Marie Dessembre

Chose promise, chose due. Je vais vous parler de Marie Dessembre. À dire vrai, je parlerai bien  de toutes les pièces du théâtre Vollard car je les aimais bien, les créations, les acteurs et l’auteur. De beaux souvenirs que ces soirées théâtre originales, en particulier « Lepervenche »  qui nous a promené dans le vieux train de la route en corniche.

Je reviens à Marie Dessembre, sujet du jour.  Il faut se remettre dans le contexte de l’époque, on était en 1981, François MItterrand venait d’être élu et le 20 décembre devenait un jour férié dans l’île pour fêter l’abolition de l’esclavage. J’en ai parlé et  ; ce dernier billet explique pourquoi la date de l’abolition n’est pas la même à La Réunion et aux Antilles; Victor Schoelcher a pris la direction des îles de l’Océan Atlantique, nous, dans l’Océan Indien, nous avons eu Sarda Garriga (voilà pourquoi des rues, des places, des lycées portent ce nom).

La pièce « Marie Dessembre » marque un tournant décisif dans l’histoire du théâtre Vollard et même du théâtre réunionnais (qui ne devait guère exister avant). La (jeune) troupe créée en 1979 quitte Le Tampon (Sud de l’île) pour s’installer à Saint-Denis (au Nord, la capitale) et se « professionnalise ». La plume d’Emmanuel Genvrin s’attaque à certains tabous de la société réunionnaise et crée l’événement de ce 12 décembre 1981. Le public est conquis, le succès  est bien réel ; les Réunionnais vont aimer leur théâtre.

Par sa production artistique de qualité, par sa capacité à transgresser les codes tacites de la société réunionnaise, le théâtre Vollard a incarné une forme de révolte culturelle. Bien sûr, il y a quelquefois des réactions épidermiques car Emmanuel Genvrin sait titiller là où il faut. Moi j’ai bien aimé et j’ai souvent eu ma larme à l’œil. Il a évoqué le problème de l’esclavage, du Bumidom, des élections…

En ce qui concerne « Marie Dessembre » c’est d’esclavage dont il est question. Cette jeune femme noire est désormais liée à notre île. Que son visage soit d’ici ou d’ailleurs (les Antilles ou l’Afrique), peu importe.

Au fil des décennies, «Marie Dessembre» est devenue la pièce fétiche de la troupe. Le visage de la jeune femme est devenu familier et son nom est devenu une référence : à Saint-Clotilde, au 110 chemin Lory-Les-Bas, un centre de réinsertion pour adolescents s’appelle le « Centre Marie-Dessembre ».

À chaque reprise au théâtre de «Marie Dessembre», le public achetait l’affiche et, dans la foulée, allait au musée Léon Dierx espérant voir le tableau. Du coup, on le sortait de la cave et on l’exposait.

Pour finir, le résumé de la pièce : le jour de Noël 1848Marie-Mirandine se meurt. Jeune esclave d’une plantation, elle aime le fils du maître. Elle attend d’ailleurs un enfant de lui. Le scandale éclate : Marie-Mirandine doit fuir dans les Hauts de l’île. À l’annonce de Sarda Garriga, le 20 décembre : l’affranchissement des esclaves, elle  redescend à la plantation et met au monde une petite fille, au milieu des siens. Elle meurt des suites de l’accouchement, le jour de Noël. On baptise alors sa fille « Marie-Dessembre », fille de la liberté.

 

Augustine Touzet dans le rôle de Marie-Mirandine. Source vollard.com

Share

3 réflexions au sujet de « Marie Dessembre »

  1. Merci de nous faire connaître cette histoire, totalement inconnue pour moi.
    Bonne journée, avec des bisoux, ma françoise.

  2. Molière aussi dénonçait les travers de la société !
    On peut donc parler d’ un auteur engagé !
    Cette pièce de théâtre a surement un fond de vérité, et je me souviens de plusieurs films dont le thème était semblable !
    Une époque révolue, mais pas partout dans le monde !

  3. bonjour chere Françoise, une pièce qui m’aurait touché, malheureusement je n’ai pas eu l’occasion d’aller souvent au théatre dans mon existence, le thème de l’esclavage a été souvent mis en scène, et c’est bien, car c’est veritablement une horreur , malheureusement encore existante, comme le dis Pierre …merci à cet auteur engagé , bonne fin de semaine bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *