Économies ?

Le gouvernement avait promis de faire des économies. Je doute que ce soit vrai. Monsieur Victorin Lurel, Ministre des Outre-Mer est venu, ces jours derniers, à La Réunion, réaffirmer la souveraineté française sur les îles Éparses. À une période où l’administration des Taaf est, elle aussi, soumise aux restrictions budgétaires, ce n’est pas très « économe ».

Une balade à la note salée (normal pour une balade en mer ? ). Certains administrateurs avaient déjà, sans vergogne, promené leurs amis aux frais de la princesse ; cette fois c’est plus officiel et encore plus coûteux, il fallait recevoir de distingués serviteurs de l’État dont certains se prennent très au sérieux. Habituellement, les visiteurs sont des scientifiques  et/ou des post baba-cool a priori peu exigeants.

En plein débat sur la cogestion de Tromelin avec l’île Maurice, la première visite depuis des lustres d’un ministre français sur cet îlot pouvait avoir du sens (Tromelin est un îlot français inhabité de seulement 1,7 km de long sur 700 mètres de large dont la république mauricienne revendique  la gestion ; je vous en parlerai dans un prochain article) mais  fallait-il détourner le « Marion-Dufresne » de ses missions habituelles (logistique des îles australes françaises et des îles éparses de l’océan Indien et recherche océanographique) pour cette escapade d’1h 30 d’un ministre et de son escouade ?
Pour promener Monsieur Lurel et sa suite, le navire ravitailleur des Taaf a dû reporter une mission en Amérique du Sud, poireauter cinq jours à quai au Port de la Pointe des Galets, perdre ainsi autant de journées de location par l’institut Paul-Émile Victor, son habituel affréteur et un petit revenu de 150 000 €. Pour un bateau déjà immobilisé de longues semaines à la suite d’une avarie dont la facture dépannage/réparation s’est élevée à 2,5 millions d’euros, la rentrée d’argent aurait été bienvenue.
Personne ne trouve 25 000 € pour financer et maintenir la survie de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) de Sainte-Marie de La Réunion, si vous voulez en savoir plus, cliquez ici), surtout pas l’État mais on a de quoi balader des « m’as-tu-vu » ! (De toutes façons, c’est nous qui payons en bout de course.)

6 réflexions au sujet de « Économies ? »

  1. On ne nous dit pas tout… surtout quand on fait n’importe quoi. 🙁
    Incroyable !

    Passe une douce soirée.

  2. Bonjour Françoise
    très juste ton article
    Je te souhaite un très bon jeudi
    Nos amitiés bises
    Qing&René

  3. Bonjour douce Françoise, tellement vrai, mais bon…

    Au pas de course je te laisse toutes mes meilleures pensées,
    je ne reste pas trop car tu as pas mal d’occupations.

    Je ne continue donc pas le jeu car certains n’ont pas trop le

    temps… Mais ceux qui souhaitent jouer quand même pourrons

    le préciser dans leur com. Je verrai si vous êtes assez

    nombreux.
    Je donne juste la réponse d’hier et corrige celle d’avant hier,

    en remerciant Annie car elle a détecté une erreur, Ratelier ne

    pouvait pas faire partie des réponses. Réponse d’hier pour

    Camelia, amicale.

    Un petit café, une bonne journée et prends soin de toi.
    Emmène un parapluie si tu sors, la météo flanche dans

    certaines régions.

    Lolli

  4. ils ne font que suivre l’ exemple du président, qui s’ est mis à apprécier l’ avion présidentiel et les voyages, lui qui dans l’ opposition en faisait reproche à Sarkosy !
    Le s10 milliards d’ impôts supplémentaires prévus pour 2014 ne suffiront pas, d’ autant que notre présence au Mali va se prolonger.
    bonne journée
    bisous

  5. Parti en Chine, en avion (pas de train…) pour raison d’Etat…Nous n’en doutons pas un seul instant…Notre président n’aura rien dépensé, puisque, c’est bien connu et comme disait un de mes anciens collègues « c’est nous qu’on paie » ! De quoi être écoeurés non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *