y a de sur, c’ est que ce n’ est pas une bonne chose que de laisser les jeunes livrés à eux mêmes !
    Rien de tel qu’ une équipe, avec des règles
    Pas mauvais non plus de devoir un peu se débrouiller,d e savoir s’ en sortir dans certaines situations, de comprendre ce que veut dire compter sur les autres !
    bonne journée
    bisous

  6. Sans aucun doute si tout est correcte dans les scouts, cela ne peut être qu’une bonne formation-éducation…

  7. Quand j’étais jeune en Algérie, dans le petit bois de pins derrière chez nous, il y avait tous les ans , des camps de scouts, et forcément nous allions les rejoindre. Moi qui étais timide je les admirais, toujours chantant, joyeux.

  8. Dans ma campagne on ne connaissait pas le scoutisme. Dommage peut-être. Par contre j’ai effectué 21 mois de service militaire (en 51/52). Cela m’a permis de « voir un peu du pays ». Pour le reste, bof ! abus de pouvoir bien souvent. Le métier des armes, apprendre à tuer : très peu pour moi. Amitiés.

  9. Bonjour Françoise
    Je te souhaite un très bon jeudi
    Nos amitiés bises
    Qing&René
    Ps : ce soir je suis dans l’avion à samedi.

  10. Non je n’ai pas peur mais ça me repose d’écrire de la science fiction, j’en oublie les horreurs réels qui se passent dans le monde actuellement ! Bon jeudi, bisous

  11. Bonjour Françoise, je te promets que je t’adore et je te respecte Amen, hi hi !

    Tout d’abord je vous remercie tous d’avoir répondu à ma question d’hier. Vous êtes tous exceptionnels, et toi qui lis encore plus hi hi !

    J’aime beaucoup avoir des amis, toi aussi je sais, alors tout va bien, la vie est belle.

    Le soleil brille un peu partout et on peut profiter enfin de sa douce chaleur.
    Je t’invite à prendre un bon café ou si tu préfères autre chose, pas de soucis. Je suis de bonne humeur donc tu peux me demander ce que tu veux, enfin pas la lune non plus, car c’est un peu loin et je finirai par être en retard lol !

    Allez, on arrête les bla bla et je file. Fais bien attention à toi et fais-moi un joli sourire, que je parte avec un petit bonheur au coeur.

    A demain

    Lolli

  12. de bons principes …nous n’en doutons pas, mais un monde que nous ignorions dans notre jeunesse, vivant dans la France profonde du monde rural , par la suite nos enfants ont largement fréquenté les colonies de vacances, sans approcher le scoutisme, ils ne semblent pas en avoir souffert, et leurs enfants non plus …nous n’avons pas d’à priori sur ces mouvements, nous les connaissons mal et nous méfions un peu de l’emprise de la religion sur certains d’entre eux !! bonne journee chère Françoise, de grosses bises

  13. A Jeanine et René,
    Pas de problème de religion avec les EEDF (Éclaireurs), c’est un mouvement laïc mais le dimanche, pendant les colonies ou les camps, ceux qui pratiquaient leur religion pouvaient aller à l’église. C’est ma grand-mère, je crois qui a soufflé à ma mère l’idée de me faire inscrire chez les Louveteaux. Je lui en suis reconnaissante car j’ai de très bons souvenirs de vacances. Les colos des Éclaireurs me plaisaient bien plus que les autres colonies où je m’ennuyais beaucoup. Aux « Éclé », on était actif et vraiment je crois qu’on était écouté et compris. Pour moi, ce fut un vrai repaire : protecteur et constructif.

    A Henri,
    Le métier des armes comme tu dis, très peu pour moi aussi, mais l’armée de métier, il en faut une, c’est une « arme » de persuasion à défaut d’être de dissuasion. (Oh, j’ai honte). Ce qui me choque le plus c’est quand on envoyait des appelés se battre, des tout jeunes ou des pères de famille. Pourquoi ? Après il y a la paix et on nous demande de tout oublier. C’est là que c’est difficile et la chanson du « Déserteur » de Boris Vian me revient en mémoire.

    A tous
    Pour moi qui n’aime pas les règles imposées par « Dieu seul sait qui », j’ai toujours accepté la loi des Éclaireurs parce qu’on en discutait ensemble, ce qui m’empêchait pas les disputes qui étaient réglées franchement avec ou sans « chef » (un plus âgé).
    Je me souviens d’une bagarre (la seule que j’ai vue) dont j’étais l’une des protagonistes ou combattants. Je ne me souviens plus quelle en avait été la cause, ni qui a donné le premier coup mais ce fut bref et violent comme assaut. J’étais une fille (ça n’a pas changé, sauf le nombre d’années au compteur) contre un garçon plus âgé, plus grand et plus fort. Je me souviens qu’on nous a rapidement séparés et qu’il avait le nez qui saignait, moi je n’avais rien sinon honte. Je ne me souviens que de cette honte de m’être battue comme un chien en roulant par terre et de la colère refoulée d’être obligée de serrer la main à ce… Dujardin ou Desjardins, rouquin et hypocrite. Une chose est sûre, nous ne nous sommes plus croisés de près le reste du camp.
    Faire la paix n’est pas synonyme d’amour, c’est respecter l’espace vital de l’autre et faire ensemble ce qui est bon pour la communauté. Je crois que c’est le principe essentiel de la démocratie : la tolérance basée sur une bonne éducation.

  14. L’esprit scout, j’en ai entendu parler toute ma jeunesse avec mon frère : louveteau, scout, puis routier…Ce qu’il aimait ça et moi, je l’enviais. Mais mes parents n’avaient pas voulu que j’aille chez les guides…On ne me lâchait pas comme ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *