Lincoln, le film

La semaine dernière je suis allée au cinéma voir ce qu’on appelle désormais un biopic, Lincoln, un film de Steven Spielberg au casting de premier choix. La presse américaine distingue notamment Tommy Lee Jones, ainsi que Sally Field pour le personnage de Mrs Lincoln et encense, dans le rôle principal, Daniel Day-Lewis. Le film a été nommé douze fois aux prochains Oscars. Alors, gagnant ou perdant ?

Pour tout vous dire, même si je juge que c’est plutôt un bon film, très académique dans sa forme, soigné dans les reconstitutions : décors et costumes, ce n’est pas émerveillée et enthousiaste que j’ai quitté la salle. Je suis contente d’avoir vu ce film dans lequel on apprend beaucoup, par exemple que l’abolition de l’esclavage fut soutenue par le Parti républicain, pourtant ce serait un supplice de le voir une seconde fois. Pourquoi ?  Deux heures et demi assise, c’est long et surtout parce que les conversations de «Lincoln» sont longues et complexes et même parfois difficiles à suivre quand on n’est pas américain.

Il s’agit d’un film sur l’exercice politique plus que sur Abraham Lincoln, un film qui narre les derniers mois tumultueux du mandat du seizième Président des États-Unis et montre le paradoxe entre la petitesse des magouilles de la sphère politique américaine du XIXe siècle et la grandeur, la noblesse des causes que ces mêmes élus peuvent être amenés à défendre. L’abolition de l’esclavage a ainsi été obtenue par corruption aux Etats-Unis, par le biais d’échanges de bons procédés peu glorieux dont l’achat des votes de députés.

Pour parvenir au vote de l’abolition de l’esclavage (le treizième amendement), Lincoln n’ a guère hésité à se jouer des lois démocratiques (jusqu’à la corruption), à maquiller la vérité  (jusqu’à mentir et à se renier) et  même jusqu’à exploiter l’état de guerre. Si l’œuvre avait une morale, ce serait celle du Prince de Machiavel : la fin justifie les moyens, « Si le fait l’accuse, le résultat l’excuse. »

Dans une nation déchirée par la guerre civile, Abraham Lincoln a tout  mis en œuvre pour mettre fin au conflit (qui fit 620 000 morts chez les soldats), pour unifier le pays et pour abolir l’esclavage. Cet homme au physique sec, à l’humeur tempérée, tout en retenue, s’exprimant par métaphores ne sortira qu’une seule fois de ses gonds pendant la durée du film. Chapeau !

Share

14 réflexions au sujet de « Lincoln, le film »

  1. Même pas entendu parler !
    (du film, pas de Lincoln, quand-même 😀 )

    Pas le genre de trucs que j’irais voir au cinéma de toute façon… et ptêt même pas à la télé, après avoir lu ta critique !
    D’où un gain de temps de 2h pour moi; merci Françoise !!!

  2. •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰
    Un petit bonjour en ce vendredi
    Merci pour ta visite sur mon petit blog et merci aussi de nous donner ton avis intéressant sur ce film Lincoln !!!! C’est un film que je verrai sans doute ces prochains temps.

    Je suis ravie aussi de découvrir ton univers !!!!
    Je reviendrai si tu me le permets ! 🙂
    Passe une bonne fin de semaine
    GROS BISOUS de l’autre bout du monde !
    •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰

  3. Je n’irai pas le voir à cause de sa longueur mais le sujet m’aurait plu ! Je ne me vois pas m’habituer aux lentilles et mes lunettes sont légères et ne me dérangent pas. Bise

  4. Ces temps-ci , je ne vais guère au cinéma , mais si ce film est à l’affiche j’irais sans doute le voir
    Bon et doux weekend Françoise
    Bisous
    timilo

  5. c’ est vrai qu’ il est difficile de changer des principes, surtout lorsqu’ ils ont un long passé, qui finit par faire croire qu’ on est dans le vrai.
    La fin justifie les moyens, voila qui fait toujours des victimes !
    il m’ est arrivé d’ aller voir un film aussi long, et j’ avoue que j’ avais mal au derrière, au point de n’ avoir qu’ une hâte, que le mot fin s’ affiche !
    bonne journée
    bisous

  6. Un grand homme pour avoir pris cette formidable décision
    Et dire qu’il y a des personnes qui rêvent de continuer
    cet ignoble trafic d’êtres humains.
    J’aimerais bien voir ce film un jour
    Bisous Françoise
    Frieda

  7. Bonjour j’aime bien aller au cinéma, dommage que ce soit si cher : merci pour ta visite ; Bonne journée ; A bientot

  8. Bonjour ma Françoise

    Je me demande ce que je vais te dire ce matin, je ne trouve pas mes mots.
    Je me suis levée un peu trop tôt.
    Alors je te souhaite une bonne journée en espérant que ce soit un cadeau.

    J’avoue ce n’est pas très expressif, mais j’ai les deux pieds dans le même sabot.
    Je m’en retourne donc au boulot pour arrêter de dire tous ces mots.

    Je suis d’humeur comique, il faut en faire ton crédo.

    Bonne journée bien au chaud avec mon amitié passée au plumeau.

    Ton amie Lolli

    Magnifique homme !

  9. Je ne sais si j’irai voir ce film peut-être, au moins pour l’aspect historique, et mieux comprendre certaines parties de l’histoire.
    Merci de ta visite qui me fait connaitre ton univers, je vais aller un peu à la découverte!

  10. L’arène politique a toujours été lieu de tractations pour satisfaire des intérêts divergents. Cela continue aujourd’hui mais il me semble que le donnant donnant et les ruses utilisées ne sont pas à l’apanage de cause aussi nobles que celle de l’abolition de l’escalavage! De moins en moins on négocie sur des principes au profit du portefeuille personnel ou de celui du clan!
    Amitié

  11. bonjour, je venais répondre à ton com à propos du séjour en Australie de mon fils et sa chérie : ils ont un visa working holiday et sont partis, normalement, jusqu’en janvier 2014. L’achat d’un van est la préoccupation de ces jours ci, après ils quitteront Melbourne pour sillonner en priorité la côte est. Selon l’état de leurs finances ils verront ensuite pour aller vers Darwin et peut-être aussi uluru.
    Ma fille est allée voir le film Lincoln, elle l’a trouvé un peu trop long elle aussi.
    bon dimanche.

  12. merci pour ta visite à Cayenne….
    le dernier défilé sera consacré au moustique!
    ce film passe à Cayenne en ce moment…
    je me tâtais pour aller le voir!
    pas sur!
    amicalement.

  13. Désolée , je ne sais pas si mon précédent message a été pris en compte , dans lequel j’abondais dans ton sens en ce qui concerne notre intervention au Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *