Quelle démocratie ?

Si le terme de démocratie participative est de plus en plus répandu, il est souvent utilisé pour légitimer l’action publique par les élus mais ce ne sont malheureusement, très souvent, rien que des mots, des slogans publicitaires pour une campagne et après, les promesses sont oubliées ; en ce moment, les lois sont de plus en plus transgressées sous couvert d’urgence sanitaire.

La démocratie participative est une forme de partage et d’exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la prise de décisions politiques. On parle également de «démocratie délibérative» pour mettre l’accent sur les différents processus permettant la participation du public à l’élaboration des décisions, pendant la phase de délibération mais pourquoi la réalité est-elle autre ? Pourquoi des élus se prennent-ils soudain pour des monarques ou pire deviennent-ils des dictateurs ?

La démocratie participative ou délibérative prend la plupart du temps forme pour la défense de l’environnement, un sujet qui commence à bien préoccuper les populations, le cadre de vie est important aujourd’hui et plus encore pour l’avenir.

Les associations jouent un rôle central en tant qu’interlocuteurs pour les autorités publiques et les collectifs indépendants permettent à des citoyens de s’exprimer librement. En France, une Charte de la participation du public du ministère de l’Écologie existe, j’en rappelle l’article 3 :

Article 3 –

“La participation du public recherche et facilite la mobilisation de tous” 

L’inclusion : La participation du public inclut tous les publics concernés, à travers une démarche pro-active pour associer les publics les moins disponibles ou les moins enclins à participer. 

La diversité des publics garantit une plus grande qualité des débats et de la délibération.

L’égalité : La participation du public garantit aux participants l’égalité de l’accès à l’information, à la parole, et à l’écoute. » L’équivalence de traitement des points de vue exprimés Il est porté une égale attention à la parole de chacun et les arguments avancés ne sont jugés que sur leur pertinence propre.

Pertinence n’est pas impertinence n’en déplaise à certain(s) maire(s) ou autres élus qui oublient leurs belles promesses et qui ne permettent pas aux citoyens de participer d’une quelconque manière, tout étant fait en catimini.


Pertinence : qualité de celui ou de ce qui fait preuve de bon sens, d’à-propos, de justesse ; Impertinence : attitude, comportement (d’une personne) qui choque par son manque de respect, sa familiarité, son audace mais pas par manque de bon sens, au contraire bien souvent.

——————————————————————————————————————–Pour finir : quand on souhaite vraiment apprendre, devenir meilleur dans un domaine et développer son esprit critique, il faut toujours fréquenter des gens différents, des gens plus intelligents que soi. Il est indispensable de s’entourer de gens plus intelligents, les plus bêtes entrainent toujours vers le bas, le fond, la chute.

 

Share

1 réflexion sur « Quelle démocratie ? »

  1. il est bien clair pour moi, que la démocratie est devenue un vain mot, ceux au pouvoir n’en tenant plus aucun compte !
    Comme Sarkosy à propos du traité de Lisbonne, comme Hollande qui a donné la préférence au mariage pour tous, comme ces politique qui donnent la priorité aux minorités, ou refusent un référendum sur l’ immigration !
    Au final on aboutit au chaos actuel dont Onfray affirme qu’il se terminera en guerre civile
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *