Turlupiner

Y a un truc qui me turlupine. Je vais vous dire ce que c’est. Depuis quelques jours, je suis redevenue assidue sur mon blog. Après avoir publié l’intégralité de la lettre de Jean Jaurès le 26 octobre 2020, j’ai repris le texte en le commentant à ma façon le 27, le lendemain, relevant au passage que si la forme était excellente bien que désuète, le fond avait vieilli. Je me posais aussi la question du bien fondé de cette lecture. Or aujourd’hui je ne trouve plus trace de ce billet.

Voilà ce que je lis quand j’essaie de le retrouver :

C’est plutôt gênant, vous ne trouvez pas ?

Il semblerait que nous ne soyons pas en mesure de trouver votre contenu. Essayez en lançant une recherche, ou à l’aide de l’un des lien ci-dessous.

N’est-ce pas curieux ? Je retrouve les commentaires de mes lecteurs dans ma boite mail mais rien dans mon blog : pas de billet, aucun commentaire.

La censure existerait-elle encore ? Ou existerait-elle de nouveau ?Je me pose réellement ma question : où est passé mon texte qui n’avait rien de subversif, je posais juste des questions simples et faisait quelques remarques :

  • pourquoi lire à des “enfants” de six à dix-huit ans ce texte destiné aux instituteurs ?
  • n’est-il pas trop long ? Difficile de retenir longtemps l’attention des jeunes aujourd’hui ?
  • qui lira ? Comment sera faite la lecture ? Le ton sera-t-il mis ? Les silences pour la réflexion seront-ils respectés ?
  • Le texte ayant été écrit en 1888 quand les enfants étaient contraints d’aider aux travaux agricoles “ils ne sont point toujours assidus, surtout à la campagne“, écrivit Jaurès ; je relevais qu’actuellement il s’agissait d’activités de commerce de proximité (guetteur pour dealer du coin, par exemple) et non du travail de la terre.

J’ai un moment cru que j’avais oublié mais en retrouvant les commentaires j’ai bien vu que ce texte seul avait disparu et était introuvable partout. Où donc est-il passé ?

Je ne vais pas recommencer l’analyse, ce n’est plus pareil, il manquerait la spontanéité initiale.

Ce soir, j’entends que la lettre de Jean Jaurès a été tripatouillée, abrégée, raccourcie, expurgée des passages où Jaurès défendait l’autonomie de l’enseignant et critiquait le recours excessif aux évaluations. Elle a même été transformée : plus de “fierté” mais de la “fermeté” dans la phrase “la fierté alliée à la tendresse”. 

Veulent-ils maintenant dire : “Allez, soyez fermes, faut que ça rentre !”

Quoi , Comment ? De gré ou de force ?

J’ai presque peur.

Share

3 réflexions sur « Turlupiner »

  1. je ne comprends pas ce que tu veux dire, ton article est toujours là ainsi que les commentaires !
    Par contre j’ai vu que l’hommage avait été réduit à une simple minute de silence

  2. j’ai vérifié, il y a bien ton article du 26 la lettre de J Jaures, ensuite le 28 la lettre de Guy Moquet , le 27 il n’y a pas d’article, est ce cela qui t’inquiete ? je ne me souviens pas s’il y en a eu un, et si je l’ai commenté ? censure, tout est possible ? finalement un hommage reduit, et pas connaissance d’incidents à ce sujet ? chere Françoise, bonne journee bises

  3. Réponse à René et Trublion,

    Hier, j’ai presque cru que j’étais sénile (folle on me l’a déjà tant dit parce que depuis toujours je ne veux pas taire les vérités qui dérangent et ça m’a coûté cher, qu’importe !) Donc je résume la situation pour que les choses soient claires :

    le 26 octobre, j’ai publié le texte intégral de la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs,

    le 27 octobre, j’ai repris les paragraphes importants de cette lettre et je les ai commentés en soulevant les problèmes de lectures mal faites, trop longues, inadaptées.

    le 28 octobre pour rester dans le même registre, j’ai repris la lettre de Guy Môquet.

    Je me montrais certes critique sur l’utilisation de ces textes mais pas insultante et je n’avais pas évoqué la possibilité de tripatouillage (même si au fond de moi j’y ai pensé).

    Je constate hier, que mon billet a disparu d’internet tout comme vos commentaires, seule ma boite mail les a conservés.

    En demandant à un professionnel de l’informatique, j’ai appris que le billet a été effacé à quatre heures du matin (pas par moi), j’ai omis de demander quel jour. J’ai même fait rechercher dans les corbeilles mais rien, ça ne vient vraiment pas de moi.

    Voilà, ai-je été claire ?

    Voilà pourquoi j’étais turlupinée. Les seules « preuves » que je ne suis pas folle sont vos commentaires dont je vous donne des copiés-collés.

    Vos commentaires du 27 octobre

    René :
    ah elle est belle cette lettre, mais comment sera t elle lue, et surtout perçue, pas évident, de capter l’attention avec cette longue lecture ! elle va surtout rencontrer une indifférence polie, je le crains, je crois qu’on ferait mieux de l’etudier posèment, paragraphe par paragraphe, plutot qu’utiliser une lecture monotone ? mais pour celà il faut des maitres bien formés ! Merci Mr Jean Jaurès, vous etiez un précurseur , Mr Macron ce champion toutes categories, des remises en cause des droits sociaiux, et libertés diverses, voudrait se servir de votre grand renom pour redorer son blason , je suis tres sceptique sur les bienfaits de la lecture de cette lettre , merci pour ta superbe analyse, amities et bises chère Françoise …

    Trublion :
    C’ est à mon avis pour faire oublier leurs propres lacunes que ce gouvernement nous ressort De Gaulle et Jean-Jaurès !
    Je pense franchement que ce texte ne sera même pas compris par tous les enseignants, alors que dire des élèves !!
    Si on réfléchit un peu, et qu’on considère, tout ce qu’on a abandonné ne serait ce qu’en Histoire, on s’ apercevra que c’ est en relation avec la communauté musulmane qu’il ne faut pas choquer avec un Charles Martel !
    Bonne journée Françoise
    Bisous

    Ceux du 26 octobre :

    Trublion :
    un petit chef d’ oeuvre, qui n’ est pas rassurant du tout, puisque tant d’années plus tard, nous savons qu’en sixième des enfants ne maîtrisent pas la lecture !
    tout est en baisse y compris l’enseignement qui subit les caprices des ministres de passage, et le multiculturalisme, qui fait tendre vers le bas !
    Bientôt seule une élite aura les rênes !

    René :
    …admirable cette lettre, tout est dit ! triste de penser qu’à notre epoque, certains ne maitrisent pas la lecture, et pire ne lisent jamais ! chaque année des illettrés sont lachés sur le marché du travail , sans formation, que peuvent ils attendre ??? le certificat d’études primaires n’est sans doute rien, mais je me suis arreté là, bien content de l’avoir ! au crepuscule de mon existence, je remercie encore le couple modeste d’institutrice et instituteur qui m’ont formé, et m’ont donné le gout de lire et d’apprendre, merci Mr Jaures pour cette admirable lettre , merci Françoise, amities et bises

    Voilà je vous ai tout dit.
    Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *