C’est dimanche (32)

Oui, c’est une nouvelle fois dimanche et je continue à essayer de vous faire sourire. Avec l’été qui revient, c’est nettement plus facile, non ? Aujourd’hui pas de thème précis, juste des histoires vraies (ou presque).

*****

Une petite fille de neuf ans demande à sa maman :
– Quel âge as-tu, maman
– Cela ne se demande pas ma chérie, lui répond sa mère.
– Combien tu mesures, maman ?
– Cela n’est pas important ma chérie, reprend la mère.
– Maman, pourquoi toi et papa avez divorcé ? Redemande la petite fille.
– Cela ne te regarde pas ma chérie, dit la mère en terminant la discussion.
La petite fille demanda à sa meilleure copine pourquoi les adultes ne parlent pas de ces choses-là. Sa copine lui dit :
– C’est vraiment simple, toutes les réponses à nos questions sont sur leur carte d’identité.
Le lendemain la petite fille fouille dans le sac à mains de sa mère et trouve sa carte d’identité. Elle est ravie de voir que son amie disait vrai, toutes les réponses à ses questions s’y trouvent !
Elle court alors voir sa mère et lui dit :
– Maman, je sais ton âge.
– Ah oui ? Et j’ai quel âge ?
– 36 ans. Et je sais combien tu mesures.
– Ah oui ? Combien ?
– 1 mètre 71. Et je sais aussi pourquoi toi et papa avez divorcé.
– Et bien cela m’étonnerait fort !
– Tu as eu un F en sexe… c’est vraiment pas une bonne note !

******

Un mec demande a son pote :
– Tu préfères avoir la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson ?
Son pote lui répond :
– Je sais pas, tu préfères quoi toi ?
Et il lui dit :
– Moi je préfère Parkinson, parce que vaut mieux renverser une goutte de Ricard que d’oublier de le boire.

*****

Un touriste en visite en Israël veut faire un tour de bateau sur le lac de Tibériade. Le responsable lui annonce le prix :
– C’est deux mille piastres !
Le touriste est indigné :
– Quoi ! Deux mille piastres juste pour ça ?
– Mais, monsieur, c’est le lac que Jésus a traversé à pied !
– Pas étonnant, avec des tarifs pareils !

*****
Un photographe travaillant pour Paris-Match devait faire des photos d’un gigantesque incendie de forêt dans le midi. Il appelle l’aéroport de Nice et demande un pilote. On lui répond qu’un Cessna avec son pilote seront prêts à l’emmener sur place dans deux heures.
Deux heures plus tard, le photographe est sur le tarmac et trouve le Cessna et son pilote qui l’attendent. Il monte dans l’avion et crie :
– Allons-y!
Alors le pilote du Cessna met le moteur en marche, va se mettre face au vent et décolle.
En l’air, le photographe dit :
– Vous voyez les fumées là-bas, allez voler au plus près en vous plaçant au Nord. Ensuite, vous effectuerez plusieurs passages à basse altitude.
À ce moment là le pilote demande nerveusement :
– Mais pourquoi ?
– Ben, parce que je veux prendre des photos tiens! Je suis photographe à Match, pas marin pêcheur !
Après une pause dans un silence pesant le pilote répond :
– Allez c’est une blague, hein ?! Vous êtes mon instructeur ???  Non ?…
******

Jamais se précipiter. Savoir attendre. Discuter avant de faire des bêtises.

Bonne journée.

11 réflexions au sujet de « C’est dimanche (32) »

  1. merci Françoise, tu as réussi, nous avons le sourire ! excellentes ces histoires vraies ! pas mal la petite fille, et le pilote ! bonne journée et grosses bises

  2. merci !
    il fallait bien ces histoires pour compenser le temps gris sévissant dans le Nord Pas de Calais !
    bon dimanche
    bisous

  3. Merci de votre passage sur mon blog, j’ai lu vos blagues et j’ai passé un bon moment de détente , j’aime bien l’histoire de la petite fille, bon dimanche , toutes mes amitiés

  4. toutes tes histoires méritent plus qu’un « F »
    elles sont toutes très drôles
    bises

  5. Merci pour le partage de tes bonnes blagues. Quant à l’allusion à l’été, chez nous c’est râpé. Amicalement. dinosaure80.

  6. Pourquoi la Sainte Vierge ne peut mettre de suppositoires à l’enfant jésus?
    Sais-tu la réponse?
    Avant mon mari racontait les histoires et j’étais sa mémoire mais maintenant ici ils ne comprennent pas les histoires et n’ont pas le même humour.
    Bonne soirée

  7. Bonjour Françoise
    On peut marcher sur l’eau quand c’est si cher la traversée…Sourires
    Merci pour la pensée à la fin, pleine de justesse
    Bisous
    Frieda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *