Clouer le bec

Clouer le bec de quelqu’un, comme je le disais hier, c’est réduire un individu au silence, le faire taire. Le bec, comme dans beaucoup d’autres expressions, désigne la bouche. Se sucrer le bec pour un Québécois, c’est apprécier les douceurs sucrées (tire sur neige, sirop d’érable…) ; le bec québécois, c’est  aussi un baiser, une bise.

Clouer le bec, c’est un supplice, sans aucun doute, pour celui qui est contraint au silence momentanément. Ce n’est pas cependant amener la tête d’un bavard à proximité d’une table ou d’un établi de bois, lui saisir les lèvres et lui planter un clou à travers et jusqu’au bois. Il ne s’agit en aucun cas d’une torture de ce genre et il n’y a aucun lien avec un clou quelconque. Clouer est tout simplement une transformation du verbe clore (fermer) peu utilisé de nos jours.

Je vous donne à lire quelques exemples de clouages de bec.

Winston Churchill, qui avait un sens particulier de la répartie, fut, un soir, «agressé» verbalement par Lady Nancy Astor. Elle lui dit :  «Si j’étais votre épouse, je glisserais du poison dans votre café.»
Il lui répondit : «Si vous étiez mon épouse, je m’empresserais de le boire !»

Les deux mêmes, Lady Astor et Sir Churchill, à une autre soirée : «Monsieur Churchill, il y a deux choses que je déteste chez vous : votre politique et votre affreuse moustache.»
Ce à quoi, il répondit «Madame, la vie fait bien les choses, les deux vous resteront étrangères.»

Les top-modèles, dites dénuées d’intelligence, sont capables quelquefois de mots d’esprit. Ainsi, voilà un dialogue entre deux d’entre elles :
«J’ai adoré ton autobiographie. Qui est-ce qui te l’a écrite ?»
«Merci chérie. Et toi, qui est-ce qui te l’a lue ?»

Pas charitable de se venger et de se moquer ?
C’est bien plaisant quand même. N’êtes-vous pas d’accord ?

2 réflexions au sujet de « Clouer le bec »

  1. Bonjour Françoise,
    J’aime les gens qui ont de la répartie ! Moi, je ne sais pas le faire, cela me vient trop tard, généralement !
    Il en faudra beaucoup à nous deux, pour nous clouer le bec ! (rires).
    Bises et bonne continuation dans ta quête de maison !

  2. c’ est là qu’ on comprend la fréquentation des gens d’ esprit !
    Quel plaisir d’ entendre leurs réparties !
    on aimerait presque qu’ ils soient plus souvent provoqués !
    bonne journée
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *