Prothèses mammaires

Comme moi, vous avez entendu parler de ces prothèses mammaires fabriquées avec des gels inadaptés et qui doivent être retirées car elles sont dangereuses. Vous allez dire que le sujet n’est pas très intéressant, qu’il s’agit de problèmes esthétiques, que vous n’êtes pas concernés. Je vais tenter de vous prouver que non. Nous sommes tous concernés.

Je m’explique.

L’annonce, fin novembre, du décès d’une femme qui avait été porteuse d’implants mammaires Poly Implant Prothèses (PIP), a très rapidement suscité de nombreux commentaires. Les implants PIP ont en effet, on le sait, été suspendus au printemps 2010 par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) après qu’ait été révélée  l’utilisation par l’entreprise d’un gel de silicone non autorisé pour l’usage médical, qui paraît entraîner un risque de rupture et de suintement accru. Pourquoi l’utilisation de ce gel ? Coût moindre. Donc profit majoré pour le fabricant. Peut-être la prothèse était-elle moins chère pour la patiente-cliente ? Une chose est quasi certaine, la marge était plus grande pour les intermédiaires et le fabricant.

Argent que de crimes on commet en ton nom !

Les porteuses de ces prothèses « frelatées » doivent se soumettre à un suivi régulier, tous les six mois, l’échographie de contrôle étant prise en charge par l’Assurance maladie. Si le chirurgien qui dispose d’un « guide d’aide à la décision » élaboré par l’AFSSAPS décide d’un retrait, l’intervention est également remboursée par la collectivité. La pose de nouveaux implants demeure aux frais de la patiente sauf si le recours à des prothèses intervenait initialement dans le cadre d’une reconstruction mammaire après un cancer. Si le retrait est souhaité par la patiente, en dépit de l’absence de rupture ou de suintement, il peut également être pris en charge par l’Assurance maladie. L’AFSSAPS ne semble en effet pas distinguer les interventions préventives des explantations provoquées par un incident dûment constaté, elle précise simplement : « Les femmes porteuses d’implants PIP seront remboursées de leurs frais médicaux et chirurgicaux liés à l’explantation (échographies, analyses, retrait de l’implant, examens de contrôle post-opératoire) ».

Voilà les faits brièvement résumés. J’ai envie de hurler ma colère, une fois de plus. C’est du n’importe quoi. La Sécurité Sociale a des problèmes et on gaspille. Je ne reviens pas sur les vaccins H1N1, ni sur l’A.M.E., ni sur les honoraires privés en milieu hospitalier, ni… ni… ni…  Il y a le choix dans les gaspillages. Si on dressait un vrai bilan de la situation ?

Je comprends l’angoisse des porteuses de prothèses mammaires, mais mis à part les victimes de cancers ou autres horreurs nécessitant de la chirurgie réparatrice, toutes celles qui n’avaient qu’une envie se pavaner avec de gros nichons doivent payer les conséquences de leur bêtise, de leurs envies… C’est dur, oui, mais il faut se responsabiliser et responsabiliser les individus. Il faut souffrir pour être belle, il faut payer aussi. Quand on prend un risque, on l’assume.

Ceux qui pour gagner de l’argent ont risqué la vie des femmes doivent payer. Ce n’est pas à moi de payer pour eux ! Faisons payer les profiteurs.

Je hurle quand je lis que les porteuses de ces prothèses « frelatées » doivent se soumettre à un suivi régulier, tous les six mois, l’échographie de contrôle étant prise en charge par l’Assurance maladie. Pourquoi elles tous les six mois alors que les autres femmes n’y ont pas droit avant cinquante ans, une fois tous les deux ans ? Une amie de ma fille, vingt huit ans, vient d’apprendre qu’elle a un cancer (deux tumeurs, stade 3 au même sein). Il y a quelques mois, elle a demandé une mammographie, car elle s’inquiétait, comme ma fille de trente ans : refusé ! Vous êtes trop jeune. Et maintenant ? La pauvre petite jeune femme subit une ablation totale du sein. Et après ?

En ce qui me concerne, pour effectuer une biopsie, j’ai dû payer, il y a quatre ans, de mes deniers personnels, l’aiguille de biopsie non remboursée par la Sécurité Sociale : une cinquantaine d’euros. Ce n’était pas du confort, je vous l’assure. C’était à la Réunion au moment de Noël, j’aurais préféré 50€ de chocolat. Ne sommes-nous pas Français ? Je passe les détails : la santé est coûteuse là-bas pour certains dits « nantis » qui cotisent mais peuvent faire les avances de fonds qu’on ne rembourse pas.

La question financière ne doit pas être un frein à la volonté des patientes de se faire retirer leurs implants à titre préventif, mais le payeur doit être le fabricant pas la Sécurité Sociale.

Si l’absence de recommandations strictes des autorités sanitaires peut représenter pour certaines porteuses de prothèses PIP une raison de douter de la nécessité de cette intervention, les angoisses sont bel et bien là. Certaines femmes considèrent que pour franchir le pas il faudrait qu’elles puissent obtenir la garantie d’une prise en charge de la pose de nouveaux implants. Ben voyons. Moi, je voudrais faire enlever mes « fleurs de cimetière », mes rides, repulper mes lèvres, changer mon nez, perdre mon gras sur le ventre, me faire remonter les seins, blanchir les dents, etc. Pourquoi la Sécu ne paierait-elle pas ? Il faut être beau pour se sentir bien, non ?

Plaisanterie mise à part, je crois que nous sommes face à un nouveau scandale sanitaire pour lequel nous paierons. Une fois de plus.

10 réflexions au sujet de « Prothèses mammaires »

  1. Je connais quelqu’un qui après avoir subit une opération d’un sein , a eu une telle prothèse pour le reconstituer , pas évident pour elle et je la soutiens.
    Sinon ,avec le temps , il va y avoir de plus en plus de scandales sanitaires , les industriels utilisent à grande échelle trop de produits chimiques en tout , aussi bien pour la nourriture , les vêtements , la décoration des maisons etc …..
    Qu’est-ce que cela va donner , sur le plan endocrinien des dérèglements qui finissent par dégénérer.
    Comme on a aucun recul ou très peu, ça risque de faire mal..et tout ça pour de l’argent.
    Passe ,Françoise, une bonne journée
    Bisous
    TIMILO

  2. bonjour chere Françoise, santé un peu meilleure pour nous, nous sommes bien d’accord avec toi, c’est un scandale , mais qu’est devenu le constructeur de ces horreurs, après avoir licencié son personnel dans le Var ? il produit toujours à l’étranger ? il faudrait que la Sécu répare ses coupables agissements, non !! c’est à lui de payer … !
    bonne semaine, grosses bises

  3. Bonjour Françoise,
    C’est à l’identique cette histoire que celle de la dette, nous payons sans cesse pour des gangsters et des voleurs !!
    A moi aussi, cette histoire d’implants m’a fait réagir dans ton sens !
    On supprime le remboursement de plein de prestations et de médicaments, et on
    prend en charge les « conneries » de ces gens sans scrupules.
    Et comme tu le dis, si c’était juste pour avoir de beaux nichons que ces femmes
    se sont fait poser ces implants, à elles d’en être responsables.
    Y en a marre de tant de choses !
    Allez, j’arrête sinon j’explose.
    Gros bisous.

  4. Ca donne à réfléchir…
    Et dire que je voulais faire faire ça moi…
    Bon lundi Françoise et je pense bien à toi.
    Gros bisous et sois sage le père Noël a commencé sa tournée…
    Bisousssss

  5. Bon, c’est décidé, je ne me ferai pas poser d’ implants mamaires …Cela VOUS coûterait trop cher ! Toute plaisanterie mise à part, je ne pense pas que ce soit à la Sécu de payer… Au fabricant, si ! Ah ! et puis « cachons ces seins… » et acceptons-les tels qu’ils sont ! sauf en cas de cancer, à quoi bon vouloir changer sa poitrine, son nez, ses yeux…et le reste ! Que la Sécu rembourse les soins obligatoires…c’est ça son rôle…

  6. De Gaulle avait dit à un certaine époque que la sécu… n’allait quand même pas rembourser le plaisirs… C’était au sujet de quoi ?
    Là c’est un peu pareil, je suis surpris que l’on ai fait une opération juste pour le plaisir et que l’on ne peut assumer plus pour la suite dangereuse… à part le fabriquant qui a fait faillite depuis longtemps… il paiera comment ?
    Mais étant un bonhomme, je suis bien mal placé pour en juger me diras-tu et tu n’auras pas tord… de quoi j’me mêle !!!
    Bonne journée, j’espère que tu n’avais pas fait….
    Sincèrement
    Jean

  7. Encore une fois posons nous la question: que se passerait-il aux USA/ Les assurances du fabricant seraient obligées de payer de A à Z. Moi aussi j’ai été outré en entendant de quelle façon on aller régler le problème. Sans compter les combines qui vont se greffer dessus. Et d’un autre coté on nous dérembourse de plus en plus, on taxe les mutuelles qui coûtent de plus en plus cher.
    Bonne journée
    Antonio

  8. Les industriels s’enrichissent a nos depens en nous rendant malades. Ensuite, notre Secu paie leurs erreurs, et le deficit s’accentue. Et c »est encore notre faute Mais on nous prend pour des americains, la preuve, on nous dirige vers une medecine placee sous le dikta d’ assurances privees, comme chez eux. C’est hallucinant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *