Le pain à l’envers

Ces jours-ci, du 16 au 21 mai, la Réunion est à l’honneur sur le parvis de Notre-Dame de Paris pour la Fête du Pain 2012. Une quarantaine de boulangers réunionnais présents tout au long des six jours fabriqueront quotidiennement des spécialités locales : pain frotté, pain massalé, pain créole au boucané, pain combava, curcuma, piment, macatia… Le pain, les boulangers, des sujets qui ont fait couler de l’encre et de la salive.

Longtemps aliment de base, voire seul aliment, le pain connait des hauts et des bas dans sa popularité comme dans ses prix. Attention, un prix du pain trop élevé est déclencheur de révolte et même de révolution. Je pense ainsi à Marie-Antoinette et à la boutade cynique qui lui est attribuée : « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! » Rendons à César ce qui est à César et soyons le plus honnête, le plus objectif possible dans nos remarques et jugements. « On » lui a attribué cette phrase en 1789 alors qu’elle figure déjà dans le Livre VI des Confessions de Jean-Jacques Rousseau publiées en 1782. Qui avait, a eu, intérêt à manipuler les mots, l’Histoire ? Et quand ? Mais je m’éloigne du pain. J’y reviens.

Critiqué, adulé, dénigré, encensé, il faut reconnaître que le pain est une source importante de protéines végétales (entre 7 et 9 g/ 100 g selon les pains) qui participent au renouvellement cellulaire, de fibres (de 3,5 g à 7 g / 100 g) qui stimulent le transit intestinal et retardent la sensation de faim. Pauvre en lipides (il n’en contient que 0,8 à 1,2 g pour 100 g), le pain apporte aussi des vitamines B, PP et E qui protègent le système nerveux et contribuent au maintien du bon état de la peau. Il ne faut pas oublier que le pain contient des minéraux : phosphore, magnésium et potassium, ainsi que les oligo-éléments (fer et zinc) indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.

J’arrête avec les louanges du pain. Je pourrais aussi chanter celles du boulanger (dur métier !) Je reviens à ce qui a fait le titre de ce billet : le pain à l’envers.

Pourquoi dit-on que « mettre le pain à l’envers porte malheur » ?

 

 Au Moyen Âge,  les exécutions avaient souvent lieu à midi, sur la place centrale de la cité ; elles attiraient les foules : spectacle gratuit et angoissant. Le bourreau avait des contraintes humaines : il mangeait. Le boulanger, pour ne pas s’attirer les mauvaises grâces du bourreau, réservait toujours un pain pour ce dernier. Il posait ce pain à l’envers pour être sûr de ne pas le vendre à un autre et que le bourreau n’en manquerait pas. Tout le monde savait que ce pain était celui du bourreau et … personne n’y touchait. Pain à l‘envers, mort pas loin, de là les superstitions, «peurs irrationnelles».

En voilà un métier disparu en France : bourreau ! Pas facile à avouer… Plus dur que boulanger ou maçon ? C’est dans un autre registre, c’est sûr, plus moral que physique. Ah, mais il faut bien gagner sa croûte ! Il n’y a pas de sots métiers… blabla…

« Gagner sa croûte » qui est une variante de « gagner son pain » signifie que l’on gagne sa vie en travaillant, la « croûte » ajoute la notion de « dureté » mais travailler est toujours un peu dur, encore plus quand on a l’impression de travailler pour le roi de Prusse.

6 réflexions au sujet de « Le pain à l’envers »

  1. on peut dire du pain qu’ il est universel, puisqu’ on le trouve sous différentes apparences dans le monde entier !
    je prends du pain industriel, mais on voit bien que dès le troisième jour, il verdit !
    Alors, nous nous faisons le plaisir d’ en prendre un chez le boulanger, et c’ est vrai que c’ est tout autre chose !
    et celui là, n’ a pas le temps de moisir !
    bonne journée
    bisous

  2. Si tu savais le nombre de fois ou mes grands-parents, m’ont répété de ne pas mettre le pain à l’envers, car sinon le diable finirait par habiter sur le toit de leur maison ^^.
    Ca m’est resté, je ne mets pas le pain à l’envers. lol !
    Très doux week end Françoise.
    J’espère que tu prends soin de toi.
    Gros bisous.

  3. « Sans le boulanger, aurais-tu du pain…. » Ce pain qu’on nous apprenait à respecter et à ne pas gâcher, c’est fou ce qu’il nous a manqué à une certaine époque ! Il nous était « mesuré », il n’était même pas bon, mais…c’était du pain !
    Je me souviens de mon grand-père qui n’entamait jamais un pain sans avoir fait auparavant, une croix avec son couteau….(sur l’envers). Etait-ce pour conjurer le mauvais sort ? Il n’est pas extra ce pain maintenant…il suit le progrès ! mais c’est du pain, à respecter comme tel !

  4. bonjour chere Françoise, heureux de savoir que les réunionnais savent faire autant de variètés de pains ! le pain à l’envers, oui l’entendions souvent dans notre jeunesse, nous connaissions les origines, mais depuis longtemps nous n’en tenons plus compte ! nous esperons que tu vas bien, bon weekend et grosses bises

  5. Bonjour Françoise,
    Le pain c’est si bon.
    J’ai souvent entendu dire qu’il ne fallait pas mettre le pain à l’envers, j’en connais l’origine maintenant.
    Bon week end
    Bien amicalement

  6. Bonjour
    Je me surprends parfois à ne pas aimer un pain à l’envers, et mon épouse me traite de superstitieux !!!
    On est curieux parfois !!!
    Mes amitiés
    Jean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *