Encore du pain !

Le pain, j’y reviens. Le pain avait autrefois une telle importance dans une famille, que « mettre hors de pain » signifiait  émanciper et « être au pain menu« , c’était être dans une situation financière très difficile. Je vais « avoir du pain sur la planche » encore aujourd’hui et qui sait demain pour continuer à vous transmettre les expressions que je connais.

Y a-t-il encore dans notre monde d’aujourd’hui des femmes et des hommes « bons comme du bon pain » ? Je crains que non. Il faut reconnaître par ailleurs que, d’une part, le pain n’est plus la base de l’alimentation et que, d’autre part, lorsqu’on l’achète à la station service par exemple (c’est possible à la Réunion), ou dans un point chaud quelconque, il n’est plus aussi bon que dans une boulangerie traditionnelle. Une chose est sûre, de plus en plus nous croisons des individus « grossiers comme du pain d’orge« .

Je continue donc le tour des expressions.

Gagner son pain ou sa croûte… ça rend fier et indépendant ; nous voulons tous en être capables, au moins un temps.
Oter le pain de la bouche de quelqu’un, c’est priver ce quelqu’un de ce qui est vital, comme le pain. Son emploi, aussi par exemple. C’est arrivé, on délocalise pour faire de plus gros profits ailleurs.
C’est pain bénit : c’est facile. Molière dans l’école des maris dit « c’est pain bénit de le tromper, il croit tout ce qu’on lui raconte« .
Se répandre comme des petits pains ou se vendre comme des petits pains : se répandre ou se vendre facilement, rapidement. Nettement plus élégant et moins agressif que l’autre expression possible : « se répandre comme la vérole sur le bas clergé ».
Ne pas manger de ce pain-là : refuser d’agir illégalement ou immoralement.
Ça ne mange pas de pain : ça ne coûte rien, ce qui va faire plaisir à l’avare, lui qui pleure le pain qu’il mange, c’est dire. On dit aussi qu’il mange son pain sous son manteau, tellement il a peur de devoir donner ou même partager. A force, il sera riche mais « Tel a du pain quand il n’a plus de dent« , c’est le lot de bien des individus qui passent leur vie à travailler pour avoir une belle retraite (espoir de plus en plus irréalisable) et qui, enfin à l’abri du besoin, ne peuvent plus rien faire compte tenu de leur âge et/ou de leur état de santé.

Encore une petite liste :
A pain dur, dent aiguë : Il faut adapter les moyens à la tâche à réaliser. Les jeunes peuvent manger du pain plus dur ; ils le savent bien en ce moment.
Pain coupé n’a pas de maître : comme les chiens sans tatouage et sans collier pas de marquage, pas de propriétaire ». Se dit quand on prend à table le morceau de pain d’un autre, son voisin par exemple.
Avoir son pain cuit : c’est être riche ou, beaucoup moins agréable, être condamné, résumé souvent « pour lui, c’est cuit ! »
Changement de corbillon (= corbeille) fait appétit de pain bénit. Changer de partenaire excite l’appétit ce qui rejoint plus ou moins « Pain dérobé réveille l’appétit » ce qui est interdit est attirant. Mais attention les jeunes filles à ne pas « emprunter un pain sur la fournée » qui signifie être enceinte sans être mariée.

Manger du pain rouge, non ce n’est pas manger le pain de Mélanchon ou du PC, c’est vivre comme un assassin, un malfaiteur, un mercenaire avec du sang sur les mains.

Et pour finir, on en a vu ces dernières semaines, certains « promettre plus de beurre que de pain« . Qui a cru en leurs mots ? Qui a cru en eux ? Aujourd’hui ils  ne sont pas en place pour gouverner et tenir parole : 1 700€ le SMIC par exemple… Ils manquent de bon sens sens. Ils ont semé le grain ou le vent de la révolte. « Qui sème le vent récolte la tempête » mais nous serons tous dedans…

Share

9 réflexions au sujet de « Encore du pain ! »

  1. Ah ! le pain j’ai l’impression de n’avoir mangé sans lui

    Bon et doux weekend ,Françoise

    Bisous bisous

    timilo

  2. Toutes ces explications sur le pain…et ses dérivés (!) sont passionnantes !
    Je crois que nous avons mangé notre pain blanc le premier… Où en est l’avenir ?
    Attendons….
    Je vous embrasse Françoise et vous remercie pour tout ce que vous m’apprenez !Bonne journée.

  3. et bien, je me rends compte qu’ il y a plus d’ une expression que je ne connais pas, en particulier  » manger du pain rouge  »
    Plus rien n’ est comme avant, et je me demande, si le départ n’ en n’ est pas mai 68,qui finalement a prôné l’ individualisme, et fait fi de la morale !
    on ne s’ adresse plus à l’ individu, mais aux  » masses  »
    bonne journée
    bisous

  4. « Mettre un pain », porter un coup à quelqu’un ! Je suis peu fière de ma trouvaille. Quant au pain noir, j’en mange régulièrement. On le trouve en grandes surfaces. Il s’agit du « Vollkornbrot » aussi appelé « Pumpernickel », un pain noir d’origine allemande à base de grains de seigle concassés. Il a de nombreuses qualités. D’une part, il a un index glycémique bas, et d’autre part, facilite le transit. Mieux que la baguette blanche, qui devient caoutchouteuse dès le lendemain, puis dure comme du bois après 48h. Amicalement, et bon courage. Pimprenelle.

  5. Tout comme vous Pimprenelle, j’adore ces pains noirs que l’on trouve à acheter en Australie, en Afrique du Sud et même en métropole. Ici, pas possible. Dommage !
    Mais pour aller jusqu’au bout, même le pain noir actuel ne doit pas être le pain noir d’antan.
    Bon dimanche et à bientôt.

  6. Ping : Béni, bénit | FrancoiseGomarin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *