Macron à La Réunion

Gilbert Annette, le maire (PS) de Saint-Denis de La Réunion, a accueilli M. Macron lors d’un meeting samedi après-midi, à côté de Thierry Robert, député MoDem de La Réunion et soutien actif du candidat sur l’île. Je savais que Macron ratissait large mais là, il fait fort. Côté casseroles Gilbert Annette en a quelques-unes. je sais de quoi et de qui je parle, là et Thierry Robert n’est pas bien net non plus.

J’ai été une illusionnée de Gilbert ; j’ai même été inscrite sur sa liste aux municipales, à Saint-Denis de La Réunion à la fin des années 1980 croyant que Monsieur Annette était honnête mais ce fut une grossière erreur. J’ai vite compris à qui j’avais affaire. Si j’avais demandé une position non éligible sur la liste car j’avais de jeunes enfants (ça m’a tout de même causé quelques ennuis) par contre j’ai été élue à la caisse des écoles où mon mandat a duré moins d’une année. Quand j’ai repéré les magouilles ou au moins quand j’ai constaté le comportement « monarchique » du maire, j’ai démissionné.

Je pourrais raconter des détails mais ce serait long alors, ce dont je lui avais fait part : mes doutes quant à sa rigueur de gestionnaire et son honnêteté, a été « officialisé » avec une mise en examen et un emprisonnement. En 1996, il a été condamné à 200 000 francs d’amende, cinq ans de privation de ses droits civiques et trente mois de prison dont douze avec sursis pour corruption dans des affaires d’attribution de marchés publics (à La Générale des Eaux) pour la ville de Saint-Denis. Il affirme ne s’être pas enrichi personnellement et avoir utilisé les sommes à des fins politiques (pour le PS) mais depuis, réélu maire en 2008, il a fait mieux mais silence ou presque.

Je précise que Gilbert Annette a soutenu Ségolène Royal en 2007, qu’il fait partie des soutiens à Macron cette année avec François Bayrou, or Ségolène Royal a signé comme François Bayrou (qui soutenait Alain Juppé à l’époque) le manifeste d’Anticor (aujourd’hui une association contre la corruption des politiques, mais visiblement leur signature, n’a pas plus de valeur que leur parole. Ça, on le sait. Macron serait mieux ? Croyez-vous ? Que nenni, à mon avis ils sont tous pourris.

Autre précision : le 26 novembre 2000, la direction du PS ne trouve  rien à redire à la liste de noms proposés par Henri Emmanuelli pour représenter sa tendance au nouveau conseil national. Sur cette liste, il y a Gilbert Annette, condamné à un an de prison ferme et à une privation de cinq ans de droits civiques pour corruption. La Cour de cassation ayant rejeté, en 1999, le pourvoi de Gilbert Annette, l’ex-député s’était immédiatement constitué prisonnier, bénéficiant, au bout de quelques semaines, d’un régime de semi-liberté. Tout cela, François Hollande, secrétaire général du Parti Socialiste à l’époque, ne le savait pas, ou, s’il l’avait su, il l’avait oublié et il a valide la liste d’Emmanuelli qui lui aussi avait tout oublié.

Enfin, Erika Bareigts, depuis le 30 août 2016, ministre des Outre-mer, est la belle-fille de Gilbert Annette, l’ex-mari de sa mère Harrie Couderc. Il y a des alliances qui aident bien aux promotions.

Aujourd’hui Macron s’appuie sur cette béquille un peu pourrie qu’est Gilbert Annette.

Quant à l’autre larron, Thierry Robert, député MoDem de La Réunion, il n’est pas très net non plus. À la tête de trois sociétés de BTP, Thierry Robert est propriétaire d’un patrimoine immobilier à La Réunion et en Île-de-France, évalué à 9 millions d’euros et son revenu mensuel était déjà de 90 000 € en 2013. En 2015, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique informe la présidence de l’Assemblée nationale qu’il «existe un doute sérieux quant à l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité de sa déclaration de patrimoine» et qu’elle considère que «ses fonctions exercées dans ses sociétés sont incompatibles avec son mandat parlementaire». Le 17 décembre 2015, le Conseil constitutionnel, saisi de la question, décide qu’il n’y a pas incompatibilité entre les fonctions conservées par Thierry Robert dans diverses sociétés et son mandat de député. Ben voyons !

Savent-ils ces serviteurs du pays comment Thierry Robert agit pour accroître son patrimoine immobilier ?  Il construit sans permis et demande une régularisation qu’on ne lui refuse pas car de pauvres gens seraient à la rue si on devait démolir. Pour en savoir davantage vous pouvez lire cet article : Clic.

De plus, il a lui aussi la mémoire courte le Thierry : le 9 avril 2013, lors d’une conférence de presse, alors que la question du patrimoine des élus suscite le débat, Thierry Robert dévoile ses revenus importants et déclare en avoir « marre de payer autant [d’impôts] » en menaçant de quitter le pays (ce qu’il n’a pas fait, il profite trop du système). Ses déclarations voulaient interpeller le gouvernement afin qu’il revoit la politique fiscale dans sa totalité : « Une politique qui n’encourage pas l’investissement et empêche le développement, ce n’est pas productif. Les impôts ne cessent d’augmenter et même si le président a annoncé qu’ils n’augmenteraient pas l’année prochaine, je doute.» Est-il si naïf le Thierry qu’il n’a pas compris que Hollande ou Macron c’est bonnet-blanc et blanc bonnet ? Non… Non seulement il n’est pas parti mais il compte bien profiter encore du pays.

Thierry Robert a appris ce samedi, en même temps qu’il attendait Macron à sa sortie de l’avion, qu’une plainte venait d’être déposée contre lui dans une affaire de pot-de-vin donné par une société métropolitaine, qui souhaitait s’implanter sur le marché de l’eau à la Réunion, une enveloppe de 20.000€ en espèces aurait été versée au député-maire de Saint-Leu pour obtenir l’attribution du marché de l’eau potable de sa ville.

Pour en revenir à la visite de monsieur Macron à La Réunion, il semblerait que ça n’a pas été un grand succès. Mis à part un moment drôle quand un enfant est venu lui demander « comment on devient président ? » ou variante selon les sources (je n’y étais pas), un enfant venu lui dire « cinq ans président, c’est long ». Le public, déjà rare au début, avait quitté le meeting avant la fin, laissant la salle à moitié vide et sans ambiance.

Questions trop longues et réponses insipides ?

Des promesses irréalistes aussi, celui qui découvrait La Réunion (Macron) annonce :

  • 200 000 billets d’avion pour la métropole à tarif subventionné (pour qui et qui va payer ? Comme toujours, ceux qui bossent pour ceux qui glandent)
  • un plan d’investissement d’un milliard d’euros (qui vont sortir d’où ?)
  • vouloir «faire sauter les verrous» dans la crise requin, c’est-à-dire assouplir les règles protectrices de la réserve marine et autoriser à pêcher davantage de requins, responsables de nombreuses attaques ces dernières années (pas très écolo, ça).
  • en matière d’éducation, alors que l’académie de La Réunion se situe dans les derniers rangs, 12 élèves maximum par classe de CP et CE1 en zone d’éducation prioritaire (et dans les non ZEP : 30, 32 ?) J’ai connu des classes de 36 élèves et même 38, certes c’était dans les années 1980 et 1990, dans des niveaux supérieurs, il n’empêche qu’il n’y avait pas assez de tables et de chaises pour les élèves.

Pourquoi rien sur le temps péri-scolaire où à La Réunion, il n’y a rien de rien dans certaines écoles… Des gamins dont les horaires de classe : 8-11h30 et 13h15-15 h sont laissés dans la rue à 15h et qui se déplacent deux heures le samedi matin de 8 à 10 en maternelle, le tout dans des locaux : dangereux, sales, inadaptés, construits sans permis (oui, oui. On régularise cinq ans plus tard quand on se rend compte qu’il y a un problème), avec des rats, des moustiques… Il suffit d’aller voir les écoles de Saint-Denis, du côté de Sainte-Clotilde, Le Moufia ou Le Chaudron. Là, c’est le pompon !

Share

4 réflexions sur « Macron à La Réunion »

  1. Cette présidentielle aura au moins permis de montrer aux français à quel point le monde politique vivait de népotisme, de magouilles et de privilèges !
    Et je ne suis pas certain qu’ il suffirait d’ exiger des politiques qu’ ils aient un casier judiciaire vierge, puisque la justice n’ est pas sans reproche, et il lui est facile de ne pas inscrire sur ce casier les ennuis judiciaires.
    Demain, je fais un article sur la Réunion et sur la Guyane en crise, etoubliée des médias !
    Inutile de te dire que le bide de maqueron à la Réunion, m’ a fait plu !
    Bonne journée Françoise
    Bisous

  2. Quelle tragique illusion, ce Macron ! Je te transmets ceci qui m’a été adressé par mail !
    Bien amicalement.
    ————–

    > Macron est énarque. A l’ENA, il a côtoyé Boris Vallaud (mari de Najat Vallaud-Belkacem) qui fut plus tard directeur de cabinet au ministère de l’Economie.

    > Macron est un franc-maçon Young leaders .

    > Macron est un ancien banquier de chez Rothschild.

    > Macron est millionnaire. Nous le savons grâce au redressement fiscal que le fisc lui a infligé au sujet de sa maison du Touquet estimée à 1,4 millions d’euros.

    > Macron est soutenu par des dizaines de caciques de la politique (anciens ou actuels ministres, secrétaires d’Etat, députés, sénateurs, présidents de région ou de département, maires…) : François Patriat (PS), Bernard Kouchner (ancien ministre de gauche et de droite), Renaud Dutreil (UMP et créateur du RSI), Jean-Claude Boulard (PS), Jean-Pierre Sueur (PS), Corinne Lepage (qui a papillonné dans de nombreux partis), Nicole Brick (PS), Jean-Michel Baylet (radical de gauche, PDG du groupe La Dépêche ), Gérard Collomb (PS), Jean-Paul Huchon (PS, condamné pour prise illégale d’intérêt), Dominique Strauss Kahn, Daniel Cohn-Bendit…

    > Macron est soutenu par des financiers et les patrons :
    Alain Minc (financier, conseiller politique), Pierre Gattaz (patron du MEDEF), Claude Bébéar (milliardaire, fondateur d’AXA), Vincent Bolloré (milliardaire, propriétaire de l’institut de sondage CSA, actionnaire de Vivendi, Canal+…), Pierre Berger (pédé milliardaire, mécène historique du PS, copropriétaire de L’Observateur et Le Monde ), Bernard Arnaud (milliardaire, fondateur de LVMH, propriétaire de Radio Classique , Le Parisien et Les Echos ), Alexandre Bompard (millionnaire, patron de la FNAC et de Darty), Françoise Holder (millionnaire, fondatrice de Boulangerie Paul)…
    > Macron est aussi soutenu par deux patrons emblématiques des télécommunications : Xavier Niel (patron de Free, copropriétaire de L’Observateur , Le Monde , Publications de La Vie Catholique , Télérama …) et Patrick Drahi (patron d’Altice qui est la holding luxembourgeoise de SFR-Numéricable, propriétaire de L’Express , Libération , NewsCo , BFM TV , BFM Business , RMC …).
    > Patrick Drahi habite en Suisse, possède un compte bancaire dans le paradis fiscal de Guernesey et a logé sa société à la Bourse d’Amsterdam. Lorsque

    Macron était secrétaire général adjoint de l’Elysée, Bouygues était en concurrence avec Numéricable pour racheter SFR. C’est Macron qui a permis à Patrick Drahi d’avaler SFR. Et Drahi a depuis renvoyé l’ascenseur. Le banquier Bernard Mourad (Morgan Stanley), ami proche de Drahi, est aujourd’hui conseiller spécial du mouvement “En Marche” de Macron et s’occupe activement de sa campagne électorale.

    > Dans l’équipe de campagne de Macron, on trouve une flopée de diplômés de Sciences Po ou de HEC, cadres supérieurs dans de grands groupes, comme par exemple la société américaine de conseil McKinsey.

    > En 2016, Emmanuel Macron a été la personnalité qui a bénéficié du plus grand nombre de couvertures de magazines. Macron est un grand ami de Yves de Kerdrel (patron de Valeurs Actuelles et dont le carnet d’adresses est copieusement garni de représentants de l’élite sociale).
    > Macron organise depuis des années des diners mondains dans lesquels il invite la crème de l’establishment politico-médiatique.

    > Selon Marianne , Macron est allé à Londres obtenir des fonds financiers auprès des banques de la City.

    > Macron est-il honnête ?

    > Macron laisse entendre qu’il est issu de Normale Sup. Faux :
    Macron a échoué deux fois au concours d’entrée de l’Ecole Normale Supérieure.
    Par contre, il était élève du lycée élitiste Henry-IV. Mais ce n’était pas un étudiant brillant. Un de ses anciens camarades a indiqué à Marianne que Macron “arrivait à utiliser suffisamment de mots savants pour donner le change” à l’oral.

    > Macron fait croire qu’il est docteur en philosophie. Le problème est que l’on n’a jamais retrouvé sa thèse. Il prétend alors qu’il n’a produit qu’un mémoire. Mais lorsque les journalistes de Challenges interrogent son supposé directeur de mémoire, le professeur de philosophie Etienne Balibar, celui-ci répond “ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode”.

    > Le 6 avril 2016, Macron lance son mouvement “En Marche” par un clip vidéo mettant en scène la diversité et les talents de la population française. Mais le lendemain, Yann Barthès, présentateur du Petit journal, révèle la supercherie : le clip de Macron n’est qu’un copier-coller de vidéos étrangères, notamment américaines. Par exemple, une supposée Française est en réalité une Américaine figurant dans un clip de campagne des primaires démocrates de Bernie Sanders.

    > Le 10 avril 2016, au JT de France 2, Macron affirme que son parti En Marche a dépassé les 13 000 adhérents. Baliverne! Le Canard Enchaîné révèlera le 12 avril qu’en réalité il ne s’agissait que de 13 000 visites d’internautes sur le site de Macron.

    > En juin 2016, le ministre Macron ouvre le capital de l’aéroport de Toulouse. Macron affirme qu’il ne s’agit pas d’une privatisation car les investisseurs chinois n’acquerront que 49,9% du capital. L’Etat garde 10% et les collectivités locales possèdent le reste. Mais Médiapart révèlera l’existence d’un pacte secret d’actionnaire liant l’Etat, non pas aux collectivités publiques, mais aux Chinois et qui leur donne les pleins pouvoirs.

    > Le 11 août 2016, dans une interview à Paris Match , Macron prétend qu’il dialogue régulièrement avec l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb au sujet de la religion et de la place de l’islam en France. Les journalistes de Match (trop occupés à faire la promotion de Macron ?) ne vérifient pas. Heureusement pour la vérité, le rédacteur en chef de TV5, Xavier Marquet, éventera le mensonge : Meddeb est décédé depuis deux ans !

    > Selon le livre Dans l’enfer de Bercy , Macron aurait utilisé 120 000 euros d’argent publique pour financer sa campagne électorale.

    > Macron a-t-il l’étoffe d’un homme d’Etat ?

    > Laissons répondre Jacques Attali (qui fut pourtant un de ses premiers supporters en 2012) :

    Jacques Attali (dans Challenges du 13 mai 2016) : “Macron n’incarne que le vide”.

    Conclusion :

    On le constate, Macron est un pur produit du système. D’autre part, il est trop beau et trop parfait pour être vrai. On se demande si Macron n’est pas pas un leurre, un masque, un avatar ? Un concept marketing de l’oligarchie politico-médiatico-financière, un faux candidat anti-système façonné pour capter les voix des électeurs écœurés par les politiciens traditionnels et avides de nouveauté

  3. À Clara, j’ai laissé le mail que tu as laissé en commentaire en apportant quelques modifications : mise en page (caractères en gras) et en supprimant quelques fautes de frappe (des accents et quelques S).

  4. Je viens lire les articles en retard (pour moi), en attendant mon « taxi ».
    Clara m’avait envoyé le mail.
    Je retiens un chiffre : 90 000 € mensuels.
    Je crois rêver, alors que je n’en ai même pas 900 !!!
    Bon, je me fais du mal, là, mais ça me fait toujours le même effet de voir que certains gagent en un mois, ce que j’ai en une année …
    Allez, je passe au suivant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.