Zoreille cochon… et révolution

« Zorey koshon dann marmit gros pois », Zoreille cochon dans marmite gros pois, expression créole qui signifie ne pas entendre, faire la sourde oreille.

Ne pas vouloir entendre pour pouvoir faire «comme si on ne savait pas» ou ne pas entendre pour ne pas avoir de décision à prendre. Ne pas vouloir entendre tout simplement pour ne pas tomber d’accord parce qu’on ne veut pas, parce qu’on ne peut pas, ou simplement se braquer…. Acte délibéré. Patronat qui ne veut plus rien entendre pour diverses raisons (reconnaissons que certains petits patrons n’en peuvent plus) ou pire : gouvernements qui refusent d’entendre pour garder le confort. Ne pas vouloir entendre, encore moins écouter…

Je me remémore vite fait un peu d’Histoire de France : la Révolution, une période que j’aime, enfin façon de parler. J’aime l’idée du bouillonnement des esprits, le vent de Liberté, j’aime moins les règlements de comptes et l’odeur du sang.

Je commence avec Louis XV, le Bien-Aimé. Au fil des années, sa faiblesse dans la prise de décisions, le dénigrement de son action par les parlementaires et une partie de la noblesse, les intrigues incessantes impliquant sa maîtresse, la Pompadour, et la dépravation de sa vie privée (nombreuses maitresses et bâtards) lui valent l’effondrement de sa popularité, à tel point que sa mort est accueillie par des festivités joyeuses. Intelligent, il avait senti cependant  la nécessité d’un remaniement de l’Etat et  il l’avait tenté en partie. Vers la fin de son règne, le Bien-Aimé qui l’était de moins en moins comme on l’a vu, averti par plusieurs émeutes de misère, avait senti le danger. Sans plan bien défini , il avait commencé à réorganiser les finances et la justice, brisé la puissance de certains Parlements.

Pour le malheur de la monarchie et de la France, son petit-fils et successeur, Louis XVI, est un lourdaud de vingt ans, qui mange trop, dort trop bien, qui partage son temps entre la chasse et son établi de serrurier, il n’a pas l’esprit vif, il est juste capable d’application. Il est néanmoins instruit. C’est le premier Bourbon qui n’a pas l’allure fière et militaire (il restera toujours incapable de sauter à cheval). Son métier de souverain le dépasse, l’effraie.  Comment «faire le roi» en étant un brave homme seulement ?  Il craint toujours de nuire ou seulement de mécontenter, étrange pour un roi. Il désire le bien de son peuple, mais le connaît peu et n’en est pas connu (il ne sort pas sauf pour la chasse). Il avait un rôle qui n’était pas à ses mesures.

Sa femme, Marie-Antoinette d’Autriche est l’une des filles de l’impératrice Marie-Thérèse. Elle a méprisé « ce pauvre homme », qui pendant sept ans, par crainte d’une opération bénigne, n’a pu être son mari que de nom. Ils sont si différents d’allure et de goûts. il est terne ; elle, elle brille : teint transparent, grands yeux bleus, cheveux blonds, jolie bouche, corps élégant, cou gracieux (bien, pour la guillotine)… Elle n’a pas seulement le charme, elle a la majesté. Mais…

Ignorante, futile, coquette, elle a le goût de plaire et de déplaire aussi (on est noble ou pas). Hautaine,  elle sait être bonne, indulgente, moqueuse, généreuse, elle aime à l’excès la parure, le plaisir, déteste la contrainte. Elle s’entoure de personnes avides et sans morale. Dommage !

La vie de la cour est à des années-lumière de celle du peuple et de la bourgeoisie (les mieux nourris, les plus instruits, les meneurs, en somme, de ce qui va suivre).

Dans les cours judiciaires, pas un magistrat n’est nommé qui n’appartienne à la noblesse. La bourgeoisie grimace. Les impôts sont trop lourds, le peuple a faim, les gens réfléchis prévoient le pire. On sent qu’on va vers un abîme, mais la noblesse ne veut pas le voir. La Cour n’a jamais été aussi brillante et Paris aussi gai.

Pourtant l’argent ou plutôt l’or manque. Les billets ont perdu leur valeur. Necker est appelé au Contrôle des finances en désespoir de cause, il obtient des avances chez les banquiers. Il se flatte que sa seule présence rendra à l’opinion son calme. Il ne tardera pas à déchanter et à apprendre, comme la Cour, que la Révolution a commencé.

Sans être monarchiste, comment ne pas avoir une pensée émue et une larme à l’oeil pour Marie-Antoinette dont les défauts étaient d’être reine de France et surtout Prussienne.

Qui a pensé que c’était une jeune femme qui n’a guère eu de choix que d’obéir aux volontés de son père et des alliances européennes ? Qui a pensé que c’était une mère ? Voilà sur des images du film de Sofia Coppola une chanson de l’opéra-rock de Claude-Michel Schoenberg :  « La Révolution Française ».

Vouloir le changement, oui. Mais le prix à payer…

Dès lors que la foule s’empare d’une situation, d’un événement, les débordements sont inévitables et les retours de bâton inquiétants.

Et surtout, méfions-nous des profiteurs.

15 réflexions au sujet de « Zoreille cochon… et révolution »

  1. Bonjour Françoise
    les agitateurs aiment ça: jeter de l’huile sur le feu! plus cela brule, plus ils en tirent profit. Par les temps difficiles que nous traversons on les voit déjà se lever avec des a-peu-près ou des contrevérités. Celui qui n’a plus rien à perdre finit par se dire que le chant des sirène est doux et tant pis pour le naufrage qui l’attend!
    Tout ce que l’on peut espérer est que ceux qui ont beaucoup à perdre, finissent par entendre s’ls ne veulent pas tout perdre!
    Bonne journée
    Antonio

  2. tous les abus de la Monarchie ont amené la Revolution, sans excuser la Terreur, nous n’avons pas la larme à l’oeil pour Marie Antoinette, si nos ancêtres l’ont fait, ils ont bien fait…mais nous te comprenons ! bisous

  3. J’ai du mal avec la peine de mort. Dans ce cas-là surtout.
    Je crois qu’après avoir pensé que la punition pouvait être juste, en bonne républicaine ; j’ai pleuré sur Marie-Antoinette, en humaine.

  4. Antonio,
    Tout ce que l’on peut espérer est que ceux qui ont beaucoup à perdre, finissent par entendre s’ils ne veulent pas tout perdre!
    C’est là, la voix de la sagesse.

  5. Bonjour chère Françoise,
    On dit bien qu’il faut connaître le passé pour appréhender l’avenir !
    Et malheureusement, la situation actuelle nous ramène à des périodes troubles
    comme celle que tu évoques et avec laquelle il y a en effet des similitudes.
    Peut-être faudra-t-il arriver à une nouvelle révolution !
    Pas aussi sanglante, je l’espère.
    Bises amicales.

  6. Pauvre Marie-Antoinette…Pauvre Louis XVI… Je ne suis pas monarchiste du tout, mais je les plains…Une révolution n’est jamais belle, il y a trop de morts…Je repense à l’épuration en 1944…quelle horreur ! il est difficile de maintenir les foules…

  7. Il n’ y a finalement pas tant de différence que ça entre monarchie et démocratie !
    Nous avons vu les présidents s’ adjuger de plus en plus de droits, sénateurs et députés devenir pléthore et s’ enrichir, justice pardonner aux riches et enfermer les pauvres !
    J’ en suis même à me demander en te lisant, si mr Hollande ne sera pas Louis XVI !
    car la classe moyenne maltraitée, était celle des Danton, Marat, saint Just et autres !
    bonne journée
    bisous

  8. Oh là là j’espère que le message a bien été envoyé ? C’est drôle mais je ne vois pas mes commentaires s’afficher mais je suppose que c’est à cause de la modération et comme les précédents ont été supprimés dans les spams, du coup ton WP ne doit pas me reconnaître comme ayant déjà commentés ??
    Je te souhaite une bonne fin d’après midi si j’en crois notre décalage horaire du moment il doit être 15 h par chez toi.

    CaroLINE

  9. J’ai beaucoup apprécié votre billet et ce clin d’oeil sur la peine de mort. Louis XVI, le 16 janvier 1793, est condamné à mort. Sur 721 votants, 366 ont voté la mort. La majorité absolue est de 361. Vergniaud déclare : »au nom de la Convention nationale la peine qu’elle prononce contre Louis Capet est celle de Mort ». Je crois la peine de mort injuste toutes les fois qu’elle est appliquée à un coupable qui peut être gardé sans danger pour la société. Condorcet qui vota contre la peine de mort et se prononça : « toute différence de peine pour les mêmes crimes est un attentat contre l’égalité. La peine contre les conspirateurs est la mort. Mais cette peine est contre mes principes. Je ne la voterai jamais ». Les conséquences de la mort du roi, impliqua la France dans une guerre internationale contre le souverain anglais (Georges) et au stathouder de Hollande (pas François), et l’Espagne. Quel plaisir l’histoire, mais si cela pouvait aider nos dirigeants, les peuples à méditer, sur ce qui ne faut plus répéter ! Amicalement. Pimprenelle.

  10. Bonjour
    Je me demande un peu ce que cela signifie ici en métropole… mais je crois que c’est la même chose…
    Sincèrement
    Jean

  11. Bonjour,
    Quel plaisir j’ai eu en lisant ces dictons de chez vous.
    C’est fantastique. J’aime ça.
    Et vos textes font réfléchir, j’aime ça aussi.
    bonne journée
    dominique

  12. Bonjour Françoise, je reviendrai prochainement pour approfondir, j’adore la Réunion, ses habitants, ses traditions et ses mystères…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *