9 novembre

Le  est le 313ème jour de l’année, le 314ème en cas d’année bissextile. Il reste 52 jours avant la fin de l’année. C’était le 19e jour du mois de brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la grenade.

Mais savez-vous que cette date, dite « jour du destin » en Allemagne, est tout particulièrement importante pour l’histoire allemande, puisqu’elle fut témoin de cinq événements emblématiques de 150 ans de l’histoire de l’Allemagne contemporaine :

  • 1848 : exécution du parlementaire Robert Blum après l’insurrection viennoise d’octobre.
  • 1918 : abdication de l’empereur et proclamation de la république de Weimar.
  • 1923 : échec du putsch d’Adolf Hitler à Munich.
  • 1938 : nuit de Cristal.
  • 1989 : chute du mur de Berlin.

En France aussi, le 9 novembre est une date marquante :

  • 1799 : coup d’État du 18 Brumaire An VII, Napoléon Bonaparte prend le pouvoir et inaugure le Consulat avec un gouvernement constitué d’un Premier Consul (lui-même, dictateur de fait) et de deux Consuls : Cambacérès et Lebrun. En quelques mois, voire quelques semaines, Bonaparte va bouleverser la donne. Il met fin à l’instabilité chronique et clôt pour de bon la Révolution tout en parachevant son oeuvre.
  • 1870 : bataille de Coulmiers (guerre franco-allemande de 1870) qui se conclut en victoire à la Pyrrhus pour l’armée française.
  • 1888 : naissance de Jean Monnet, homme politique français († ).
  • 1893 : naissance de la Mère Denis (Jeanne Marie Le Calvé, dite), lavandière vedette de pubs TV françaises devenues cultes († ).
  • 1918 : Guillaume Apollinaire meurt le chez lui, à Pris. C’est la grippe espagnole, « grippe intestinale compliquée de congestion pulmonaire » ainsi que l’écrit Paul Léautaud dans son journal du .
  • 1922 : naissance de Raymond Devos, humoriste français († ).
  • 1970 : mort du général De Gaulle, ancien chef de la résistance (1940/1945) puis premier président de la cinquième République française (1958/1969).Le 9 novembre 1970, à 19h15, Charles De Gaulle meurt paisiblement dans sa maison de La Boisserie, à Colombey-les-deux-Églises (Haute-Marne), suite à un malaise alors qu’il faisait une réussite aux cartes. L’ancien Président de la République avait près de quatre-vingt ans (né le 22 novembre 1890). Il avait quitté son mandat de présidente en avril 1969 après un “NON” majoritaire au référendum qu’il avait proposé.

    Renonçant à son traitement en qualité de membre du Conseil constitutionnel, il avait pris le temps de découvrir l’Irlande, terre de ses arrière-grands-parents. Conformément à sa volonté, il est inhumé le 12 novembre dans le cimetière de Colombey, auprès de sa chère fille Anne (1928-1948). Son cercueil est porté par des jeunes villageois au milieu d’une foule immense et recueillie mais en l’absence de tout officiel. Lui, au moins connaissait le sens des mots : honnêteté, probité et dignité bien que certains Français nourrissent encore de la rancune contre lui en raison de certains de ses choix..

Je termine de billet par un poème “La Colombe poignardée et le Jet d’eau” de Guillaume Apollinaire. Vous pouvez relire “Le pont Mirabeau” LÀ.

Le poème du jour est extrait de “Calligrammes”, un recueil d’idéalisation de la poésie vers-libriste à la précision typographique étonnante :

alternative textuelle

Share

2 réflexions sur « 9 novembre »

  1. Le passé n’ est pas marqué que par la politique, et certains grands esprits ont marqué leur siècle, tout comme De Gaulle, qui avait réussi à faire un tout de la révolution et de la république !
    Quelle honte de voir aujourd’hui les commémorations par de prétendus gaullistes !
    Bonne journée Françoise
    Bisous

  2. bonjour chere Françoise, merci d’avoir mis a l’honneur ce 9 novembre , j’en retiendrai trois, naissance de la mère Denis !! naissance de Raymond Devos ce merveilleux humoriste ,!: et la mort de De Gaulle, quand meme , grand homme sans contestation ! pour sa clairvoyance lors de la defaite de 1940, et son attitude à la Libération avec l’application des lois elaborées par le Conseil National de la Resistance , comme dit notre ami Trublion, on n’a jamais vu autant de gaullistes de nos jours ! bravo pour ce poeme , bonne journee chere Françoise, amities et bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *