Le petit chat est mort…

AGNES
Le petit chat est mort.

ARNOLPHE
C’est dommage; mais quoi!
Nous sommes tous mortels, et chacun est pour soi.

Molière, L’école des femmes, Acte II, scène 5. Ma classe de terminale et les débuts d’Adjani à la Comédie Française… Et un hémistiche qui surprend.

Le petit chat est mort. Pour de vrai. Le mien…. Et j’ai pleuré.

Je ne suis pas la mémère à son chat ni à son chien mais je l’aimais ce petit animal câlin et ronronnant. Il n’y a bien longtemps pourtant qu’il partageait ma vie. Il avait un nom un peu ridicule pour un chat libre et bien indépendant : Nounou. C’est Raphaël, mon petit-fils, qui lui avait choisi son nom… Voilà Nounou n’est plus là et j’ai le cœur bien écorché. Je sais qu’il y a plus grave, mais c’est comme ça. Je pleure… Alors je chante avec Renaud, vous souvenez-vous ?

Le petit chat est mort. Ecoutez puis lisez si vous avez le temps et l’envie.

Le Petit Chat Est Mort :

Va donc pas pleurer
Y s’baladait peinard
Il avait pas d’collier
Il était libre d’aller
Et d’rev’nir pour bouffer
Il était même pas prisonnier
De ton amour insensé
T’aurais quand même pas
Voulu qu’y vive comme un con
Sur le canapé
Loin des gouttières des pigeons
C’était un aventurier
T’aurais pas voulu qu’on l’attache
Y t’aurais miaulé: « Mort aux vaches! »
Le petit chat est mort
Il est tombé du toit
C’est comme ça
Il a glissé sur j’sais pas quoi
Et Patatras
On l’enterr’ra demain j’te jure
Dans un joli carton à chaussures
Le petit chat est mort
Et toi et moi on va couci-couça
A cause de quoi ?
A cause que c’est chaque fois comme ça
Pourquoi c’est toujours les p’tits chats
Et jamais les hommes qui tombent des toits ?
C’était un vrai sac à puces
Encore plus libre qu’un chien
Pas l’genre pour un su-sucre
A te lécher la main
Mais la liberté tu vois
C’est pas sans danger c’est pour ça
Qu’elle court pas les rues ni les toits

C’était un vrai Titi
La terreur des p’tis oiseaux
La nuit y s’faisait gris
Pour les croquer tout chauds
C’est un peu salaud
Mais t’as jamais mangé d’moineau
C’est pas plus dégueu qu’un MacDo

Le petit chat est mort
Il est tombé du toit
C’est comme ça
Il a glissé sur j’sais pas quoi
Et Patatras
On ira d’main dans un jardin
L’enterrer au pied d’un arbre en bois

Le petit chat est mort
Et toi et moi on va
Couci-couça
A cause de quoi ?

A cause qu’on s’demande bien pourquoi
T’as jamais un pape sur les toits
Etre trop près du ciel p’t’être qu’y z’aiment pas

Nounou s’est noyé, il est tombé dans le puits. J’ai mis une journée avant de le retrouver… J’ai beau me dire que je n’aurais rien pu faire même si je l’avais vu… Je ne peux m’empêcher de le pleurer. Il faut vraiment que je fasse fermer ce puits.

C’était un chat libre, gentil, mignon, câlin… parti trop vite, trop loin.

Share

8 réflexions au sujet de « Le petit chat est mort… »

  1. Je souhaite que tu ailles bien ce matin et que la lumière de ce mercredi t’apporte tout le réconfort que tu attends de cette journée.
    Je te fais de gros bisous. Profite toi aussi d’en faire à ceux que tu aimes.
    Ben c’est triste si en plus c’est vrai !!
    @+ ma Françoise.

  2. Aucune honte à avoir ! on s’attache à ces petits animaux copains de nos enfants ou petits-enfants, et qui nous donnent tant d’affection…Je me souviens d’un jour, lorsque mes enfants étaient encore très jeunes, où « notre petit chat est mort »…Personne n’a pu dîner le soir, ni les enfants, ni les parents !….
    Bisous Françoise.

  3. Bonjour Françoise

    En un battement d’aile je suis chez toi, en un battement de cil j’écris ces mots, en un clin d’œil je fais le tour de ton univers, et en un coup de cœur, je dépose une pincée de douceur, et tout cela pour que ta journée soit agréable, lorsque tu repenseras à ce message.

    Prends soin de toi et n’oublie pas de sourire à ceux que tu aimes.

    Amitié

    Lolli/Mariposa

  4. Bonjour Françoise,
    Je comprends ta peine. Nous aussi avons perdu le nôtre en juin dernier, une adorable petite bête qui avait partagé 11 ans de notre vie. C’était plus qu’un animal, c’était une présence.
    Mes amitiés
    Alain

  5. Je n’ai pas honte de mon chagrin, Geneviève, ce qui me surprend c’est l’intensité de celui-ci. Peut-être parce que la fin de ce gentil petit chat est tragique, horrible.

  6. Et quelle triste fin ! J’aurais été aux 400 coups ! On les aime nos petites bêtes… Tu lui rends un bel hommage… Le mien s’appelait Minou parce que quand on l’a adopté, il s’appelait Lucky et je n’aimais pas ce nom et lui n’aimait pas ses anciens maîtres… La dame l’appelait aussi Nounou alors j’ai choisi Minou pour ne pas trop le troubler et on l’appelait souvent Mimi ! C’était mon petit « amoureux »… il m’en faisait des mamours, si tu savais ! Qu’il me manque !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *