Si on chantait…

Même si j’aimais beaucoup Julien Clerc,  non, pour le moment, je ne veux pas chanter avec lui ce titre « Si on chantait ». Bien que les paroles soient de Roda-Gil, c’est loin d’être ma préférence. Je veux plutôt fredonner avec Les Parisiennes.

Vous souvenez-vous de ce titre : « L’argent ne fait pas le bonheur » ?

Par les temps qui courent, chanter ne peut que faire du bien.

J’espère que vous avez relevé quelques phrases de cette chanson :

« L’argent ne fait pas le bonheur »
Celui qui a dit ça est un sacré menteur.  Attention : la phrase proverbiale continue  : « l’argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue. »

Allez raconter ça à votre percepteur.  Est-ce que les percepteurs écoutent autre chose que les directives ministérielles ?
………
…partez sans payer
On vous apport’ra des oranges à la Santé  (la prison de la Santé)
……..
Allez passer huit jours dans un palace
Pour les milliardaires
Dans la plus belle chambre avec terrasse
Donnant sur la mer
Si au moment de passer à la caisse
Vous n’avez que vingt francs,
Vous irez laver la vaisselle pendant dix ans.     

Euh, dix ans,c’est long mais avec un salaire de misère, ça l’est encore plus que lorsqu’on roule sur l’or. Ça me fait penser à l’expression « long comme un jour sans pain » qui date d’une époque où le pain, pas toujours de bonne qualité (ceux qui ont connu la guerre et les restrictions peuvent en parler), le pain était le principal aliment des personnes les plus pauvres et même du plus grand nombre de Français. Ne pas avoir de pain, c’était être assuré de passer une journée entière avec l’estomac creux à attendre une opportunité de manger quelque chose, une journée qui paraissait à la fois très longue, la faim au ventre, et très désespérante.

Pour en revenir à aujourd’hui et aux grands hôtels, je pense aux écarts de revenus entre nos représentants politiques, les footeux, certains « artistes » et nous. Trouvez-vous normal qu’ils fassent étalage de leurs salaires et avantages, de leurs biens divers alors que la majorité d’entre nous « rame » pour survivre ? Nous nous inquiétons pour nos lendemains et plus encore pour ceux de nos enfants alors que les nantis, en grand nombre, gaspillent et passent au travers des mailles du filet du fisc.

Allons, c’est bon, si on chantait maintenant, pauvres fourmis que nous sommes, imitons les cigales qui se portent plutôt bien au moins momentanément.

14 réflexions au sujet de « Si on chantait… »

  1. justement, à propos de pain, j’ entendais hier, qu’ il avait doublé de prix en quelques mois !
    Oeufs, farine, tout augmente, pourtant ce n’ est pas le cas des salaires !
    La situation s’ empire, et pourquoi pas sent pire !
    Quand à la gauche caviar, pas question de mettre les oeuvres d’ art à contribution pour les impôts !
    Faut pas pousser, là ils sont directement concernés
    bonne journée
    bisous

  2. J’ai toujours aimé les chansons de Julien Clerc !
    Bonne journée, Françoise
    Claude

  3. Moi je réponds « et ta soeur  »
    Bonjour Françoise
    Oui car ce sont des farçeurs comme le dit la chanson.Ils nous prennent vraiment pour des imbéciles ,des girouettes , des payeurs ,en somme .
    Que faire , que dire …sais plus
    Je ne sais pas où l’on va mais on y va
    Alors chantons ! avec le beau Julien . En tous cas moi je la chante cette chanson .
    Bonne journée

  4. Bonsoir
    L’argent ne fait pas le bonheur c’est un fait, la santé passe avant, mais si j’en avait plus je vivrais mieux.
    Bonne soirée bisous

  5. Sais-tu que j’ai fait frémir maman lorsqu’après la guerre elle avait fait lune queue pas possible pour avoir un tout petit bout de « pain blanc » comme elle disait et que j’ai préféré l’horrible pain du moment.
    Que penses-tu du tarif payé pour la conférence de notre ancien président ? Moi aussi il m’arrive de faire des comparaisons et de penser à nos petits enfants et à leur avenir.
    Bonne soirée quand même Françoise.

  6. A l’attention de Pimprenelle, en réponse à sa question.
    Les enfants ont des goûts qui peuvent surprendre les plus vieux. Aujourd’hui nous achetons du pain noir plus cher que le pain blanc. Je suis sûre que les anciens ne comprendraient pas.

    Quant au tarif des conférences qui permettent à Nicolas Sarkozy d’arrondir ses fins de mois (je crois qu’il perçoit mensuellement déjà 6 000 euros comme ancien chef de l’État et 12 000 euros pour siéger au Conseil constitutionnel), je n’ai rien à dire, c’est la loi du marché : l’offre et la demande. Il n’oblige personne à le faire venir. Les autres chefs d’état font de même. Nous sommes tous bien stupides de les laisser faire.
    Pourquoi critiquer Sarkozy plus qu’un autre ? Tony Blair et José Maria Aznar ont tous deux moins de soixante ans, ont déjà amassé un patrimoine supérieur à un million d’euros grâce à la démocratie.
    D’autres chefs d’Etat deviennent conférenciers :
    – Mikhaïl Gorbatchev, ex-chef de l’Union Soviétique, a donné une conférence à Liège facturée 100 000 dollars, soit 400 euros la minute.
    – Gherard Schröder, José-Maria Aznar, Tony Blair, Bill Clinton . Ce dernier fait payer le prix fort pour ses interventions ; en dix ans, il aurait ainsi amassé près de 75,6 millions de dollars. Mieux que le Loto ou l’Euromillions !

    Footeux, politiques, c’est pareil, trop de fric ! c’est le star-system qui fausse tout. La faute à qui ?
    Reconnaissons-le, c’est la faute d’une partie du peuple qui se laisse prendre par les miroirs aux alouettes que sont les magazines, la télévision.

  7. .J’aime bien julien Clerc.
    Non seulement , ce sont toujours les mêmes qui paient mais ils s’en prennent aussi aux retraites !Pendant ce temps, les riches , les élus et pas mal de monde vivent comme des rois! Bon week end

  8. Je pensais être la seule prénommée « Pimprenelle » encore sur cette terre, mais il semble que non. Bref, l’accroissement des inégalités depuis l’omnipotence du néolibéralisme économique accroît les formes de pauvreté, accentue la dégradation de la pauvreté, augmente le pouvoir des riches, intensifie les corruptions au sein de la classe dirigeante, cependant qu’une petite oligargie profite d’invraisemblables privilèges fiscaux. Un appel de citoyenneté, d’éthique devrait être adressé aux richissimes pour qu’ils envisagent d’eux-mêmes un abandon d’une partie de leurs richesses, comme l’ont fait certains milliardaires américains où de réclamer une augmentation de leurs impôts. Ce serait un moyen de refondre notre fiscalité. Mais je ne vais pas refaire le monde ce soir ! Bonne soirée. Amicalement, Pimprenelle.

  9. J’aime beaucoup Julien Clerc …et si je chantais bien, je chanterais avec lui « Si on chantait »…mais je rouspète mieux que je ne chante ! alors…allons-y ! et…payons ! Avec le sourire ? ça sûrement pas, il ne faut rien exagérer !
    Nous avons « mangé notre pain blanc le premier »…Il était délicieux ce pain de ma jeunesse, mais tout comme moi, il a vieilli (il a même disparu)…
    Et je n’ai même pas de placements en oeuvres d’art…évidemment, nous ne pouvions pas en acheter !

  10. Bonsoir Françoise,
    L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue.
    J’adore Julien clerc depuis toujours, je trouve qu’il vieillit admirablement bien, il est encore plus sexy ! Hop, on chante, j’adore ça.
    Je vais voir ton autre billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *