La démocratie est-elle dans une impasse ?

Dans les républiques, le peuple donne sa faveur, jamais sa confiance. Rivarol

Je suis une fille du peuple et pour sûr que je n’arrive pas à donner ma confiance aux hommes politiques dans la république française d’aujourd’hui. Quant à ma faveur ? Je vous ai déjà dit où j’en étais. A personne ! Pourtant je rêve de république et de démocratie, cette démocratie liée à des désirs éternels et fondamentaux : la liberté, la dignité et une égalité républicaine : « A chacun selon son mérite ».

Aujourd’hui, la démocratie semble véhiculer simplement une idée de solidarité. Bien sûr, la fraternité entraine la solidarité mais il ne faut pas oublier les deux autres mots de notre devise : Liberté et Egalité. De même que la plupart des citoyens parlent de solidarité, ils invoquent l’égalité. Je suis pour une égalité de traitement devant la loi, les impôts mais pas une égalité inconditionnelle ; l’égalité de traitement passe par la notion d’équité qui fait prendre en considération la notion d’effort produit : le mérite n’est pas simplement lié à l’effort, à la pénibilité du travail, il est dû aussi à un certain talent, pas au talent de casseur ou de meneur, mais à un talent qui ajoute de la valeur à la nation.

La démocratie est un joli projet qui restera éternellement un rêve. C’est un idéal qui reviendra sans cesse sur le devant de la scène, comme le phénix qui renaît toujours de ses cendres, mais sommes-nous bien d’accord sur la définition de démocratie ?

La démocratie est le régime politique dans lequel le peuple est souverain. La formule d’Abraham Lincoln que tous nous avons mémorisés est : la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ».

Cette définition est proche du sens étymologique du terme démocratie, du grec ancien dēmokratía, « souveraineté du peuple », de dêmos, « peuple » et krátos, « pouvoir ». Le peuple, en Grèce, correspond à la notion restrictive de citoyens, la citoyenneté n’étant pas forcément donnée à toute la population.

De façon générale, un gouvernement est dit démocratique par opposition à la monarchie  où le pouvoir est détenu par un seul, ou par comparaison aux systèmes oligarchiques, où le pouvoir est détenu par un groupe restreint d’individus. Néanmoins, ces oppositions, héritées de la philosophie grecque sont aujourd’hui équivoques car il existe des monarchies parlementaires dans lesquelles le pouvoir est partagé et des régimes présidentiels où le chef d’état a des pouvoirs très étendus, ce dernier type d’organisation peut virer à la dictature ou à la tyrannie. Quand et comment le peuple perd-il la possibilité de contrôler ses dirigeants, de les évincer sans devoir recourir à la violence, à une révolution ?

On confond régime démocratique et élections, démocratie et loi de la majorité.  Le taux de participation au scrutin n’est-il pas un indice de l’état de santé de la démocratie ? La France semble malade si on en juge par le taux d’abstention.

Que penser aussi des girouettes politiques qui se dédisent, et passent par différents partis pour garder leur siège ? A la Réunion, nous en avons plusieurs de ce type : Nassimah Dindar en est un bel exemple. Comment élue sans étiquette dans un premier temps, elle a rejoint l’UMP, a été confortée à son poste par une alliance avec le PCR (parti communiste réunionnais) avant de se présenter, ces jours derniers, avec une carte du MODEM pour devenir députée.

Pendant ce temps-là, le Chaudron était en feu, l’île embrasée et madame Dindar, présidente du Conseil Général aux abonnés absents. Pas un mot !

Pas plus que du maire de saint Denis ou du Préfet de la Réunion. Où sont les élus ? Qui gère cette situation ?

Des policiers sont arrivés en renfort. Les casseurs se sont arrêtés mais le feu couvera sous la cendre. Longtemps ?

 —————————————–

Réflexion d’Edouard HERRIOT :

« Une démocratie bien comprise n’est pas un régime qui maintient artificiellement entre les hommes une égalité chimérique ; c’est un régime de libre sélection qui n’assigne d’autre limite à l’ascension sociale que les limites même de l’effort et de la volonté de l’individu. »

Qu’en pensez-vous ?

10 réflexions au sujet de « La démocratie est-elle dans une impasse ? »

  1. Je ne peux pas faire de commentaire sur la politique, j’en suis saturée ! Bonne journée, bise

  2. En France il y a une haute administration qui gouverne , pour cela elle se scinde en deux partie , une fixe qui ne bouge pas des cabinets et des ministères , une autre partie qui se présente aux élections en nous faisant croire à ‘alternance.
    En résumé , c’est toujours ces mêmes élites qui nous gouvernent , en somme rien ne change.
    Démocratie , un vaste mot , car un élu qui n’a pas de pouvoir ne sert pas à grand-chose
    Douce journée, françoise
    Bisous
    timilo

  3. Bonjour Françoise,
    Pour moi la démocratie a été supplantée par la finance, puisqu’on sait très bien que c’est elle qui gouverne en réalité.
    La vraie démocratie tient compte des avis de toutes ses composantes, même si certaines sont minoritaires.
    On vit dans un semblant de celle-ci, c’est pourquoi elle est à reconquérir sans cesse.
    Bisous bien amicaux.

  4. Je n’aime pas la politique et n’y connais pas grand-chose ! Donc, il m’est difficile d’en parler…Mais, ce que je sais, c’est que…je ne sais pas où j’en suis ! Alors, prendre parti pour l’un ou l’autre de tous ces candidats, c’est bien difficile….Je sais ce que j’aimerais pour mon pays : qu’il soit grand, respecté, admiré (pourquoi pas ?), mais surtout bien gouverné par des personnes intègres….Je suis bien exigeante !
    Je réfléchirai mieux à cet article…mais vendredi étant mon « jour de sortie », je n’ai pas le temps ce matin….
    Bonne journée.

  5. La politique me fatigue aussi…
    Très bonne journée de vendredi Françoise, soleil à la clé.
    Gros bisous

  6. Rudes débats que ceux pour la démocratie et la république.
    Notre république ? Liberté, égalité, fraternité. Liberté, chez nous sans doute, pour le reste…
    La démocratie ? Chacune et chacun s’expriment. Une idée n’est-elle bonne que lorsqu’elle est partagée par tous ? Dans l’idéal oui. Seulement voilà le mélange des genres, des cultures et surtout des intérêts emportent la démocratie dans le flot des jolis mots.
    Je reste optimiste, par vocation. Parce que je vis heureux dans un relatif confort. Que resterait-il de mon optimisme si je vivais en marge… de notre république et de la démocratie ? Cette idée me met mal à l’aise.
    Bises.
    Jonas

  7. il y a bien longtemps que les politiques estiment que le peuple n’ est pas capable de faire de bons choix, c’ est pourquoi, ils ont évité le référendum sur la peine de mort, comme ils n’ ont pas tenu compte du  » non  » à Lisbonne !
    On a juste changé le roi en président !
    Depuis des années, on constate la disparition de la solidarité, l’ opposition s’ arcboutant pour empêcher les réformes, en déposant des milliers d’ amendements.
    On constate aussi que la justice a bien compris où se situait son intérêt, privilégiant les mafieux, et délaissant les victimes.
    je crois que la démocratie est à bout de souffle, et qu’ il faut une révolte du peuple, pour qu’ il retrouve son mot à dire.
    bonne journée
    bisous

  8. Il y en a un peut marre de leurs politique, ils se battent entre eux comme des gamins pas comme des adultes responsable !!! Alors je mets ça de côté pour le moment, il y a tellement de choses grave qui ce passe partout ça fait peur !!!! Bisous bon week-end Françoise

  9. Ce n’est même pas ces élus qui nous gouvernent mais la frange de la population la plus riche qui les mènent par le bout du nez. Au niveau de l’Europe c’est flagrant ! Sans égalité sociale, pas de démocratie possible… bises
    Esclarmonde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *