Vivement 2017 !

Vivement 2017 ! À dire  vrai, je ne sais pas s’il faut dire ça car personne ne sait vraiment de quoi l’avenir est fait. On peut toujours chanter « Ça ira mieux demain »

Comme tout finira bien
Il faut profiter du jour qui vient

C’est vraiment une chanson pour optimiste… si ça peut nous aider à avancer mieux… Pourquoi pas ?  Cependant il faut tenter de toujours rester collé à la réalité, de garder les pieds sur terre, d’être lucide et calme. Or, il n’est pas facile de garder son calme d’être zen quand les petites et grosses contrariétés se multiplient. Pas facile de rester calme quand on se trouve face à des gens obtus, qui plus est de mauvaise foi mais qui ont « le pouvoir » ou au moins une certaine forme d’autorité. N’avez-vous jamais été confronté à un(e) employé(e) d’une administration ou d’une entreprise qui ne veut rien entendre ? Un peu comme ces gendarmes qui disaient « J’connais l’métier : la tactique du gendarme c’est d’être constamment à cheval sur l’règlement » et qui ne démordent pas de leur idée : « c’est comme ça », oubliant tout bon sens.

Et il faut rester calme, ne pas baisser les bras pour se faire entendre. C’est dur. C’est d’autant plus dur qu’on se sent toujours seul dans les moments difficiles. Qui peut nous aider face à une administration ou à une entreprise ? La loi ? Encore faudrait-elle qu’elle soit appliquée et appliquée sans parti pris d’avance, rapidement surtout car les affaires peuvent trainer des années. Mais je m’éloigne de mon idée de départ.

Je disais « Vivement 2017 » mais j’avoue que c’était sans y croire vraiment car en 2017, que se passera-t-il en France ? Du changement ? Pour qui ? Comment ? Facile de parler quand on est dans l’opposition, moins facile d’agir quad on a atteint le pouvoir et qu’on veut avant tout garder ses privilèges (ceux des copains qu’on avait critiqués) et en gagner quelques-uns supplémentaires.

Souvenez-vous quand François Hollande fanfaronnait au sujet d’économies budgétaires : « Nous voulons 50 milliards d’économies d’ici à 2017 », « Nous en ferons partout où elles seront possibles, chacun devra y prendre sa part : État, opérateurs, organismes sociaux mais aussi les collectivités locales. L’Etat : son organisation apparaît de plus en plus mystérieuse, avec ses agences, ses opérateurs, ses autorités ». Vous les avez vu les économies ? Tiens, rien que les voyages de ces messieurs-dames !

Il y a quelques semaines, j’ai écouté François  (qui me fatigue avec ses discours hachés) et j’ai entendu : « je… vais quitter… le parlement …. européen… » J’ai pensé « Ouais ! Chic ! » mais il a ajouté que c’était pour se rendre à l’Élysée à un conseil des ministres restreint. Je me suis dit « Dommage ». Oui, ce jour-là, il allait bavasser une fois de plus, ce coup-ci sur sa « solidarité à l’égard de la victime », ajoutant « Il y a une émotion mais cela ne peut être la seule réponse » invoquant « la prévention, la dissuasion, la nécessité de porter des valeurs » (lesquelles ? ). Mouais ! des mots creux. Toujours et encore.

Cinquante milliards d’économie étaient à réaliser sur cinq ans dont deux sont d’ores et déjà échus sans résultats probants et même si François s’autosatisfait de la situation, fait taire ceux qui ne vont pas totalement dans son sens, il ne faut pas oublier que la France compte aujourd’hui plus de cinq millions de chômeurs (un peu plus de 5,726 millions avec l’Outremer), que la dette publique est affichée à plus de 2 000 milliards d’euros et que les perspectives de croissance n’ont toujours rien de réjouissant.

Chanceux que vous êtes si vos impôts ont baissé ! Moi mes contributions, impôts, taxes, prélèvements, cotisations, charges diverses ont tous explosé mais les services rendus, les remboursements ont tous diminué. Nos dirigeants partagent ce qui ne leur appartient pas avec largesse. Ont-ils lâché un seul de leurs privilèges ?

Oui, je crois qu’il faudrait vraiment faire une révolution. Après tous les efforts qu’on nous impose, pouvons-nous espérer un mieux ?

Que nenni ! Nous faisons des efforts mais les cadeaux seront pour d’autres (voir toutes les indemnités des élus). On nous promet même une année de cadeau d’impôt si nous passons au prélèvement à la source. 2017 serait une année blanche. Ben voyons ! Je crains qu’une décision prise à la va-vite cause encore plus de problèmes pour les citoyens lambda, surtout ceux qui travaillent régulièrement ou touchent une retraite. Et quid de toute l’économie parallèle et des œuvres d’art, des comptes à l’étranger, des biens classés … ? Les voitures de fonctions, les cartes d’essences, etc., tous ces privilèges doivent disparaitre si les citoyens veulent se débarrasser de la plupart des corrompus. Non seulement ces privilégiés profitent du système pour détourner l’argent public à leur profit (voler) mais ils ne répondent pas aux questions, les éludent (cf Rachida Dati face à Élise Lucet), quand il ne refusent pas tout simplement d’ouvrir la porte d’établissement ou de bâtiments pourtant 100% publics.

Ah les privilèges  et la France ! Nous sommes vernis !

Share

3 réflexions sur « Vivement 2017 ! »

  1. Depuis que les républiques se succèdent, les concernés se sont octroyés des privilèges qui ne disparaitront jamais, sauf si le peuple se révolte et remet les choses à plat .
    Je vois encore grassouillet tenter de nous faire croire en la transparence, via le patrimoine !
    S’ il veut la transparence, qu’ il oblige élus et ministres à rendre public le montant des impôts qu’ ils payent !
    C’ est pourquoi, je ne pense pas que 2017 changera grand chose, tant que les syndicats pourront bloquer, tant que les oppositions peuvent le faire aussi !
    Peut être si un candidat s’ engageait clairement sur les mesures qu’ il prendrait immédiatement, avec la possibilité pour le peuple de le destituer s’ il ne tenait pas parole, comme l’ a fait grassouillet !
    Bonne journée Françoise
    Bisous

  2. Ma Chère Françoise, vous me paraissez bien « ronchon » dans votre article.
    Je vous entends même quelque peu révolutionnaire mais que ce passe – t – il donc? , perdriez vous confiance ?
    Pour effacer toutes ces mauvaises pensées qui vous font tant de mal, je vous suggère la lecture de ce livre que je viens de terminer – Une histoire abracadabrantesque de bons marins devenus flibustiers – (ça change et ça repose de ces politiques véreux dont vous parlez) – Ah ! le titre du livre ? ; « Pilleurs d’Etat » écrit par Philippe Pascot, édité chez Max Milo.
    Bonne lecture et bon divertissement !

    Merci pour vos articles. Je passe de bons moments en votre compagnie.

  3. Ping : Qui a gagné? | FrancoiseGomarin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.