Dépouillement

Le dépouillement d’un scrutin désigne l’ensemble des opérations permettant, dans un bureau de vote, de connaître le résultat de ce scrutin ; il comprend l’ouverture des urnes, le décompte des bulletins, la totalisation des suffrages et la proclamation des résultats. La loi électorale exige que ce dépouillement ait lieu en public, en présence des membres du bureau, des délégués des candidats et des électeurs qui souhaitent y assister. Il est effectué par des scrutateurs désignés par le bureau parmi les électeurs présents et, à défaut d’un nombre suffisant, par le bureau de vote. Ce soir du second tour, j’ai été spectatrice et partiellement « actrice » puisque j’ai recompté le nombre des signatures sur les listes d’émargement après un des assesseurs du bureau.

Je n’avais jamais assisté de visu à cette opération citoyenne et j’ai jugé bon de le faire cette année (Après ? Allez savoir ce qui peut se passer). Je me suis donc rendue dans mon bureau de vote cinq minutes avant la fermeture et j’ai entendu la formule « Le scrutin est clos », à dix neuf heures. Une jeune femme, retardataire de trois minutes environ, a été remerciée mais elle n’a pu accomplir son devoir de citoyenne. Trop tard !

Le président du bureau de vote a ensuite expliqué le déroulement du dépouillement et les opérations ont commencé.

  • La première opération consiste à décompter les émargements, c’est-à-dire à compter les signatures des électeurs sur les listes signées au moment du vote, afin de comparer ces émargements avec le compteur de l’urne et le nombre de bulletins trouvés dans l’urne. Ceci doit permettre de révéler une éventuelle erreur ou fraude. (Il y avait une différence de deux entre le nombre de signatures et le compteur de l’urne. Cette différence avait été signalée par le responsable du bureau avant même les décomptes : une erreur de manipulation de l’urne avait enregistré deux votes qui n’avaient pas au lieu.)
  • La seconde opération est le décompte des enveloppes contenues dans l’urne, urne qui est ouverte devant les témoins scrutateurs et les électeurs lambda présents. Des paquets de dix enveloppes sont constitués puis ils sont réunis en lot de cent enveloppes. Le décompte des voix se fera par tranche de cent enveloppes.
  • La troisième opération consiste à ouvrir les enveloppes et à dénombrer les votes. Le nom inscrit sur le bulletin est lu à haute voix, puis porté sur des feuilles de pointage (dans ce bureau, il y avait deux feuilles de pointage tenues par deux assesseurs ainsi qu’un tableau noir avec des colonnes : Le Pen, Macron, Blans, Nuls, et Total des suffrages exprimés, ce qui permettait de contrôler immédiatement la concordance des résultats entre les trois relevés.)
  • Enfin, quatrième opération : tout se termine par l’établissement du procès-verbal, rédigé par le secrétaire, dans la salle de vote, en deux exemplaires, signé par les membres du bureau et les délégués des candidats s’il y en a. Il relate l’ensemble des opérations électorales, les différents incidents et comprend aussi les éventuelles protestations émises par des membres du bureau.

ATTENTION : 1 – même si les bulletins blancs et nuls sont décomptés à part, les bulletins blancs ne sont toujours pas considérés comme suffrages exprimés or une véritable reconnaissance du vote blanc permettrait que les bulletins blancs soient comptabilisés parmi les suffrages exprimés, ce qui ferait mécaniquement baisser le score du candidat élu.

ATTENTION  : 2 – les bulletins déchirés ou portant des ratures, rayures, biffures, mentions manuscrites sont considérés comme nuls et ne sont pas réellement pris en compte, tout comme les bulletins blancs, mais tous sont annexés au procès-verbal.

J’ai constaté que les enveloppes contenant des bulletins nuls ou blancs (les enveloppes vides considérées comme des votes blancs) sont mises de côté, enregistrées : des codes différents sont inscrits sur elles et elles portent la signature du président du bureau de vote et des deux assesseurs. (Le traitement des votes blancs et nuls est donc plus long et plus compliqué que celui des votes « simples ».) Toutes ces enveloppes sont annexées au procès verbal du vote.

Hier au soir, ont été considérés comme nuls  : des enveloppes contenant deux bulletins, des bulletins aux noms des candidats barrés, un bulletin avec message personnel (nom et numéro de téléphone de l’électeur), un bulletin rendu blanc car le nom du candidat avait été « blancoté » (bulletin qui n’a pas été considéré comme blanc mais comme nul), un bulletin considéré comme injurieux car le N de Macron avait été effacé au « blanco », le candidat devenant ainsi Macro, un bulletin avec déclaration d’amour à Marine… Moments drôles du dépouillement.

ATTENTION : pour voter blanc le plus simple maintenant est l’enveloppe vide tant que des bulletins blancs ne seront pas fournis dans les bureaux de vote. En effet, le papier blanc indiquant le vote blanc apporté par l’électeur peut être refusé par le bureau de vote s’il n’est pas de la taille réglementaire des bulletins (couleur de papier, « grammage », dimensions…) ; des excès de zèle sont possible. Je me demande si la feuille de papier WC, propre, blanche mise dans une enveloppe est considérée comme vote blanc ou nul car il existe là une possibilité d’appréciation différente selon les bureaux.

Alors, à votre avis, vote blanc ou nul, cette feuille de papier hygiénique blanc et propre ?

(Ce papier-là en dit effectivement long sur l’idée que l’on se fait du monde politique.)

Share

2 réflexions au sujet de « Dépouillement »

  1. Bonjour Françoise, il fut tout un temps où mon époux assista le soir au dépouillement quand vote il y eut dans mon pays…. vote blanc et nul comme partout, nuls parce que souvent écrit dessus… j’ai lu sur le net que par chez vous on y a même retrouvé un « billet » (50 euros) avec mention pour madame Fillon… sourire ! Bref là aussi ce jour-là on en voit de toutes les couleurs… bon mardi de la part de jill, bises

  2. Comme je suis du genre lève tôt, je suis souvent le premier à me présenter au bureau de vote, et invariablement, on me demande si je veux bien être assesseur, ce qu’ il est difficile de refuser !
    J’ ai donc très souvent assisté aux dépouillements.
    C’ est le ouf quand tout concorde et que les scrutateurs sont satisfaits.
    Pour le sourire, ce n’ est pas très jouissif de voir que le candidat qui l’ emporte n’ est pas celui qu’ on porte dans son coeur !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *