Les ponts de Paris (11)

Geneviève m’a dit qu’elle rentrait chez elle mercredi prochain, je vais reprendre, pour elle, et pour vous aussi, mes promenades dans Paris, sur les ponts. Pour essayer de mettre les choses bien au clair, je vous ai dessiné une carte de la Seine à Paris avec l’emplacement des ponts. (En cliquant sur l’image, vous pouvez l’agrandir à votre convenance).Petite précision, si besoin était, la Seine coule d’amont en aval, d’est en ouest, de droite à gauche sur mon plan. Je m’étais arrêtée sur le pont n° 10, le Pont de la Tournelle, nous voilà donc au onzième : le pont Marie qui relie l’île Saint Louis au quai de l’Hôtel de Ville. Il doit son nom à l’ingénieur-entrepreneur Christophe Marie qui le construisit de 1614 à 1635. C’est l’un des plus anciens ponts de la ville.

Ouvert à la circulation en 1635, cinquante maisons sont ensuite construites sur lui. En effet, au Moyen-Age et même après, les ponts sont surmontés de maisons ; il n’en reste que quelques-uns de ce type : en France, le pont de Rohan, en Allemagne, et surtout en Italie  à Florence, le Ponte Vecchio, et le Rialto à Venise qui ne porte que quelques boutiques…

Au Moyen-Age, de nombreux ponts sont construits pour relier les deux rives de la Seine mais ces ponts fragiles, construits en bois et surmontés de boutiques et de maisons furent détruits à plusieurs reprises par les incendies, les glaces ou les crues. Malgré tout, l’activité foisonne sur les ponts ce qui donne lieu à un droit de passage sauf pour les saltimbanques qui pouvaient traverser les ponts en échange d’un petit tour réalisé par leur singe, d’où l’expression « payer en monnaie de singe ».

En 1658, une crue emporte donc les deux arches sud du pont Marie avec les vingt maisons qui le surmontent. En 1660, un pont de bois est reconstruit.

La construction en pierre ne commence qu’en 1677 sur ordre de Colbert. En 1769 , toute construction de maison sur les ponts est interdite.

Le pont mesure 92 mètres de long pour 22 m de largeur utileLes cinq arches du pont sont différentes, regardez-les bien et imaginez un peu.

En janvier 1910, le niveau de la Seine avait atteint le haut des arches. Crue de 8 mètres 70 environ. Il avait beaucoup plu ce janvier-là.

12 réflexions au sujet de « Les ponts de Paris (11) »

  1. C’est avec plaisir que je découvre ton beau blog.
    Je te remercie pour ton aimable visite et pour ton commentaire.
    Une belle photo de ce pont de Paris qui est original.
    Cordiales amitiés & à +

  2. Bonjours ,Françoise, je passe tout doucement sur les blogs et je fais une longue pause sur le tien , il m’est difficile de taper de la main gauche , cela prend du temps, mais le temps, ce n’est pas grand chose quand on se lève tôt.
    Les ponts révèlent le génie créateur de l’homme, pouvoir franchir un obstacle tel un fleuve en trouvant une solution presque définitive montre notre intelligence , relier ainsi deux mondes prouve que l’on peut faire des merveilles , mais hélas l’homme n’a pas toujours cette attitude .
    Différentes techniques sont utilisées pour la construction d’un pont, l’arche a été pendant des siècles la solution idéale mais une arche ne peut avoir une longueur indéfinie, on a donc relié plusieurs arches entre elles pour traverser des fleuves grâce au fer et au béton armé des techniques différentes ont permis de franchir des obstacles plus longs et d’une seule portée
    A Paris , on peut voir sur une courte distance , ces différentes techniques.
    J’ espère que tu vas bien , je te souhaite de passer un bon et agréable Dimanche
    Bisous
    timilo

  3. chère Françoise,
    Tes articles sont super intéressants et il faut s’y pencher avec un peu de temps.
    Je n’en ai pas trop ce matin donc je reviendrai, mais je tenais à passer pour te dire un coucou et te souhaiter une excellente journée.
    Bisous.

  4. je te découvre un talent de dessinateur projeteur, et une jolie écriture !
    je ne sais si c’ est un effet de perspective, mais il me semble que les arches s’ élargissent de la première la dernière !
    Merci aussi de l’ explication sur la  » monnaie de singe  » !
    bon dimanche
    bises

  5. ça, c’est gentil ! je vais avoir beaucoup de lecture pour m’occuper dès mon retour! En attendant, je me débats toujours avec cet ordinateur d’emprunt et avec une installation qui n’est pas la mienne !
    Merci de reprendre les ponts de Paris, avec croquis en plus !

  6. Un jour dans le halle d un hotel du Valais, jai remarqué une littographie montrant l épaisseur de neige qui était tombée en 1910;on rentrait dans l hotel par la fenétre du premier étage, ce qui devait faire 7 ou 8 m de neige!
    Bonne journée
    Latil

  7. Ma chère Françoise,
    A propos du pont Marie, je n’avais jamais remarqué que les cinq arches étaient de dimensions différentes pourtant je l’empreinte presque tous les jours à pieds, et pour cause je ne les vois donc pas. Dès demain je change de pont ! Amicalement. Primprenelle.

  8. Très intéressant ton article sur les ponts de Paris. J’ai survolé les autres pages mais c’est un peu long à lire un dimanche à 22 heures. Je ne connaissais pas l’origine du e l’expression payer en monnaie de singe.
    Amicalement et à bientôt. dinosaure80.

  9. Encore un joli pont.
    J’aime bien la pomme de pin de ta bannière.
    Bon 15 août.
    Amitiés

  10. paris est une si belle ville! j’aimerais y être au moment où elle se vide…aout?…
    que de choses à faire à la retraite!
    en tosu cas merci pour ton plan, extra! comme d’hab

    bisous fraquassés par un w e de m…à la clinique, où le cadre n’st plus respecté par les patients (malades alcooliques) et où je me suis fait injurier à au moins trois reprises!
    bises

  11. Ton commentaire sous le bâtiment de l’Inspection Académique m’a bien fait rire…figure toi que je n’y ai jamais mis les pieds…lorsque j’en avais besoin les locaux étaient encore à la cité administrative…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *