« Bel écrit » de J. d’Ormesson

On aime ou on n’aime pas le fond, on ne peut qu’admirer la forme. J’apprécie les deux : la forme et le fond. Ce dernier relève d’une réflexion personnelle, aiguisée, amusée sans doute. J’ai reçu ce texte intitulé « Les élégances morales de Jean d’Ormesson » et j’ai vu qu’il avait déjà beaucoup circulé sur le net, mais je ne peux m’empêcher de vous le transmettre, au cas où vous ne l’auriez pas lu.

Le texte peut paraître long mais se lit fort aisément, donc rapidement, et même sans être d’accord, on peut prendre plaisir à lire.

Triomphe et tombeau de François Hollande, par Jean d’Ormesson.

« Il n’est pas sûr, il est peut-être même improbable, au vu des sondages d’aujourd’hui, que Nicolas Sarkozy soit réélu dans six mois pour un second et dernier mandat. Les mesures de rigueur annoncées par François Fillon ne sont pas accueillies – c’est le moins que l’on puisse dire – par un enthousiasme excessif.

Mme Le Pen à l’extrême droite, M. Bayrou au Centre, Mme Aubry à gauche, M. Mélenchon à la gauche de la gauche se déchaînent contre elles. Les syndicats les condamnent. Une bonne partie de la droite modérée elle-même ne peut pas se résoudre à se prononcer en faveur d’un président qui, à ses yeux, a avili et compromis ses fonctions par son comportement.

La victoire de François Hollande est à peu près acquise, et elle risque d’être éclatante. Le moment est idéal pour se déclarer sarkozyste.

La question n’est pas de savoir qui l’emportera en mai 2012. On a longtemps été convaincu dur comme fer que ce serait M. Strauss-Kahn. On a pu croire que ce serait Mme Aubry. On a même pu imaginer que, par un coup du sort, ce serait Mme Le Pen. Il n’est pas tout à fait exclu que M. Bayrou, M. Mélenchon, M. Montebourg se soient monté le bourrichon jusqu’à se persuader de leur chance de l’emporter.

Tout sauf Sarkozy. N’importe qui sauf Sarkozy. Ce sera M. Hollande. François Hollande est un parfait honnête homme. Il est intelligent, charmant, cultivé, et même spirituel. Il y a chez cet homme-là un mélange de doux rêveur et de professeur Nimbus égaré dans la politique qui le rend sympathique. Il est mondialement connu en Corrèze. Ce n’est pas lui qui irait courir les établissements de luxe sur les Champs-Élysées, ni les suites des grands hôtels à New York ou à Lille, ni les yachts des milliardaires.

Il ferait, je le dis sans affectation et sans crainte, un excellent président de la IVe République. Ou plutôt de la IIIe. Par temps calme et sans nuages. Il n’est jamais trop bas. Mais pas non plus trop haut. C’est une espèce d’entre-deux : un pis-aller historique. Ce n’est pas Mitterrand : ce serait plutôt Guy Mollet. Ce n’est pas Jaurès ni Léon Blum : c’est Albert Lebrun. Ce n’est pas Clemenceau : c’est Deschanel. Il parle un joli français. Et sa syntaxe est impeccable. On pourrait peut-être l’élire à l’Académie française. Ce serait très bien. Mais en aucun cas à la tête de la Ve République, par gros temps et avis de tempête.

C’est vrai : Sarkozy en a trop fait. Hollande, c’est l’inverse. Car n’avoir rien fait est un immense avantage, mais il ne faut pas en abuser. Il n’est pas exclu, il est même possible ou plus que possible, que M. Hollande soit élu en mai prochain président de la République. C’est qu’à eux deux, M. Hollande et le PS, qui sont assez loin d’être d’accord entre eux – je ne parle même pas de M. Mélenchon ni de Mme Joly dont ils ont absolument besoin pour gagner et dont les idées sont radicalement opposées à celles de M. Hollande – ont des arguments de poids : la retraite à 60 ans (quand la durée de vie ne cesse de s’allonger), 60.000 nouveaux fonctionnaires (quand il s’agit surtout de réduire les dépenses publiques), 30% de baisse sur les traitements du président et des ministres (même M. Jean-Marie Le Pen, de glorieuse mémoire, n’a jamais osé aller aussi loin dans le populisme et la démagogie). Avec des atouts comme ceux-là, on a de bonnes chances de gagner.

Aussi n’est-ce pas dans la perspective de l’élection de 2012 que je me situe.

C’est avec le souci du jugement de l’histoire. M. Sarkozy, autant le reconnaître, a fait pas mal d’erreurs. À voir comment se présente la campagne d’un Parti socialiste qui semblen’avoir pas appris grand-chose des leçons de son temps, ce sera bien pire avec lui qu’avec M. Sarkozy. Les déclarations d’intention ne valent rien. Il faut des exemples vivants. M. Zapatero, en Espagne, est un homme plus qu’estimable. Il est socialiste. Le chômage en Espagne est plus du double du nôtre. M. Papandréou en Grèce est socialiste. Est-ce le sort de la Grèce que nous souhaitons pour la France? M. Sarkozy a été plus attaqué, plus vilipendé, plus traîné dans la boue qu’aucun dirigeant depuis de longues années. Il a pourtant maintenu le pays hors de l’eau au cours d’une des pires crises que nous ayons jamais connues. Il n’est même pas impossible que Mme Merkel et lui aient sauvé l’Europe et l’euro.

Pour affronter le jugement de l’histoire, je choisis le camp, à peu près cohérent, Sarkozy-Fillon-Juppé contre le camp, incohérent jusqu’à l’absurde, Hollande (Hollande président ? On croit rêver, disait Fabius) -Aubry-Joly-Mélenchon. Bonaparte Premier consul prétendait que le seul crime en politique consistait à avoir des ambitions plus hautes que ses capacités. Je suis sûr que François Hollande lui-même a des cauchemars la nuit à l’idée d’être appelé demain à diriger le pays avec le concours des amis de toutes sortes et étrangement bariolés que lui a réservés le destin.

Je veux bien croire – je n’en suis pas si sûr – que pour 2012 les dés sont déjà jetés, que les handicaps du président sortant sont bien lourds pour être surmontés, que le retard est trop rude pour être rattrapé. J’imagine très bien l’explosion d’enthousiasme sur la place de la Bastille ce soir de mai 2012 où l’élection de M. François Hollande à la magistrature suprême sera enfin annoncée.

Je me demande seulement dans quel état sera la France en 2014 ou en 2015. »

14 réflexions au sujet de « « Bel écrit » de J. d’Ormesson »

  1. Là, Françoise, tu fais de la propagande pour une droite bourgeoise qui pense que Sarko est le sauveur du monde, et bien que ce soit bien écrit, je déteste !!
    Sarko, contrairement à ce que dit ce monsieur, nous a fait beaucoup plus de mal que de bien et si la France a mieux tenu face à cette crise du capitalisme exacerbé, c’est grâce à son modèle social, issu de la résistance et non grâce à lui qui n’a de cesse de détruire le service public.
    Jean d’Ormesson est à cent mille lieues des préoccupations des petites gens, il travaille au Figaro, pour la droite, et il est VIEUX !
    Désolée, mais là, je ne peux approuver ce relais.
    Amicalement.

  2. Coucou douce Françoise,
    Je préfère ne pas me prononcer sur l’article, mais bon…
    Je te souhaite un bon lundi à -15 encore chez moi, couvre-toi bien, et je te fais une marmite de gros bisous bouillants.

  3. nous sommes désolés chere Françoise, mais nous n’aimons pas, et nous sommes tout à fait d’accord avec « clara65 », Mr d’Ormesson un grand écrivain certes, mais nous ne pouvons oublier que c’est celui qui a poursuivi, Jean Ferrat, devant les tribunaux, en tant que directeur du Figaro …amitiés

  4. Jeanine et René, Je découvre en lisant votre commentaire que Jean d’Ormesson a poursuivi Jean Ferrat. je vais chercher à m’informer davantage sur cette affaire.
    Je trouvais le texte bien écrit et la réflexion bien menée. Combien d’indécis, de girouettes, de désespérés ? On a vu 2002. Que nous réservera avril 2012 ? Je pense toujours à trois possibilités au premier tour mais au deuxième ?
    Clara, je savais que tu allais réagir de manière épidermique mais il est vieux, n’est pas un argument. Pense à Stéphane Hessel que nous sommes nombreux à apprécier. Moi, je pense que Jean d’Ormesson a été capable d’écrire ces mots là en juillet 1981 « Résistez. « Résistez aux séductions moutonnières de la médiocrité, à l’ignominie des retournements intéressés, aux murmures de la lâcheté qui ne recule devant l’effort que pour se trouver tout à coup, mais trop tard, acculée à la tragédie. Résistez. Résistez. Gardez par dessus-tout l’amour de la liberté et votre sens critique. Combattez par l’ironie des indignations trop légitimes. Combattez par l’espérance un pessimisme trop justifié. » Et pour moi quelqu’un qui parle de résistance dans ces termes ne peut être fondamentalement mauvais. Différent, c’est tout.
    Vos trois commentaires sont des réactions vives. Vous êtes libres de les avoir, ça m’embête un peu, surtout que Clara m’accuse de faire de la propagande pour Sarko, je vous demande de tenter de vous détacher de vos a priori respectifs et d’essayer de comprendre pourquoi, sans être d’accord sur les idées, la démarche intellectuelle, peut être comprise. Tout sauf Sarko peut mener à des extrémités qui me font peur. Voilà pour tenter de m’expliquer davantage.
    Amicalement à vous.
    Bisous.

  5. Voilà, j’ai lu (avec un « a priori » peut-être puisque j’adore Jean d’Ormesson !) Cet article me semble écrit en toute honnêteté, toute impartialité…J’ai souri en lisant que F. Hollande était comparé « entre autres » à …Albert LEBRUN, président de la République de ma jeunesse ! C’était un « mou », on ne peut plus mou ! Et pourtant un homme intelligent, polytechnicien si je me souviens bien….
    Dire de Jean d’ORMESSON que c’est un « vieux » me vexe un peu (beaucoup) ! je crois que nous sommes pratiquement du même âge et même, que je serais un peu son aînée… Et je me sens si peu vieille ! Les vieux n’ont pas tous la maladie d’Alzheimer…ils se souviennent ! Désolée Clara, je vous souhaite d’avoir le même esprit que Jean d’Ormesson quand vous atteindrez son âge…et le mien….Je vous affirme que droite et gauche n’y sont pour rien !
    Si le président actuel a des difficultés, je crois que c’est l’homme qui n’est pas aimé…Peut-être a-t-il été grisé dès le début ? Mais le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas un « mou » !
    Je ne fais pas de politique et cette classification de droite et gauche m’horripile ! ce qu’il nous faut, c’est un Président qui aime la France, suffisamment pour s’effacer devant elle et ne vouloir que son bien…ça n’empêche pas d’avoir des idées, des amitiés, provenant d’un camp ou de l’autre. J’aime mon Pays et ce que je veux, c’est sa grandeur….Qui pourra la lui redonner ?

  6. J’ai été peut-être un peu fort en ce qui concerne le mot « vieux » mais tout comme Stéphane Hessel est bloqué sur son idéal d’après-guerre, D’Ormesson est également bloqué sur un passé qui lui appartient. J’ai beaucoup de respect sinon pour les personnes âgées, mes parents en faisant partie.
    Comment peut-on comparer les uns et les autres à des hommes qui appartiennent au passé ?
    Regardons vers l’avenir, le monde n’est pas le même qu’il y a des lustres.
    Je n’aimerais pas le front national au gouvernement, mais ce n’est pas pour autant que je voterai Sarko !
    Je voterai pour celui qui me paraît le plus apte dans les conditions actuelles, à se préoccuper du peuple de France !
    Et la droite et la gauche, ce n’est pas la même chose, même si on peut leur reprocher beaucoup de choses, à l’une comme à l’autre !!
    Mais tout ça , c’est mon avis personnel, et tu as le droit ainsi que d’autres personnes, d’avoir le tien.

  7. Puisque le roi a toujours raison , vive le roi , mais si le pays est en crise , ce n’est pas encore la faute du prétendant, mais on ne sait jamais ses propositions peuvent déjà avoir des effets négatifs.
    Mais si Nicolas n’est pas élu sera la faute à personne d’autre que lui , mais connaissant l’homme , il n’est pas encore battu.
    Trop de chantres Ump et de poètes l’aideront à se maintenir
    Douce journée Françoise
    Bisous
    timilo

  8. Salut Françoise
    je ne connaissais pas ce texte. Jean d’Ormesson a toujours une aussi belle écriture, il est plaisant à lire et en plus, il dit une belle vérité.
    Bonne Journée
    Antonio

  9. Bonjour
    Rien de bon se prépare… La France continuera de s’enfoncer seulement un peu plus vite…. Et puis la mentalité des Français conditionnée par les médias conduit la France à une ruine plus profonde, ainsi la France perdra toute place dans le monde…. et elle aura bien ce qu’elle mérite !!!
    Amitiés
    Jean

  10. Tu aimes la polémique, coquine !
    C’est très bien écrit, mazette ! M. D’Ormesson est peut-être vieux, mais il tient encore bien fermement sa plume ! Cela dit si j’apprécie beaucoup la forme, je ne suis pas du tout d’accord avec le fond: il est écrit uniquement ce que croit l’auteur, et rien ne prouve qu’il soit dans le bon chemin. Quels arguments ? Quels faits ? Rien de concret, juste des idées venimeuses balancées à la populace, dans le but de convaincre les indécis. Oui, car les engagés, on ne les fait pas changer d’avis comme ça ! Pour moi c’est un joli texte de quelqu’un qui aime s’entendre écrire.
    Je dirais pour ma part qu’il y manque un paragraphe:
    si M. D’Ormesson tremble à ce point pour la France, pourquoi ne suggère-t’il pas que M Sarkozy abdique en faveur d’un autre ? Cela laisserait une chance à la droite de poursuivre son si salvateur programme. En plus, il me paraît plus facile de convaincre des électeurs de droite de voter à droite que de persuader des indécis de voter pour quelqu’un qu’ils n’ont pas a-priori envie d’élire !

  11. je connaissais cet écrit, et bien sur, je suis complètement d’ accord avec lui !
    Mais, comme tu peux le constater, il suffit d’ être de gauche, pour ne pas y adhérer !

  12. J’adore Jean d’Ormesson. Il écrit magnifiquement.
    Par contre, je ne suis pas d’accord avec le fond cette fois !!!!!!
    Bonne soirée.

  13. Je suis bien d’accord avec le texte et je plains Clara.
    Pour autant, la messe n’est pas dite!! Et la confrontation du deuxième tour devrait mettre en exergue l’incapacité de l’un face à la hauteur de vue de l’autre et inciter la masse silencieuse à voter pour le président sortant.
    Ma rencontre avec François Hollande m’a permis d’apprécier son intelligence et sa courtoisie. Au congrès des maires de novembre 2010, ses positions sur le mix énergétique étaient bien différentes de celles d’aujourd’hui et sur les options à retenir pour l’avenir il était flou et difficile à comprendre; je crois que les leader du PS savaient à l’époque le définir…
    J’espère que Nicolas Sarkosy sera réélu

  14. Gérard, merci pour votre visite et l’expression de vos idées. Vos propos n’engagent que vous, comme les promesses des uns et des autres… Le principal état de dire, de lire, de s’exprimer, de s’expliquer… etc.
    Pour ce qui est de Clara, pas besoin de la plaindre, elle a ses opinions, bonnes ou mauvaises, ce sont les siennes et c’est beau dans un monde où les gens se laissent porter par le courant.
    En ce qui me concerne, je n’arrive plus à faire confiance à qui que ce soit et Monsieur Hollande, comme Monsieur Mélanchon haranguent le peuple et promettent monts et merveilles. Qui va payer ? Comment ?
    La classe médiane, médiane supérieure !
    Jusqu’à ce qu’elle soit aussi pauvre que les autres.

    Les vrais riches se sont barrés. Les apparatchicks se sont protégés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *