C’est le pompon

En pensant aux pompons de la Marine Nationale, j’e me suis souvenue que ma grand-mère disait quelquefois « Ah, ben ça, c’est le pompon ! » quand un événement la surprenait, la contrariait en général. L’expression populaire française « C’est le pompon ! » équivaut à « C’est le bouquet ! » Elle signifie qu’une situation, une chose est la plus extraordinaire, la plus incongrue, la plus extravagante, la plus désagréable éventuellement, qui soit.

L’expression « C’est le bouquet ! », apparue au XIXe siècle  renvoyait à ce qu’il y avait de meilleur, la conclusion d’un événement réjouissant par allusion aux bouquets de fleurs  remis en fin de spectacle par exemple, bouquet qui embellissait la loge ou les intérieurs et rendait heureuses celles à qui on l’offrait.

Le bouquet final d’un feu d’artifice est ce qu’il y a de plus beau dans le spectacle; c’est le clou du spectacle, une conclusion en apothéose.

Par un renversement de sens inattendu, inexplicable, cette expression française a pris une tournure négative à savoir qu’une catastrophe ou une mauvaise nouvelle vient parachever des événements plus calamiteux les uns que les autres. Si le bouquet annonçait la conclusion heureuse de quelque chose, elle est utilisée maintenant pour qualifier une situation exceptionnelle, pas forcément agréable.

« C’est le pompon », « c’est le bouquet » ou « c’est un comble » signifient la même chose, à peu près.On pourrait remplacer aussi par  « Ce n’est pas croyable » ou « il ne manquait plus que cela ! »

Quand on est à Toulouse ou pas loin, on peut entendre : « C’est le pompon sur la Garonne » qui correspond (je crois) à « c’est la cerise sur le gâteau ! » C’est tellement local que si vous dites ça loin du fleuve, votre interlocuteur passera peut-être des heures à se demander ce qu’est ce fichu pompon sur la Garonne ou pensera que vous êtes un gros plouc, un peu demeuré.

Ben con, s’il est pas toulousain, tant pis !


Le 21 mars : ajout

C’est le pompon, aujourd’hui je lis sur différents médias des articles sur le dab (dont je parlais la semaine dernière et auquel se sont livrés nos candidats à la présidentielle, en France). Là, oui, c’est le pompon ! (de la connerie).

Share

3 réflexions au sujet de « C’est le pompon »

  1. cette expression positive passée en négatif, est peut être à l’ image de la France qui rêve de moins en moins !
    Bien vu en tout cas !
    Passe une bonne journée Françoise
    Bisous

  2. Bon, je ne suis pas toulousain. L’histoire précédente du pompon et la lecture de ce qui précède m’inspirait le commentaire :  » c’est la cerise sur le gâteau  » mais, zut, tu le dis à la fin, ben oui, c’est le pompon, con ! [ « avé l’assent » ]
    Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *