Marmite “La Réunion”

Les marmites comme celles de la photo d’hier, marmites “La Réunion” sont en aluminium moulé ou fonte d’aluminium et équipées de deux poignées latérales (attention, c’est chaud quand on cuisine). Au XXIe siècle, cet ustensile connaît toujours une grande popularité dans les régions tropicales ; ces marmites sont fabriquées artisanalement en différentes tailles. Les plus petites, décoratives, sont utilisées pour servir les rougails piment (contrairement au « rougail marmite » qui est cuit et s’apparente au curry, le « rougail pilon » est servi froid en petite quantité car c’est un “accompagnement” très fort).

Les “cuisiniers”  (le plus souvent les mères de famille) sont attachés à cet ustensile et à sa robustesse, bien adapté à la cuisson au feu de bois.

Pendant des décennies, la Manufacture française de Saint-Étienne (Manufrance dite la Manu) a commercialisé, via son célèbre catalogue, des marmites dites en « aluminium massif », en complément des marmites de types faitouts ou marmites hautes en métal de moindre épaisseur. Les modèles ronds étaient référencés sous le nom de coquelle ronde avec des diamètres de 22, 24 ou 26 cm ; la coquelle ovale, destinée à la cuisson des gigots, avait une longueur de 24, 26 ou 28 cm.

La dernière usine française fabriquant des marmites en aluminium fondu a fermé dans les années 1980, mais la popularité de ce produit dans l’ensemble des départements et territoires outre-mer français a conduit les artisans et industriels de Polynésie française et d’Afrique centrale et équatoriale à en maintenir la production. Bien souvent fabriquées à partir de ferraille recyclée (pièces automobiles, boîtes de conserves, déchets d’ordinateur ou divers déchets industriels), les marmites artisanales peuvent constituer un véritable risque sanitaire, elles dégageraient du plomb quand elles sont chauffées en raison d’une teneur trop élevée de ce métal comme cela a été mesuré à La Réunion : le taux de plomb libéré dans les aliments serait entre 3 000 et 4 600 fois supérieur à la limite autorisée. Une intoxication au plomb a des effets sur le système nerveux, le système cardio-vasculaire et sur les fonctions rénales ; elle entraînerait des retards du développement mental chez les enfants.

Les marmites de fabrication malgache présentes sur les marchés forains réunionnais ont donc été interdites de commercialisation depuis le 20

La préfecture de La Réunion appelle à la vigilance dans l’utilisation de ces produits “dans la mesure où il ne peut y avoir aucune assurance du fait de l’absence totale d’identification, de traçabilité et d’historique de tous ces ustensiles”.

Share

2 réflexions sur « Marmite “La Réunion” »

  1. la maladie qui en résulte, c’ est le saturnisme me semble t’il !
    ça me fait penser aux vieux tuyaux de plomb utilisés jadis, sans doute moins dangereux parce que pas chauffés !
    La manufacture de saint Etienne, j’aimais bien y regarder les armes !
    J’ai eu trop de problèmes avec les piments martiniquais, au point de devoir mettre des couches, alors !!!
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. bonjour chere Françoise, je connais bien cette marmite, ma mère et ma femme en avaient une , elles ont disparu depuis un moment, et chez nous depuis notre demenagement ? dommage car bien pratiques, oui attention danger, eviter les marmites recyclées… le catalogue de Manufrance, un bon souvenir, c’etait mon livre de chevet durant la guerre 39/45, cette celebre Manufacture, encore un fleuron de l’industrie française qui a disparu … bon weekend amities et bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *