«Peurs obsidionales»

Les “macronades” sont surprenantes, signes d’une «pensée complexe» pour certains, simplement suffisance (fatuité, prétention, vanité) pour d’autres, dont je fais partie. Le président de la République remet au goût du jour la richesse de la langue française (je le en sais gré) et ses maximes, ses latinismes, ses idiotismes si charmants.

Manu et son orgueil m’ ont offert l’occasion d’écrire déjà plusieurs billets à propos du français (en cliquant sur les mots bleus, vous pourrez lire les articles) :

Souvenez-vous aussi de «croquignolesque», «poudre de perlimpinpin», «in petto», «captatio benevolentiae»… Il y a deux ou trois jours Manu a parlé de :«peurs obsidionales», connaissez-vous ce mot rarement utilisé obsidional ? L’ex-prof ne résiste pas à faire un petit cours de français, même si ce n’était pas ma “spécialité”.

Obsidional : qui concerne le siège d’une ville.

Dans l’antiquité romaine, une couronne obsidionale était décernée à celui qui avait délivré une ville assiégée.

Par la suite, on a évoque la  monnaie obsidionale qui était frappée durant un siège pour suppléer à la rareté des espèces. 

En psychologie et sociologie, on parle de fièvre obsidionale ou de folie obsidionale, ce désordre mental qui frappe la population d’une ville assiégée.

Attention : La «fièvre obsidionale» favorisait l’agitation révolutionnaire (Bainville, Histoire de France, tome 2, 1924).

Par analogie, en pathologie , le délire obsidional est une forme de folie, le trouble d’une personne qui se croit assiégée, persécutée:

Notre paltoquet en sera-t-il atteint bientôt ? C’est-à-dire avant même d’être assiégé à l’Élysée ou à “La Lanterne” ? Souvenez-vous, il avait prononcé ces mots-là, un brin provocateurs :

“On ne peut pas être chef par beau temps. S’ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu’ils viennent le chercher. Et ce responsable, il répond au peuple français, au peuple souverain” !”

Le peuple rumine, ronge son frein, a encore l’espoir d’un mieux, mais combien de temps encore avant de se soulever ?

À moins que ce ne soit fini, déjà, de la rébellion active…

Share

2 réflexions sur « «Peurs obsidionales» »

  1. il ne s’exprime dans la simplicité et la clarté, ” à la Boileau “, que lorsqu’il insulte le peuple ou le condamne pour le colonialisme !
    et je n’ai pas oublié que s’il joue le matamore, il y a un hélicoptère prêt à l’exfiltrer si jamais on le prenait au mot, et au final il n’ est donc qu’un piètre tartarin !
    D’ ailleurs rien ne prouve qu’il compose lui même ses discours il a peut être son Guaino !
    et ses 66 millions de procureurs vont m’inspirer un article
    Bonne journée Françoise
    Bisous
    sa dernière trouvaille,

  2. “obsidional”, ce President se moque de nous ! jamais entendu ce mot, peut etre devrait il employer des mots que comprenne le peuple, s’il veut etre entendu ! ce n’est pas en épatant la galerie, qu’il va se faire des amis ! apres tout comme dit Trublion, il a sans doute un “nègre” qui prepare ses discours ?? c’est comme le terme “66millions de procureurs” , le peuple l’effraie t il à ce point ? malheureusement je crains que nous ne voyions pas de soulévement, contre cette politique insensée ! comme aux Etats Unis, les gens sont divisés, outrès, mais endormis, ayant perdu confiance en tout ! bonne santé chere amie grosses bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *