Les tout-petits

Les tout-petits, ce sont les bébés, les bambins, les enfants, mais aussi les petits êtres magiques : les fées, les elfes… et c’est d’eux que j’ai envie de parler aujourd’hui.

Une fée est un être imaginaire, mais à qui l’on attribue souvent des qualités et des défauts humains (beauté, laideur, gentillesse, méchanceté…). Oui l’anthropomorphisme, c’est ça, la tendance à se représenter toute réalité comme semblable à la réalité humaine, comme si tout tournait autour de nous. Encore que, la réalité des fées…

Les fées sont le plus souvent des femmes d’une grande beauté, capables de conférer des dons aux nouveaux-nés, de lancer des sorts voire même d’influencer le futur. Or, la frontière entre fées et sorcières est mince, comme entre les femmes et les sorcières. Il y a de mauvaises fées (comme Carabosse qui voulait faire mourir la Belle, sauvée par une autre fée qui endormit sa filleule pour cent ans) et de gentilles sorcières (Hermione Granger, l’amie d’Harry Potter) mais aussi de pauvres femmes qui furent condamnées pour sorcellerie sans preuves réelles parce qu’elles étaient… femmes, trop vieilles, trop jeunes… quelqu’un sur qui une rumeur courait…. quelqu’un que l’on n’aimait pas… Elles ont été dénoncées par des proches, par des maris, des enfants, des belles-mères, des belles-filles, des voisins… Je reparlerai des sorcières plus tard, je reviens aux fées.

L’idée que les humains se font des fées varie en fonction des cultures, des pays et des époques :  minuscules ou de taille humaine, elles sont étroitement liées aux hommes dans un monde parallèle et aux forces de la nature. Les Anglo-Saxons utilisent le terme de « fairies » pour désigner les fées, mais également toutes les autres petites créatures anthropomorphes telles que les gnomes, les lutins, les elfes… et les «Borrowers» : ceux-là sont les plus connus, nous en avons tous à la maison. Mais oui, vous les connaissez,  vous en avez chez vous. Ils  mesurent moins de dix centimètres, vivent cachés, dans tous les espaces inaccessibles de la maison. Ce ne sont pas des rats, ni même des souris, non ce sont les Borrowers. Vous ne les avez jamais vus ? Bizarre ! Je suis sûre que vous les avez croisés. En tous cas, vous avez eu quelques soucis à cause d’eux.

Les Borrowers, ce sont les Chapardeurs, les Emprunteurs qui vivent dans les petits endroits secrets des maisons (pas forcément vieilles), derrière la cheminée, sous l’horloge de la cuisine, sous le plancher etc. Ils ne possèdent rien mais empruntent tout et pensent que les êtres humains ont été créés juste pour faire le sale boulot de fournisseurs, prêteurs. Faut-il y voir une image quelconque ? Depuis que j’ai entendu qu’une étude avait été faite sur les Schtroumps et que Gargamel présente des traits de juif, de sémite, avec un chat nommé Azraël…faut-il chercher des agressions, des critiques, partout ?

Pour en revenir aux Borrowers, ce sont eux qui font disparaître vos clés, votre dé à coudre, vos lunettes, votre téléphone portable qui vont réapparaître dans quelques minutes, quelques heures, quelques jours, quelquefois plus…  Vous voyez, vous vous souvenez, ils sont bien chez vous aussi.

5 réflexions au sujet de « Les tout-petits »

  1. Ah, ça y est, Françoise, tu as mis un nom sur ces chapardeurs, je ne savais pas comment les appeler ! Merci.
    Encore que chez moi, ça va, ils ne sont pas nombreux, mais je connais des gens qu’ils colonisent complètement !!
    Quant aux fées, j’en ai parlé moi aussi dans un article récent. On peut dire qu’elles favorisent certaines personnes plus que d’autres, elles sont aussi dans l’injustice.
    Je t’embrasse bien amicalement.

  2. Bonjour Françoise
    Les fées m’ont toujours réjouie et je vais te dire un secret ,j’adore encore lire des livres d’enfant avec des fées ,oui quelque part j’ai gardé mon âme d’enfant
    Je te souhaite mon amie une bonne journée
    Gros bisous
    Méline

  3. Les fées ? j’adore…elles font rêver toutes les petites filles et même au-delà !
    Les Borrowers, je dois en avoir partout chez moi ! je ne savais pas qu’ils me cachaient mes lunettes, mon stylo, ma carte vitale etc….Ceux-là, quand j’en prendrai un, il passera un mauvais quart d’heure ! Pas comme moi en lisant votre article…Très agréable et instructif !
    Amitiés…A bientôt ?

  4. l’ homme a besoin de fées et sorcières pour y placer ses espoirs, et ses explications de l’ irrationnel !
    bonne journée
    bisous

  5. Bonjours Françoise
    que serait l’homme sans son imagination débridée?
    Le fait est que tant qu’il en reste aux fées bonnes ou mauvaises qu’elles soient, cela n’est que gentillet, ça arrange et cà ne fait pas de mal.
    Mais quand son imagination lui fait assimiler des êtres fantastiques telles que les sorcières, à des êtres humains, alors nous savons quel gachis cela peut donner!
    Bonne journée
    Antonio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *