Boire à tire-larigot

En 2005, ce fut la canicule. Que sera l’été 2012 ? Après un printemps qui commence chaudement, des élections, une autre canicule peut-être, il faudra s’hydrater et arroser les résultats quels qu’ils soient. Il y aura des heureux qui fêteront la victoire et des malheureux qui noieront leur déception dans l’alcool. Pas trop longtemps, j’espère car il va falloir retrousser les manches pour que le pays aille mieux.

Donc en 2012, nous boirons. En bons Français, pas seulement de l’eau. Et nous boirons à tire-larigot.

Boire à tire-larigot, alors ? C’est boire comme un trou (sans fond ?), beaucoup, beaucoup trop, et/ou très souvent.

Cette expression semble apparaître au début du XVIe siècle. Elle n’était associée qu’au verbe boire et tirer veut dire « faire sortir un liquide de son contenant ». On tire du vin de sa bouteille ou de son fût, il existe des tireuses dans les caves coopératives agricoles et chez les grossistes en vin et même chez certains cavistes. Boire à tire voulait dire « sans arrêt, d’un seul coup ».

Mais alors pour finir, pourquoi larigot ? Quand j’étais petite, j’avais compris boire à tire l’haricot. Une expression encore plus ésotérique. J’étais jeune et bien souvent la réponse à mes «pourquoi ?» était : «tu es trop petite». Alors les haricots qui faisaient boire ont gardé leur mystère. Je connaissais les effets secondaires des haricots du cassoulet, mais rien sur ce haricot à boire.

L’origine du «larigot» est sujette à controverse. Certains disent que la seule certitude, c’est que l’arigot, ou harigot était une petite flûte semblable à un pipeau. D’autres rétorquent que non, que le Larigot est un petit orgue, d’autres encore que tout le monde sait bien que larigot signifie gosier et qu’on boirait donc à tire-gosier en buvant à tire-larigot, (pour moi, c’est l’équivalent de l’expression  «avoir le gosier en pente») ; d’autres enfin pensent que c’est une déformation du mot aligot qui est une préparation culinaire de l’Aubrac à base de tomme qui donne soif : salée, aillée, consistante, élastique et appréciée.

Je reviens à la flûte (l’instrument de musique, pas celle à champagne, Mumm ! Non, pas publicité, simple délectation). L’expression tirerait son origine du fait que les flûtistes avaient la réputation d’être de grands absorbeurs de liquides variés. La flûte, ça donne soif, ça assèche la gorge… A moins qu’on ait simplement comparé à une flûte la bouteille de laquelle l’assoiffé tire le liquide. En argot, d’ailleurs, le verbe flûter qui signifie boire.

Une autre explication possible est issue du Larousse du XXe siècle :
«Dans la cathédrale de Rouen se trouvait une très lourde cloche nommée «La Rigaud» ou «La Rigaude» (selon certains, parce qu’offerte à la ville par l’archevêque Eude Rigaud au XIIIe siècle). En raison de ses dix tonnes, elle était extrêmement difficile à mettre en branle et à faire sonner. Ses sonneurs étant très vite assoiffés par l’effort intense à fournir sur les cordes, ils devaient vite boire «à tire la Rigaud» pour se remettre et l’expression se serait ensuite transformée en tire-larigot.

Quand on connait la flexibilité de l’orthographe, c’est très possible.

Et vous, quelle explication préférez-vous ?

15 réflexions au sujet de « Boire à tire-larigot »

  1. d’autres pensent que c’était le nom du petit fût qu’il y avait dans les auberges !
    quant à l’aligot…. c’est hyper délicieux , mais un « cale chrétien » comme l’on disait par ici !!!

  2. Je m’abstiendrai de boire à outrance, chère Françoise, à part de l’eau ! (rires)
    Je n’ai aucune préférence dans tes explications, je veux bien croire à toutes.
    Bisous et très bonne journée.

  3. Certaines expressions de notre langage vont chercher bien loin une origine , mais elles sont là et à nous à bien les utiliser.
    Je ne suis pas quelqu’un qui boit ainsi , dans notre midi , même s’il fait chaud nous sommes généralement sobres
    Douce journée, Françoise

    Bisous

    timilo

  4. l’histoire de la cloche parce que j’en suis une et que je vais boire d’un coup sec pour l’oublier..bon week qui s’annonce.

  5. Peut-être l’histoire de la cloche « la Rigaud » qui me semble la plus plausible ! mais, je ne suis pas certaine de boire à tire larigot sauf peut-être…du champagne ! j’adore ! mais en femme raisonnable pour sa santé et son porte-monnaie, je resterai sérieuse ! Toutes ces expressions que nous employons journellement ont des origines qu’il est intéressant de connaître.

  6. j’ aurais franchement pensé que cette expression venait de  » marigot »
    souvent à sec !
    je me souviens de mon beau-père, trompettiste, qui devait souvent boire !
    Mais il disait aussi, qu’ il fallait éviter toutes boissons acides, sous peine de  » manquer  » de lèvres !
    bonne journée
    bisous

  7. …très bonnes explications, nous n’avons pas vraiment de préférence, peut être les sonneurs de cloches assoiffés !! en Mai, même si nous sommes comblés par les résultats, ce ne sera pas le moment de s’attarder à boire, il y aura du pain sur la planche, bien que nous, modestes retraités, seront un peu sur la touche ! bonnes fêtes de Pâques, chère Françoise, bisous

  8. Coucou en ce vendredi tout gris. J’espère qu’il fera meilleur pour ce weekend de Pâques. Merci pour ce partage instructif ! Bi$es.

  9. Je ne connaissais pas l’origine de cette expression alors je n’ai pas de préférence particulière, j’adore l’aligot et j’en avais de furieuses envies quand j’étais enceinte de mon fils aîné ! Bisous et bon week-end de Pâques.

  10. La dernière me convient, mais je doute que cela en soi vraiment l’origine !!!
    Amitiés
    Jean

  11. Tout dépend ce que l’on veut boire à tire-larigot 😉
    Que vais-je boire dimanche avec mon beau gigot ?
    Bonne soirée ma douce amie.
    Bisousssssssssssss

  12. Bonsoir Françoise,
    Je ne connaissais pas l’origine de cette expression, pourtant souvent employée.
    Je dis souvent, « j’ai bu à tire-larigot », on dit un tas de choses sans savoir d’où vient l’expression, on peut dire aussi « boire comme un templier ».
    C’est à vérifier d’où vient cette origine.
    On dit plus souvent à tire-larigot.
    Merci chère Françoise, on apprend tous les jours.
    Bonne fin de semaine, je t’envoie de doux bisous.

  13. Bonsoir chère Françoise
    Je connaissons l’expression qui se dit encore chez nous dans le Pas de Calais, mais j’ignorais l’origine, merci de me l’apprendre
    Oui aux éléctions l’alcool ira bon train comme tout bon français que se respecte, il le boira jusqu’à la lie
    Bonne soirée ma douce amie
    Gros bisous
    Méline

  14. Est-ce encore un effet de Dame Lune, je me retrouve bien matinal sur les blogs
    J’espère que tu vas bien ,Françoise

    Joyeuses fêtes de Pâques

    Douce journée

    Bisous

    timilo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *