Pierre Dac

On aime ou on n’aime pas Pierre Dac, son humour, sa loufoquerie mais il mérite de ne pas être oublié. Quelques informations complémentaires le concernant : né le quinze août 1893 (ça parait si loin) et décédé en 1975 (ce qui fait de bon nombre d’entre nous ses contemporains). En 1935, il crée une émission humoristique de radio La Course au Trésor et en anime une autre la Société des Loufoques qui remportent un grand succès. En 1938, il fonde L’Os à moelle, organe officiel des loufoques, une publication humoristique hebdomamaire au nom inspiré par François Rabelais.

Réfugié en 1940 au 42 boulevard de Strasbourg à Toulouse (une plaque commémorative l’atteste : Ici ont vécu en 1940-41 Pierre Dac speaker de la France Libre et Fernand Lefevre commandant du groupe Lorraine et d’ici s’évadèrent en novembre 1941), Pierre Dac décide de rejoindre Londres dès 1941, mais est arrêté deux fois lors de ses tentatives de traversée des Pyrénées, incarcéré à la Carcel Modelo (prison Modelo) de Barcelone au premier essai, puis à Perpignan au second. Il finit par être échangé pour quelques sacs de blé, en transitant par le Portugal pour rejoindre Alger puis enfin Londres.
Il devient alors l’humoriste des émissions en français « Les Français parlent aux Français » de Radio Londres à partir de 1943, il y parodie des chansons à la mode (Les gars de la Marine devenant « Les gars de la Vermine », Ça fait d’excellents Français, Horst-Wessel-Lied) pour brocarder le gouvernement de Vichy, les collaborationnistes et le régime nazi. Il fut, parmi d’autres, la voix du slogan célèbre de Jean Oberlé : « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand » sur l’air de la Cucaracha. (informations tirées de Wikipédia).

Quelques citations :

« Il ne faut pas avoir peur des chevaux sous le capot mais de l’âne derrière le volant. »

« Belle mère à l’arrière, voyage en enfer. »

« Ce ne sont pas les enfants sur la banquette arrière qui font les accidents, mais bien les accidents sur la banquette arrière qui font des enfants. »

« Il ne faut pas boire au volant, il faut boire à la bouteille. »

« L’argent n’a pas d’odeur  mais quand on n’en a pas, ça sent la merde.

« Quand tu t’adresses à une femme, il faut un sujet, un verbe et un compliment. »

« Les femmes qui se vantent d’être courtisées par beaucoup d’hommes ne devraient pas oublier que les produits à bas prix attirent beaucoup de clients. »

« La cravate est un accessoire permettant d’indiquer la direction du cerveau de l’homme. »

« Les hommes sont comme des arbres : avec l’âge ils deviennent dur de la feuille et mou de la branche. »

« Si un homme ouvre la portière de sa voiture à sa femme, c’est que l’une des deux est neuve. »

« Pour les riches : des couilles en or.
Pour les pauvres : des nouilles encore. »

« Le suppositoire est une invention qui restera dans les annales. »

« Un comprimé n’est pas forcément un imbécile récompensé. »

« Certains jouent aux échecs, d’autres les collectionnent. »

« Il n’a pas inventé la poudre, mais il n’était pas loin quand ça a pété. »

« Dites à quelqu’un qu’il y a 300 milliards d’étoiles dans l’univers et il vous croira…
Dites lui que la peinture n’est pas sèche et il aura besoin de toucher pour en être sûr. »

Je doute des deux : trois cent milliards d’étoiles (quelqu’un a compté ?) et de l’état de la peinture. Je touche mais je ne recompterai pas les étoiles. Et vous ?

8 réflexions au sujet de « Pierre Dac »

  1. ces citations font le bonheur des  » grosses têtes  » de Bouvard !
    un homme qui avait beaucoup d’ esprit et d’ humour !
    Mais ces deux qualités sont liées !
    bonne journée
    bisous

  2. Pierre Dac, c’était un vrai bonheur de l’écouter ! Pendant la guerre, alors qu’il était à Londres, c’est lui aussi (je crois ?) qui avait fait cette chanson sur la »Défense élastique », alors que les allemands avaient bien du mal en Russie ….
    Je me souviens de son journal L’Os à Moële…mon frère l’achetait et me le passait…(mon père, dont la priorité était les études…n’appréciait pas trop) ! Qu’est-ce qu’on pouvait rire !
    Merci de me rappeler ces bons moments…d’avant-guerre !

  3. Jamais oublié ! le duo en fakir avec Francis Blanche.. l’os à Moëlle mes parents aimaient beaucoup, comme tous après la guerre; il a un petit square à son nom à Meulan en Yvelines, près d’ici, en hommage, je viens de retrouver cela :
    http://pierredac.free.fr/discours.htm
    Merci Françoise de ta bonne idée ! mes amitiés

  4. Un personnage et quel duo avec Francis ! Merci pour cet hommage ! Bon vendredi Françoise ! jill

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *